Il était le fils de Cinyras, le roi de Chypre et de Smyrna dont on ne sait si elle était la femme ou la fille du roi.
À sa naissance, pour le protéger du risque de le voir être mis à mort à cause de la rumeur d’inceste, Aphrodite le cacha dans un coffre en bois et le remit à Perséphone pour que la Déesse des Enfers veille sur le nourrisson.


Mais, lorsque l’enfant grandit, Perséphone, envoûtée par le charme d’Adonis, refusa de le rendre à Aphrodite et le retint aux Enfers. Zeus dut intervenir et confia à la muse Calliope le soin de trouver un compromis entre les deux Déesses. Il fut décidé qu’Adonis resterait avec Perséphone quatre mois par an, quatre mois avec Aphrodite et qu’il pourrait faire ce qu’il désirait avec la personne de son choix, durant les quatre mois restants.  
La décision de Calliope sembla, dans un premier temps, apaiser les tensions entre les deux déesses. Cependant, si Adonis respecta à la lettre les exigences de Zeus, il choisit de consacrer le tiers de l'année restant à Aphrodite afin de vivre pleinement son amour pour elle.
Dès lors, le partage n'était plus équitable et l'amour qui liait Aphrodite à Adonis attisa les rancunes entre les Déesses et la convoitise des autres dieux. En effet, si la déesse de l'Amour, épouse légitime d'Héphaïstos, avait coutume de multiplier les infidélités, elle semblait cette fois-ci véritablement éprise de son jeune amant.

Mais un jour, un sanglier le blessa mortellement au cours d’une partie de chasse. Aphrodite, sitôt prévenue, se précipita auprès du jeune homme mais il était trop tard.


Elle pleura amèrement la perte de son amour et ses larmes se métamorphosèrent en une nouvelle fleur : l’anémone.


Adonis rejoignit ainsi les Enfers auprès de Perséphone. Aphrodite demeura inconsolable et elle supplia sa rivale de lui rendre, au moins six mois par an, son ancien amant.


Perséphone, rusée, accepta puisqu’elle-même n’était présente aux Enfers que durant la moitié de l’année. Au printemps et en été, elle aidait sa mère Déméter à répandre les grains de blé et à assurer le suivi de la floraison jusqu’à la moisson.


Adonis retrouva ainsi Aphrodite et devint le symbole de la floraison et du dépérissement de la nature et des fleurs.  

 

 

 

 

    

Cheverny toile Venus et Adonis

photo Michel Ledeuil: Château de Cheverny Aphrodite se précipite vers Adonis mourant