Articles

Balade à Athènes

  

        

 G2006-011-Athènes académiephoto Michel Ledeuil : Athènes les temples de l'académie et l'université

 

 

 V12ITG-5995 musée national masque dAgamemonPhoto Michel Ledeuil : musée archéologique le masque d'Agamemnon

 

Choisir son voyage

Athènes est l’une des destinations qui font rêver : le soleil, les îles, le Parthénon,….
Bien que le rêve soit très loin de la réalité, Athènes vaut la peine d’y passer quelques jours, mais il est bon de combiner cette visite avec un séjour en Grèce. C’est pourquoi je vous propose trois plans de visites ci-après.


Choisir son type de transport

En avion. C’est bien entendu la solution la plus rapide, la moins chère. Vous arrivez alors vers 16 heures 30 heures locale à l’aéroport d’Athènes en prenant un vol régulier à partir de Roissy avec acheminement matinal d’une ville de province. Après avoir récupéré vos bagages, prenez un taxi ou le métro. Évidemment le taxi est plus cher mais il vous permet d’arriver sans fatigue au pied de votre hôtel. 

 
En avion et voiture. Il faut bannir ce type de transport si vous restez plusieurs jours à Athènes car Athènes se visite à pied. Vous pourrez ensuite louer une voiture pour visiter les alentours.


En bateau et voiture. Si vous avez trois semaines de congés hors saison, pourquoi pas. Dans ce cas, reportez-vous à l’article : un voyage en Grèce.

 

Choisir la saison

La meilleure saison se situe entre la mi-mars et la mi-juin ou à partir de la mi-septembre. Il faut si possible éviter l’été car la chaleur moite et putride des rues d’Athènes, le bruit et la foule, vous gâchera vite du séjour.


En effet, ne comptez pas sur les nuits pour avoir du calme : les Athéniens sont des gens bruyants, ne comptez pas non plus sur la climatisation des hôtels : vous choisirez entre le fait d’avoir chaud ou d’être bercé par le bruit lancinant des climatisations de surcroît le plus souvent inefficaces.

    
Choisir son quartier

Il faut éviter de réserver un hôtel à l’extérieur d’Athènes. Il n’existe malheureusement aucun hôtel entre Athènes et le cap Sounion qui ne soit pas une usine à touriste et la circulation pour revenir dans Athènes, en voiture ou en bus, vous fera perdre énormément de temps.


Deux quartiers proches du centre s’offrent à vous :

  • le quartier situé au sud de l’acropole dans des rues qui donnent sur la via Syngrou. Vous êtes proche de la Plaka et des principaux sites à visiter.
  • Le quartier Omonia. C’est le quartier que je préfère. C’est un quartier populaire et vous pourrez ainsi, le soir, vous mêler à la foule bruyante des Athéniens pour prendre un dernier verre. Il y a de bons hôtels, mon préféré étant le Pythagorion.  

Vous serez à proximité du métro situé sur la place Omonia et proche du magnifique musée Archéologique National, à moins d’un kilomètre à pied des principales curiosités et à une demi-heure du Pirée par le métro.  

        

Faire son plan de visite

Vous trouverez trois projets de voyage.

  • Voyage de 6 jours à Athènes
  • Voyage de 10 jours en combinant Athènes et un séjour dans l’Argolide
  • Voyage de 8 jours en combinant Athènes, un séjour en Eubée et la visite de Delphes

 

Quelques astuces

Ne pas négocier les prix

Les Grecs n’aiment pas marchander contrairement à ce qu’affirment certains guides touristiques. Si vous voulez négocier les prix intelligemment, faites en sorte que votre interlocuteur ait envie de vous faire plaisir.


Pour ce faire, il faut être attentif et leur montrer, sans ostentation, le plaisir que l’on a à visiter leur si beau pays.
Attention, la nouvelle génération des Grecs ne parle souvent pas français, c’est comme partout désormais, l’anglais qui prédomine.

