Penthésilée est une des reines des Amazones. Elle vient aider les Troyens durant leur lutte contre les Achéens, après la mort d’Hector, mais les différentes sources issues de la mythologie ne s’accordent pas sur le motif qui l’aurait poussé à intervenir.

 

Dans l’Iliade, chant III, 188, 189), il est indiqué que les Phrygiens avaient combattu les Amazones. La thèse défendue par Hector dans le roman de Michel Ledeuil « Le Retour de Polycaste » prend donc un sens, bien qu’aucune preuve ne vienne l’étayer.


Quintus prétend qu’elle est venue à Troie avec douze autres de ses compagnes ou plus exactement que douze d’entre elles furent tuées par les guerriers grecs dont cinq par Achille lui-même.

 

V12ITG-5915B musée national frise dAsclepios  Penthésilée cat-1

Photo Michel Ledeuil : musée archéologique d'Athènes

     

La mythologie attribue au moins un fils à la reine, nommée Caÿstros. 

 

Dans le roman « le Retour de Polycaste », l’auteur imagine qu’il serait issu de l’union avec Hector le fils de Priam, ceci n’est bien entendu qu’un fantasme dans le cadre de ce récit.

 

Ce fragment d’un bas relief qui ornait le fronton ouest du temple d’Asclépios dans le sanctuaire à Epidaure, représente Penthésilée qui combat avec courage.

 

Elle arrive à tuer deux guerriers grecs avant de succomber sous les coups d'Achille.

 Vase représentant la mort de la reine

vase grec de l'époque classique qui représente la mort de Penthésilée

        

 V12-ADK-3125 musée Thorvaldsen Achille et Penthésilée

Photo Michel Ledeuil : musée Thorvaslden à Copenhague

 

Lors de cette attaque, Achille désarçonne l'intrépide cavalière qui est déjà blessée et il va l'achever à l'aide de son javelot. Alors que la jeune reine agonise, Achille la prend dans ses bras et en tombe amoureux.

 

La mort de la jeune reine Penthésilée et Achille, qui en tombe amoureux après l'avoir tué, est contée dans le roman écrit par Michel Ledeuil : "le Retour de Polycaste" : 


Elle est montée à cheval et s’est lancée au combat, à la tête de ses compagnes. Ses flèches sont parvenues à envoyer plusieurs Grecs valeureux vers le royaume d’Hadès, mais les Thessaliens se sont vite ressaisis. Et Achille s’est jeté dans la bataille, il l’a désarçonnée et tuée d’un coup de javelot qui lui a transpercé la gorge. La jeune reine s’est écroulée et son sang rougissait la terre sablonneuse. Son beau visage ne marquait aucune crainte, aucun remord. Son regard, vide à présent, fixait celui d’Achille et ce dernier en fut bouleversé.


Alors que Penthésilée agonisait, ses compagnes rescapées s’enfuirent vers les murs d’Ilion. Du haut des remparts, les Phrygiens virent, stupéfaits, le grand Achille se mettre à genoux auprès du corps de la morte. Il se lamentait et cria “Elle aurait été ma reine, elle aurait été ma reine, pourquoi l’ai-je tuée ?”
Ce fut la belle Aphrodite et Arès qui lui répondirent.


“Elle était l’amour et tu l’as tuée. Elle était vaillante et courageuse et tu ne lui as pas laissé la moindre chance puisque tu savais que ses flèches ne pouvaient t’atteindre. Honore-la, morte, puisque tu n’as pas su le faire lorsque son corps chaud se mouvait, sans effroi, vers les pires dangers. Achille ! Elle a rejoint Hector au royaume d’Hadès, la blonde Perséphone s’occupe déjà d’elle et ni toi, ni Andromaque ne peuvent rien, pour contrarier leur amour”.