Hermaphrodite est le fils d'Hermès et d'Aphrodite. Ce dernier avait hérité de la beauté de ses parents et coulait une adolescence paisible en parcourant les forêts et en s'adonnant parfois à la chasse. 

 

Bien entendu, les ménades et les nymphes n'étaient pas insensibles à son charme qu'il avait hérité de sa mère et il était beau parleur comme l'était son père. 

Cependant, il n'avait jamais eu de liaisons amoureuses suivies avec aucune des jeunes créatures qui accompagnaient sa mère dans les farandoles, lors des fêtes annuelles qu'elle donnait dans son île de Chypre et se tenait à l'écart des affaires de l'Olympe.

 

Un jour qu'il se baignait à proximité d'une source, dans le lac de Carie, la nymphe Salmacis l’aperçut et voulut profiter de sa solitude pour lui faire des avances. Le jeune homme épuisé par une longue randonnée avait autre chose en tête et il la repoussa.

Salmacis, vexée, insista et prétendit qu'elle était, depuis longtemps, follement amoureuse de lui. Le fils d'Aphrodite céda bientôt aux supplications de son amante et ce fût un émerveillement des sens qui les poussèrent à une si forte étreinte qu’ils ne firent bientôt plus qu’un seul être bisexué, à la fois mâle et femelle.


De nombreuses statues ont représenté Hermaphrodite. Allongé avec volupté, il montre, de dos, un corps à la grâce et aux courbes féminines alors que le visage est celui d’un éphèbe. Nous retrouvons d'ailleurs la même gestuelle dans la "ménade endormie" exposée dans le musée archéologique d'Athènes.

 

V12ITG-5985 musée national fille dAphrodite cat-1

photo Michel Ledeuil: musée archéologique d'Athènes ménade endormie sur un rocher

             

Rome08-1025 palazzo massimo

photo Michel Ledeuil : musée Massimo à Rome : Hermaphrodite se repose après l'étreinte absolue avec la nymphe Salmacis

 

Le nouvel être issu de la fusion de la nymphe Salmacis et du fils d'Aphrodite et d'Hermès semble épuisé par cette étreinte et respire la plénitude. Il devient ainsi le symbole de la beauté absolue.