À Athènes, les serveurs dans la Plaka parlent français, il est vrai que lorsque vous vous trouvez dans ce quartier touristique, vous avez l’impression, désagréable, d’être à Paris.


Un pays plutôt bon marché

Les prix sont très souvent bon marché. Le prix des hôtels, des petits restaurants et des achats de fruits ont chuté de près de 30% sur les dernières années.

Ce n’est pas la peine de le faire remarquer. La crise a profondément affecté le pays et les Grecs pensent que les Européens du nord y sont pour quelque chose. Donc, n’allez pas les vexer.


La carte bancaire

Cela n’existe pas vraiment au quotidien. Apprenez à payer cash.

Faites par contre attention au rendu-monnaie. Les Grecs sont très honnêtes mais dans les petits villages, ils n’ont pas tous appris à compter en euros.    
Il faut également payer en cash les autoroutes et les traversées en bateau.


Louer une voiture

Vous pouvez bien entendu louer à partir de la France. Ce n’est pas la bonne solution sauf si vous souhaitez disposer d’une voiture à l’aéroport.


Une solution très intéressante est de « prendre son temps » avec des petits loueurs situés près de la via Syngrou, à deux pas de l’acropole.

Dans les exemples que je vous donne, vous louez en dehors du week-end et vous négociez vers 11 heures le matin pour une mise à disposition de votre voiture vers 18 heures. Vous montrez ainsi que vous n'êtes pas pressé et que vous avez tout votre temps pour aller voir ailleurs.

Vous poursuivez ensuite votre promenade vers l'acropole ou le mont Filopapou.


Vous rendrez la voiture quelques jours plus tard à 18 heures soit à Athènes, soir à l'aéroport (petit supplément). Vous aurez de bonnes réductions si vous la louez pour au moins trois jours.

 

Au restaurant

Les Grecs sont habitués à servir tous les plats que vous avez commandés en même temps. Il faut donc insister si vous souhaitez prendre tout d’abord des mezzés, puis le plat principal.


Les Grecs boivent à table du vin blanc ou rouge à la carafe. Il n’est pas nécessaire de prendre « un bon vin » dans une taverne, vous pairez cher sans avoir la qualité. Un vin local en carafe coûte environ 4 euros pour un litre.

Dans les petits villages, méfiez-vous du tavernier qui a une carte. Vous aurez du surgelé. Le mieux est de demander ce qu’ils proposent, ce qu’ils ont mijotés : tomates ou poivron farcis par exemple, agneau rôti…
Si vous voulez du poisson, demandez à le voir auparavant en cuisine. C’est plutôt bien vu dans les tavernes qui sont spécialisées dans le poisson.


Pas de café et de dessert au restaurant. Il arrive que les Grecs vous servent en entrée un petit plat de bienvenue : courgette ou aubergine grillée ou à la sauce tomate. C’est pour vous remercier de les avoir choisis. Souvent, lorsque c’est la saison, vous aurez également droit en fin de repas à des fruits qui proviennent le plus souvent de leurs vergers.  


Ne laissez pas de pourboire. Le service est compris donc ne leur donnez pas cette mauvaise habitude qui peut paraître d’ailleurs comme de la condescendance.    

 
Bien évidemment, vous payez cash. Dans de nombreuses tavernes des villages, il n’y a pas de carte ou menu et donc vous ne savez pas combien vous allez payer. Ne vous en faites pas, les Grecs sont très honnêtes. Depuis quelques années, vous avez un ticket qui arrive juste après la commande. C’est depuis que les contrôles se sont renforcés, mais cela a fait automatiquement augmenté les prix.


En Grèce, un bon repas (entrée, vin en carafe, plat de poisson ou de viande ou moussaka, salade grecque) vous coûtera moins de 40 euros pour deux personnes.


L’apéritif, cela n’existe pas en Grèce au restaurant. Si vous voulez prendre un ouzo avant d’aller dîner, aller le prendre dans un café et demandez à l’accompagner des mezzés.

