Le roman couvre une large partie de l’histoire préviking puisqu’il s’agit du thème principal d’un des deux voyages que prépare Hector Monsoreau.

L’autre voyage qu’il a préparé est intitulé « Stockholm à travers les âges ».

Afin de bien appréhender l’histoire des Vikings, il est bon d’avoir quelques repères chronologiques : 

 

  • Avant 2.500 av. J.-C.

Les populations provenant du centre de l’Europe se sont déployées en direction de l’ouest lorsqu’il s’agit des Celtes et du nord lorsqu’on fait allusion aux différents peuples scandinaves.

 

Au sud, les Pélasges envahissent la péninsule grecque et détruisent l’ancienne civilisation dont les survivants se réfugient dans les Cyclades.

 

Vers l’Ouest, du nord de l’Italie à la péninsule ibérique, en Armorique et dans les îles Britanniques se déploient des peuples celtiques.

 

Vers le Nord, les Scandinaves et certaines populations germaniques remontent vers des terres inhabitées au fur et à mesure du recul de la glaciation.

 

Tous ces peuples, qui proviennent du centre de l’Europe, se connaissent et ont des modes de vie très proches.


Ce sont les conditions climatiques qui provoquent, à la marge, des différences dans le développement agraire, artistique puis dans la manière d’honorer les divinités et les défunts.    

 

Les nombreux tumulus découverts dans le Jutland ou dans les grandes plaines de l’Europe du nord témoignent de l’identité des pratiques à la même époque que celle des Celtes, en Andalousie, à Malte ou en Armorique par exemple.
     

V10-COP-1180-dolmen

Photo Michel Ledeuil : Dolmen dans le Jutland près d'Aarhus

 

  • Entre 2.500 et 1.000 av. J.-C.  

Au sud, les Pélasges ont été remplacés par les Achéens puis par les Doriens. À partir de 1850 av. J.-C., les Achéens bâtissent les premiers palais comme Mycènes et honorent les morts dans des tombes collectives à coupoles.

 

Au Nord, les populations scandinaves et germaniques développent l’élevage, cultivent la terre, pratiquent la chasse et la pêche et fondent des hameaux qui se rassemblent autour d’un chef de clan.

 

Ces populations font du commerce et se font également la guerre, pour voler du bétail et prendre possession de meilleures positions stratégiques ou de meilleures terres. On sait que, dans le Jutland, les populations étaient sédentaires mais se déplaçaient, au fil de années, lorsque la terre s’appauvrissait.

 

Nous connaissons bien cette période de l’histoire grâce aux fabuleuses gravures rupestres découvertes en Suède dans la région de Tanum et grâce au tombeau de la Jeune Fille d’Egtved qui serait morte en 1.370 av. J.-C.   

 

Des découvertes récentes démontrent également que le commerce entre les populations scandinaves et celle du centre et du sud de l’Europe était beaucoup plus développé qu’on l’avait imaginé. C’est pourtant logique. Les clans se divisaient lorsque la population se faisait trop nombreuse et allaient créer de nouvelles colonies (comme les Grecs qui ont édifié de nombreuses villes en Sicile ou dans le sud de l’Italie à la même époque).

 

Mais les clans restaient en contact et faisaient des échanges commerciaux et des alliances qui se traduisaient parfois par des mariages entre les princesses et les princes héritiers des clans.

 

  • Entre 1.000 et 200 av. J.-C 

Les populations nordiques sont remontées jusqu’en Norvège et en Suède. La conquête de nouvelles terres nécessite les progrès dans la navigation et dans la structure des navires.

La population s’accroît rapidement. Bloqués au nord par les terres arides, ces peuples doivent également faire face à un nouveau danger provenant du sud avec les Angles, les Saxons.

 

Un peu partout, les terres deviennent trop rares pour nourrir la population et les guerres entre clans deviennent plus fréquentes. Les castes au sein d’un clan se développent. On distingue les guerriers chargés de défendre le clan et les fermiers chargés de les nourrir. Ce sont les prémices des classes qui verront le jour dès le haut moyen-âge.      

 

Les prêtres qui sont chargés d’honorer les dieux font alliance avec les chefs de clans. Les Dieux qui étaient auparavant des divinités favorables aux hommes deviennent plus puissants. Odin, puis son fils Thor, apparaissent alors.

 

Il faut calmer leur courroux et leur faire des offrandes. C’est à cette époque que se développent un peu partout les sacrifices humains. Ces sacrifices sont peut-être plus anciens mais nous n’en avons pas de preuves à ce jour.

Nous pouvons admettre tout de même que ces sacrifices existaient depuis longtemps chez les Grecs avant de disparaître.

Les sacrifices humains étaient répandus au sein des populations celtes, ce qui est attesté par des pierres de sacrifice découvertes sur de nombreux sites.

