Arès est le Dieu de la guerre. Fils de Zeus et d’Héra, il était féroce au combat et de caractère instable. A l’opposé de sa demi-sœur Athéna qui réunissait à la fois la maîtrise de l’art guerrier et la sagesse, il représente la folie meurtrière. Il est le symbole du carnage et des massacres.

 

Arès est un personnage ambigu. Il a hérité de sa mère Héra, le caractère explosif et ombrageux. Les autres dieux de l'Olympe, à l'exception d'Aphrodite, se méfient de lui et aucune cité grecque ne l'accepta comme divinité titulaire.

Il est amoureux de la belle déesse Aphrodite qui lui donna plusieurs enfants dont les plus connus sont Eros et Harmonie. Pourtant, cette liaison était illégale, aux yeux des autres dieux, puisque Aphrodite était mariée à Héphaïstos.


Aphrodite, à qui l’on reprochait ses infidélités, précisait cependant que c’est Héra qui lui avait imposé, par jalousie, son mariage avec un être boiteux.

 

Lorsque durant la guerre de Troie, les dieux de l'Olympe se divisèrent en deux camps, il prit le parti des Troyens. Sans doute pour rester aux côtés d'Aphrodite, sans doute également pour s'opposer à Athéna qui concevait la guerre avec ordre et méthode alors qu'Arès aimait les mêlées furieuses et la saveur du sang.

 

Dans l'Iliade, Homère nous raconte l'intervention d'Arès. Aphrodite s’est précipitée sur le champ de bataille pour protéger Enée qui va succomber sous les coups de lance de Diomède, le fils de Tydée.


C’est elle qui reçoit le javelot qui était destiné au fils d’Anchise. Elle est blessée à la main et son sang de déesse (l’ichor)  coule de sa main transpercée. Arès vient à son secours et tue de nombreux Achéens avant de ramener Aphrodite sur l’Olympe où elle est soignée avant de se faire réprimander par Zeus pour son intervention.

 

Une magnifique statue exposée dans le musée national de Stockholm, nous présente la scène.

L’auteur a saisi le moment où Arès prend dans ses bras la déesse inanimée. Le bras touché lui fait très mal, mais c’est aussi la stupéfaction de se voir agressée par un mortel qui la bouleverse.

Et puis, Aphrodite, voluptueuse, aime bien qu’on s’occupe d’elle. Arès regarde autour de lui pour vérifier que tout danger est écarté, avant de quitter le champ de bataille.

          

PICT0111

Une professeure explique la scène à ses élèves

 

les amours-d-ares-et -d-aphroditefresque de Pompéï

          

Le comportement d'Arès et son engouement pour Aphrodite agaçaient profondément les dieux de l'Olympe. Certains d'entre eux, sans doute jaloux, décidèrent de tendre un piège aux deux amants.

 

Alors qu'Arès et Aphrodite passaient dans le même lit une nuit d'amour intense, Hélios, le dieu Soleil entoura le lit d'un filet dans lequel les amants s’empêtrèrent.

 

Alertés par les cris de fureur, les autres dieux accourent et se moquèrent d’Arès. Alors qu'Aphrodite haussait les épaules en dénonçant d'avance cette farce, Arès, vexé et courroucé par son avanie, se réfugia, chez un peuple réputé belliqueux, en Thrace.

 

Cette scène est représentée sur une fresque d’une villa de Pompéi. Arès caresse la poitrine de la Déesse qui, de sa main gauche, marque sa propre acceptation.

 

Une servante, sur la gauche de la fresque, s'occupe pendant ce temps des tâches quotidiennes et on devine le Dieu Eros, fils d'Arès et d'Aphrodite qui surprend la scène mais sans s'en offusquer.

Une statue hellénistique exposée dans le musée Altemps à Rome, représente Arès comme un éphèbe musclé et d'une grande beauté classique.

 

Il semble méditer, assis sur un trône, entouré de ses armes, après sa fuite en Thrace.

 

On devine le bouclier sur la gauche, le casque et le glaive dans son fourreau. A ses pieds, un enfant est bizarrement placé, il s'agit sans doute d'Eros. 

 

Mélancolique, il regrette de s'être enfui en laissant le champ libre à d'autres amants d'Aphrodite, comme Hermès ou Adonis. 

 

Durant son séjour en Thrace, il eut de nombreuses conquêtes féminines qui lui donnèrent des enfants qui avait tous le caractère bélliqueux de leur père.

 

On prétend même que la reine des Amazones, l'intrépide Penthésilée qui mourut durant la guerre de Troie, était l'une de ses filles.    

 

          rome08-821 musee-altempsphoto Michel Ledeuil : musée Altemps