 

Première découverte

Vous êtes venus pour cela. Vous vous dirigez donc vers l’acropole en descendant la rue Eolou ou en prenant le métro jusqu’à la station Monastiraki.


Depuis quelques années, un billet groupé est obligatoire pour visiter l’acropole et le reste des vestiges : ne vous laissez cependant pas abuser par cet ensemble de curiosités et choisissez celles qui valent vraiment la peine, à savoir l’ancienne agora**, le théâtre de Dionysos** et l’acropole*** évidemment.


Comme le billet est valable quatre jours, vous aurez loisir de pénétrer un autre jour dans les enceintes pour découvrir l’Agora romaine ou le temple de Jupiter*. Mais vous pouvez voir ces curiosités et prendre des photos en restant à l’extérieur.  

 

L’Acropole***

Quelle que soit l’heure, vous ne serez jamais seuls pour arpenter les marches qui vous mènent jusqu’aux Propylées**, puis au pied du Parthénon***.
La beauté du Parthénon n’est pas usurpée. Par contre, vous aurez toujours une grue ou un échafaudage qui gâchera la photo carte postale dont vous aviez rêvé.

 

Grèce-Athènes-Parthénon

Photo Michel Ledeuil : La face Ouest du Parthénon en 1991

    

VG11-1661B Athènes Parthénon

photo Michel Ledeuil : la face Est du Pathénon en 2012

 

L’Erechthéion*** est un petit temple très élégant qui combine les ordres doriques et ioniques. Il a été terminé en 407 av. J.-C.

 

Il présente un plan complexe en raison de la déclivité du terrain. Il était dédié à plusieurs divinités : Athéna et Poséidon et aux deux rois mythiques d'Athènes : Erechthée et Cécrops.  


Face au Parthénon, la tribune des six Cariatides est particulièrement photogénique et bien ensoleillée.

 

Les statues originales se trouvent désormais dans le nouveau musée de l’Acropole, mais les copies sont fidèles et superbes, alors que vous serez déçus par les originales très mal exposées dans le musée.

 

        

VG11-1656 athènes erecthéion cariatides

Photo Michel Ledeuil : les cariatides de l'Erechthéion

 

VG11-1605 Athènes Odéon

Photo Michel Ledeuil : l'Odéon et le Filopapou vus de l'acropole

    

En faisant le tour le long des remparts, vous découvrez, au nord, l’oppressante multitude d’immeubles sans charme qui s’amoncellent jusqu’à mi-pente des montagnes.

Par contre vous aurez un coup de cœur par la vue*** qui vous est offerte lorsque vous vous trouvez sur le belvédère situé à l’autre extrémité de l’acropole.


Prenez votre temps pour découvrir tour à tour, le Lycabette**, le Jardin national, le Stade Olympique*, le grand temple de Jupiter**, puis en revenant par le rempart sud, le théâtre de Dionysos et l’Odéon** dans lequel ont lieu les grands récitals des chanteurs de variétés grecs.


Je vous conseille de faire une deuxième fois le tour pour découvrir maints détails et prendre d’autres photos des trois temples qui se dressent sur l'acropole.

 


Le charmant petit temple de Niké*** se dresse en saillie auprès des Propylées. Vous ne pouvez pas vous en approcher, il faut donc y jeter un œil, en montant par le chemin de terre battue qui précède le grand escalier, puis lorsque vous allez sortir de l’acropole avant de rejoindre les Propylées.

 

VG11-1602 Athènes le temple Athéna Niké

Photo Michel ledeuil : le temple d'Athéna Niké

       

VG11-1702 Niké en partant

Photo Michel ledeuil : le temple d'Athéna Niké vue des Propylées

 

L’aréopage*

Cette colline calcaire se dresse à droite en quittant l’acropole. Selon la légende, c’est ici que le Conseil de l’Aréopage aurait été jugé Oreste, meurtrier de sa mère Clytemnestre et poursuivi pour son méfait par les Érinyes.


