Léda est la fille de Thestios, le roi d’Étolie et l’épouse du roi de Sparte Tyndare. Elle est la mère d’Hélène, de Clytemnestre et selon la légende de Castor et Polux.


          

V13DK-7076 Copenhague  collection danoise  LédaPhoto Michel Ledeuil : musée des Beaux-arts à Copenhague

L'épouse de Tyndare

Léda aurait fait la connaissance de Tyndare, lorsque ce dernier vint se réfugier en Étolie, pour fuir une révolution de palais provoqué, à Sparte, par son demi-frère Calydon.

 

L’Étolie est une région montagneuse grecque, difficilement pénétrable située au nord de la ville actuelle de Naupacte. Le pays est décomposé en petites communautés isolées les unes des autres, isolées du reste du monde grec. Les Étoliens habitent des bourgades non fortifiées ; ils vivent de brigandages et de rapines. C’est un peuple guerrier, toujours en armes.

 

Sans doute Tyndare a pu profiter de l’agissement de ces mercenaires pour reprendre le pouvoir. On prétend que Tyndare oublia, lors d’un sacrifice, de réserver une part à Aphrodite et la déesse offensée résolut de se venger sur l’épouse de Tyndare et sur sa descendance.

 

L’élue de Zeus

Les aventures amoureuses de Zeus sont nombreuses, ainsi que sa manière d’approcher l’élue lorsqu’il s’agit d’une mortelle.

Un soir, alors que Léda se baignait, avec ses suivantes, au bord du lac de l’Eurotas, un cygne vint se poser auprès d’elle. Surprise par sa hardiesse, elle reçut, en toute innocence, l’oiseau dans ses bras. Ce dernier la couvrit de caresses avant de reprendre son envol.

 

Quelques mois plus tard, elle donna la vie à deux garçons : Castor et Polux connus dans la mythologie sous le nom de Dioscures, c’est-à-dire « les enfants de Zeus ».

 

La mère d’Hélène et de Clytemnestre

Elle eut également deux filles. Hélène, future reine de Sparte après la mort de son père et qui fut bien involontairement la cause de la terrible guerre de Troie et Clytemnestre qui épousa Agamemnon.

Clytemnestre devint la maîtresse d’Egisthe et fit assassiner son mari à son retour de Troie ainsi que Cassandre emmenée en otage. 

   

La malédiction de Léda

La légende raconte qu’Aphrodite s’était déguisée en aigle pour poursuivre Zeus transformé en cygne et l’obliger à se jeter dans les bras de Léda. Elle se vengeait ainsi de l’affront de Tyndare.

 

Euripide dans sa superbe pièce de théâtre consacré à Hélène, donne corps à cette hypothèse, puisqu’Hélène, arrivée sur le Nil, lors de son voyage en Égypte, se présente ainsi :

 

Quant à moi, ma patrie est un pays de grand renom, Sparte, et mon père est Tyndare. On raconte pourtant qu’afin de jouir d’un plaisir dérobé, Zeus sut pénétrer dans le sein de ma mère, Léda, sous la forme ailée d’un cygne fuyant la poursuite d’un aigle. Cela est-il digne de foi ? On me nomma Hélène. Les épreuves que j’ai subies, je vais vous les dire. (Vers 17 à 21 de Hélène d’Euripide).


Illustration du mythe par les artistes

 173-voy-2008-02-Florence-Bargello-Léda

Photo Michel Ledeuil: Florence Musée du Bargello : Léda et Zeus

       

Une très belle statue réalisée par Ammannati qui est exposée dans la Palais du Bargello à Florence.

 

Bartolomeo Ammannati est un architecte et un sculpteur de l'école florentine.

Il s'est d'ailleurs davantage distingué dans l'architecture et a conçu des bâtiments à Rome, Padoue et à Florence.

 

La belle loggia de la villa Giulia à Rome ou encore la palazzo Pitti ou la fontaine de Neptune à côté du Pallazzo Vecchio à Rome sont les oeuvres les plus prestigieuses.

 

Dans la statue qui représente Léda, on sent toute la volupté de la mère d'Hélène, désormais soumise à son propre plaisir.

Ce tableau du Corrège est exposé dans la Alte galerie à Berlin.

 

Léda est accompagnée de ses servantes et plusieurs cygnes sont venus se poser dans la mare où la princesse fait ses ablutions.

 

Alors que les suivantes semblent effrayées par les volatiles et se rhabillent, la reine de Sparte est conquise par le dieu Zeus.

 

Elle ne sait pas encore que naîtra de cet attouchement Castor et Pollux, alors qu'elle donnera naissance par la suite à deux filles : Hélène et Clytemnestre, sa cadette.

 

Photo Michel Ledeuil : Berlin Alte galerie : tableau du Corrège Léda et Zeus