Dans le Jutland les nombreux corps découverts dans les tourbières démontrent que cette pratique était fréquente. Au même endroit, un grand nombre d’objets de grande valeur jetés en offrandes aux dieux.

  

  • Entre 200 av. J-C. et 450 apr. J.-C. 

Les faits marquants de cette période se résument aux premières confrontations avec les populations slaves et avec l’Empire Romain.

La découverte de grandes embarcations comme le vaisseau de Nydam démontre que le commerce est florissant entre les différents peuples scandinaves.


Nous assistons au développement de particularités entre ces peuples.


Les Goths, qui occupent la partie située entre le sud de Stockholm et la Scanie, se déplacent vers le sud et pénètrent dans les régions appartenant à l’Empire Romain.

 

    

V10-COP-317-Schlei-vaisseau de Nydam

Photo Michel Ledeuil : le vaisseau de Nydam à Schleswig

Ils dévastent tout d’abord la Grèce avant de migrer vers l’Italie puis vers la péninsule Ibérique. On parle alors d’Ostrogoths et de Wisigoths.

 

Plus au nord, les Varègues développent les premières colonies en Finlande et le long des grands fleuves de la plaine russe. Ils commercent avec les Byzantins avec lesquels ils sont en contact depuis longtemps car les Grecs ont créé dès la plus haute antiquité des comptoirs en Tauride (la Crimée actuelle).

 

Les Danois, les Jutes et les Norvégiens ne forment à cette époque qu’un seul peuple mais leurs habitudes de vie, liées à la géographie, vont transformer leur comportement au cours des siècles.

On parlera bientôt de Normands qui sont principalement les Jutes, les Angles et les Danois dont la population est trop élevée et qui vont coloniser des terres plus à l’ouest.

Les Vikings, qui se comportent comme des pillards, proviennent pour la plupart de la Norvège actuelle. 

   

  • Entre 450 et 900 apr. J.-C.

Durant cette période les Varègues colonisent la Russie actuelle pratiquement vide d’hommes et créent toutes les grandes villes comme Kiev en 879. Ces colons vont bientôt prendre leur indépendance et développer leur propre histoire. La création du premier royaume russe date de 862.

Ils conduisent plusieurs attaques contre Constantinople entre 940 et 997.


Les Wisigoths créés des royaumes en Espagne et en Aquitaine où ils seront bientôt chassés, par les envahisseurs musulmans au sud et par les Francs au nord.

Les Ostrogoths s’installent avec Théodoric en Italie et ils seront chassés par la reconquête byzantine (Rome, Ravenne) et par l’arrivée des Lombards.

 

Les Normands créent le royaume d’Angleterre en 866 (le Danelaw) et le duché de Normandie en 911. Les Jutes et les Danois seront unis par le premier roi de Danemark : Harald à la Dent Bleue qui imposera la religion chrétienne avant d’être renversé par son fils Svend qui va rétablir provisoirement les anciens dieux. L'union éphémère de tous les Normands se fera sous le règne de Kund le Grand.

 

Les Vikings norvégiens de la région de Bergen vont coloniser l’Irlande et créent la ville de Dublin puis s’installeront au fil des siècles dans les îles Féroé (en 825) et en Islande en 874.

Les autres Vikings norvégiens, descendant de la reine Åsa Haraldsdottir d'Agder dont il est question dans ce roman, fondent le premier Royaume de Norvège en unifiant l'ensemble des terres et des clans qui peuplaient le fjord de la région d'Oslo.


Cette période de la civilisation viking est connue grâce aux fouilles effectuées à Oseberg ayant abouti à la découverte du tumulus contenant le drakkar et le trésor de la reine Åsa Haraldsdottir et dans le superbe site archéologique de Lindholm Hoje qui comporte plus de 700 tombes vikings.


Les expéditions des peuples scandinaves sont de plus en plus lointaines. Dès qu'ils ont construit une base, un comptoir ou une colonie, ils poussent plus loin leurs découvertes à l'intérieur des terres ou par la mer. Ils pillent les villes et les monastères. Ils remontent les fleuves et font de fréquentes incursions jusqu'en méditerranée où ils se trouvent confronter à l'invasion musulmane qui occupe l'Afrique du Nord et la péninsule ibérique.


La carte exposée dans le musée de Roskilde montre l'étendue de l'expédition viking au fil des siècles.


 V10-COP-2380 la carte des parcours

Photo Michel Ledeuil : carte synthétique exposée dans le musée Viking à Roskilde


Les faits rapportés dans ce roman couvrent toute la période préhistorique jusqu’à l’unification du Danemark et de la partie norvégienne située dans le fjord d’Oslo vers 850 apr. J.-C.