Vous pouvez grimper sur la colline si vous voulez disposer de nouveaux angles sur la vue d’Athènes, mais faites très attention aux pierres très glissantes. Depuis quelques années, les Grecs ont mis un escalier pour éviter les accidents.

 

L’ancienne Agora**

On accède à l’agora grecque par un portail situé sur la gauche du chemin piétonnier qui vous amène du pied de l’acropole à la Plaka. C’est à cet endroit que vous disposez une belle vue générale** sur l’ensemble du site, avec la belle petite église byzantine et le Théseion.

L’Agora n’est qu’un vaste champ de ruines, peu lisible pour les profanes, malgré la qualité des plans fournis par les différents guides touristiques.

Vous vous dirigerez vers le Théseion* qui est, avec celui de la Concorde à Agrigente en Sicile, l’un des mieux conservés du monde grec.

Il n’a cependant pas l’élégance de celui de Sounion*** ou du Parthénon. Il était dédié à Héphaistos, le dieu grec patron des forgerons et des artisans travaillant les métaux.  
Situé sur un monticule, il permet de mieux voir l’ensemble des maigres vestiges qui datent d’époques très différentes et dans lesquels, malgré les indications fournies, il est bien difficile de se retrouver.

 

2985-V10 lagora théséion

Photo Michel Ledeuil : vue générale de l'agora grecque et le Théséion

      

VG11-1710 agora grecque théseion

Photo Michel ledeuil : vue du Théséion dans l'agora grecque

 

À l’autre extrémité, les Américains ont reconstruit un portique*, avec des chapiteaux ioniens, selon les plans antiques de l’époque hellénistique. Il abrite un musée qui présente différents objets découverts durant les fouilles de l’agora.

Il y a quelques fragments de statues et des objets insolites comme cette curieuse machine à voter. 

 

VG11-1735 lagora grecque le portique

Photo Michel Ledeuil : Le portique de l'agora grecque

       

VG11-1740 lagora grecque le vote

Photo Michel Ledeuil : une machine à voter dans le musée de l'agora 


Je vous conseille de ressortir du site par la porte qui donne sur le quartier Monastiraki. La rue qui borde la ligne de métro vous ramène vers la Plaka. Vous trouverez une place sur l’une des nombreuses terrasses pour déjeuner d’une salade grecque arrosée de la meilleure bière grecque : la Mythos, mais l’Alpha qui se vend davantage à Athènes, n’est pas mal non plus.

 

Théâtre de Dionysos*

Vous revenez ensuite en direction de l’acropole et vous vous perdez un peu, avec plaisir, dans les ruelles qui vous amènent jusqu’à l’agora romaine et la célèbre tour des vents**. Vous contournez l’acropole par la partie est. Profitez des ruelles situées à mi-pente pour prendre quelques photos des chats grecs qui se prélassent sur les marches et les murets.


Vous allez visiter le théâtre de Dionysos. Cela ne vaut pas celui d’Epidaure***, de Delphes** ou même d’Argos*, mais puisque vous êtes là et que vous avez déjà payé l’entrée, je vous conseille d’y faire une pause et d’admirer les quelques sièges et le bas-relief situé au-dessous de la scène. 

    

V9G-1121 agora romaine

Photo Michel Ledeuil : La Tour des vents dans l'agora romaine

        

G2006-030-Athènes-Dionysos

Photo Michel Ledeuil : le théâtre de l'Odéon au pied de l'acropole

 

Le musée de l’acropole*

2895-V10 vue du batiment nouveau musée

Photo Michel Ledeuil: le bâtiment qui abrite le musée de l'acropole

     

Ce vaste bâtiment abrite les quelques statues et objets qui étaient exposés auparavant dans le petit musée situé sur l’acropole.
La construction de ce musée, voulue par Mélina Mercouri avec sa folie des grandeurs, avait été interrompue lorsque des ruines étaient apparues sous les fondations de l’édifice. Les travaux furent repris bien des années plus tard. Un gouffre à millions que l’Europe a englouti dans ce projet stupide.     

Auparavant, lorsqu’on visitait l’acropole, le petit musée, présentait en quelques salles, le peu de choses à voir.

Il apparaissait comme un complément utile, une sorte de cerise sur le beau gâteau que l’on venait d’apprécier.

Cela fait au moins travailler les fonctionnaires grecs car le nombre de gardiens est presque aussi élevé que le nombre de statues. 

 

 


 
Les statues sont écrasées par le côté pompéien du bâtiment. On a l’impression que les objets que l’on vient voir servent de décors au bâtiment et non l’inverse.
Vous apprécierez quand même la vue des caryatides**, des fresques** des métopes du Parthénon dont la plupart sont des copies car pour voir les originaux il faut malheureusement aller à Londres.

 

2933-V10 Athènes musée de lacropole

Musée de l'acropole : la procession

     

2940-V10 Athènes le porteur de bélier

musée de l'acropole le porteur de bélier

      

2942-V10 Athènes musée de lacropole

musée de l'acropole : Koré

 

La cafétéria ressemble à un self et manque complètement d’intimité. Lorsque vous aurez terminé cette visite, je vous conseille plutôt de retourner vers la Plaka pour prendre un rafraîchissement avant d’aller assister à la levée de la garde sur la place Syntagma.

 

La relève de la garde** 

G2006-028-Athènes-fin du spectacle

Photo Michel Ledeuil : Les Evzones devant le monument aux morts 

    

La place Syntagma a été complètement rénovée et a perdu, au fil du temps, son caractère populaire.

 

Elle borde le Jardin National qui est régulièrement fermé depuis des années à cause des manifestations qui se déroulent dans le quartier.

 

Elle reste l'un des points le plus visité par les touristes pressés qui viennent assister à la relève de la garde.

 

Elle a lieu toutes les heures. Les evzones, avec leur curieux uniformes, font plutôt soldats d’opérette, mais leur gestuelle, saccadée et bien huilée, est divertisante et cela est bien moins ridicule que la relève de la garde royale que vous pourriez voir à Stockholm ou à Copenhague.   

 

Le Stadium*

Le stade olympique occupe l’emplacement du stade antique. Ce stade avait été aménagé au 4e siècle av. J.-C. et reconstruit en 144 apr. J-C.

Après la décadence d’Athènes au profit de Byzance, il fut dépouillé de ces gradins et l’espace de verdure au milieu duquel il se dresse aujourd’hui fut consacré à la culture de blé.

Le stade actuel a été reconstruit sur son plan d’origine pour la célébration des Jeux Olympiques de 1896 puis rénové pour accueillir l’arrivée du marathon et les épreuves de tir aux jeux de 2004.

Du haut des gradins de marbre, vous avez une belle vue* sur le Jardin National et sur l’Acropole.

Les explications données dans l’autoguide sont à la fois didactiques et très intéressantes. N’hésitez donc pas à profiter pleinement de cette visite un peu à l’écart de la foule pour vous ressourcer.

     

2755-V10 le stade

Photo Michel Ledeuil : vue générale du stade olympique d'Athènes

 

Le Lycabette*

Selon la légende, c'est Athéna qui aurait laissé tomber ce rocher haut de 277 mètres, alors qu'elle le destinait à relever l'Acropole.

La montée vers le Lycabette est épuisante, surtout sous un soleil de plomb. La rue Ploutarchou se termine par une série d’escaliers qui aboutissent devant le funiculaire.

Lorsque vous débouchez sur le Belvédère, vous avez une vue** d’Athènes et de ses environs extraordinaire.
L’endroit était mythique avec son église** aux murs blancs, le drapeau qui flotte et le ciel d’un bleu carte postale.

Malheureusement, vous risquez d’être déçu. Le site est désormais délabré avec de nombreux graffitis et la forêt d’antennes qui entoure l’église gâche le plaisir. 

 

V9G-1150 vue de lacropole

Photo Michel Ledeuil : Le parthénon et le Lycabette vus du Filopapou

      

V9G-1152 vue du Lycabette

Photo Michel Ledeuil : Le Lycabette vu de la colline du Filopapou

 

La colline de Filopapou**

Vous prendrez du plaisir à grimper sur cette colline en musardant par les sentiers parsemés de mauvais escaliers de pierre ou de terre retenue par des rondins.

Vous passez par la grotte prétendument appelée “prison de Socrate” avant de déboucher au sommet.


C’est à partir de cette colline que vous disposez de la meilleure vue*** sur l’acropole et sur tout le golfe Saronique**. S’il fait beau, vous devinez le port du Pirée, les îles Égine et Salamine et les montagnes de l’Argolide.


Le monument de Filopapou a été érigé en mémoire d’un prince d’origine syrienne qui fut déclaré citoyen et bienfaiteur d’Athènes.
Cette colline aride et sauvage permet de faire une escapade plaisante.

     

V9G-1154 vue du parthénon

Photo Michel Ledeuil  au 300 mm : vue sur l'Acopole à partir du Filopapou

 

Les principaux musées***

V12ITG-5967 musée national Aphrodite et Pan Cat-1

Photo Michel Ledeuil : musée archéologique Aphrodite et Pan

 

Les autres musées*

Les autres sites ou musées que vous pourrez découvrir lors d’un séjour prolongé ou lors d’un autre voyage sont listés ci-dessous.


Le musée byzantin**

Il est situé à proximité du musée Bénaki et vous pouvez donc combiner sa visite avec celui-ci.
Il présente de manière didactique l’évolution de l’art byzantin entre la fin de l’antiquité et la chute de Byzance en 1453.  Il a été rénové en 2003 et expose désormais les collections de façon chronologique et thématique.


Le premier thème est la transition entre l’antiquité et l’art byzantin avec comme sous-thèmes abordés dans les différentes salles : la vie quotidienne, la christianisation des temples antiques, les premières basiliques chrétiennes, l’Égypte chrétienne et copte, les chrétiens face à la mort.
Le deuxième thème est l’Empire byzantin avec des salles consacrées à l’organisation de l’empire et aux nombreuses crises qu’il traverse, puis à l’art religieux avec de nombreuses icônes et les fresques des églises byzantines.


D’autres salles concernent la période de la domination franque commencée par le sac du Constantinople par les Croisés et les Vénitiens en 1204 et l’occupation de l’Attique et du Péloponnèse par les Francs.


Les dernières salles s’intéressent à la fin de l’Empire exsangue qui se limitait alors à Constantinople et à un certain nombre de principautés réparties sur les pourtours de la mer Noire ou en Méditerranée et à la conquête ottomane. 

 
Dans une autre aile sont abordés l’histoire post ottomane et les échanges culturels entre l’occident et la Grèce. Chaque thème géographique ou culturel est présenté non pas dans une salle spéciale, mais au milieu de tous les autres. Ce type de présentation séduira les passionnés, mais lassera vite les visiteurs qui souhaitent déambuler à leur guise sans se faire imposer une vision trop intellectuelle.

 

Le musée Kanellopoulos

Situé dans une belle demeure sur les hauteurs de la Plaka, il domine l’ancienne agora grecque. Il présente les différents objets faisant partie de la collection privée léguée à l’État par la famille Kanellopoulos. Après avoir vu le Bénaki, vous serez forcément déçus mais vous pourrez en faire la visite lors d’un autre séjour.

 

Le musée d’art populaire*

Il est situé dans la Plaka. Il présente une riche collection d’objets de la vie quotidienne et des costumes du dix-neuvième siècle d’hommes et de femmes des différentes régions de Grèce.


Si vous poursuivez votre voyage vers Nauplie après votre séjour, je vous conseille plutôt de voir le charmant petit musée folklorique situé dans la vieille ville de Nauplie.    

 

Le musée d’histoire national**

Ce musée est situé dans les locaux de l'ancien parlement hellénique.

 

Il a été fondé en 1882 et est entièrement consacré à l’histoire de la Grèce entre la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453 et la fin de la Deuxième Guerre mondiale.


Il présente de manière assez désordonnée de très nombreuses gravures, peintures et autres documents qui passionneront les personnes qui s’intéressent à l’histoire des Balkans.

 

Vous découvrirez ainsi les portraits des principaux héros de l'indépendance grecque comme Kolokotronis, Karaïskakis, Capo d'Istria et Lord Byron. 

 

 

      

V12ITG-5705 Athènes lancien parlement et le musée historique

photo Michel ledeuil : l'ancien parlement et musée historique national

Le cimetière du Céramique*

Le cimetière du Céramique est le plus important d’Athènes. Il est situé à l’extérieur de l’enceinte de la ville antique, le long de la voie sacrée et à proximité de la porte du Dipylon.


Cette porte double dominée par deux tours constituait l’entrée principale d’Athènes. Les importants vestiges qui subsistent valent la peine d’être vus en même temps que la visite du cimetière.

 

V12ITG-5706A Cimetière du Céramique

Photo Michel Ledeuil : moule de stèle funéraire dans le Céramique

      

Le nom que porte ce cimetière provient du nom donné à l’argile (Keramos) utilisé pour la fabrication des vases funéraires.


Il subsiste de nos jours un vaste espace boisé avec de nombreux vestiges de tombeaux et quelques moulages des œuvres monumentales qui décoraient ces tombeaux. 

Ils ont été érigés par les riches familles athéniennes durant la période du quatrième siècle av. J.-C. au premier siècle de notre ère.


Vous pourrez faire cette visite (gratuite puisqu’elle fait partie du billet groupé avec l’Acropole) si vous effectuez un séjour prolongé à Athènes, mais vous serez peut-être déçus.

 

 

Le temple de Jupiter*

Le temple dont on aperçoit les fabuleux vestiges a été achevé par les Romains sous le règne d'Hadrien en 132 apr. J.-C. Il était l'un des plus vastes du monde antique. On peut admirer les 15 colonnes corinthiennes en marbre qui ont été redressées, à partir de l'acropole ou en se promenant le long de la Vassilia Olgas.  

Il est possible d'accéder au site puisque sa visite est prévue dans le billet groupé avec l'acropole. Ceci vous permettra d'avoir une meilleure impression sur le gigantisme du temple qui était dédié à Zeus

 

VG11-1680 vue de lacropole  Jupiter

Photo Michel Ledeuil : Athènes le temple de Jupiter vu de l'acropole

       

G2006-035-Athènes-Jupiter

Photo Michel ledeuil : Athènes le temple de Jupiter

 

Le Jardin national**

Il a été aménagé à partir de 1840. C’est un beau parc bien ombragé qui constitue un havre de calme au centre d’Athènes. Au détour des nombreuses allées, vous découvrirez des tortues ou des chats qui se faufilent au milieu de la végétation touffue.


Vous aboutirez devant le petit bassin, avec ses canards et les familles qui se prélassent autour tout en se protégeant du soleil. Un peu plus loin, vous ferez le tour du petit zoo avec ses loups et ses quelques animaux exotiques.


Il est situé à côté de la Plaka et des musées Bénaki et Cycladique et constitue une étape incontournable pour une longue pause.


J’espère cependant qu’il sera ouvert car depuis la crise et les nombreuses manifestations qui se produisent à proximité, les forces de l’ordre y interdisent parfois d’y accéder, si la situation devient trop chaude. 

 

Promenade en ville

En dehors de la Plaka et des sites historiques, la ville d'Athènes n'a aucun charme.

 

La crise n'a rien arrangé. La ville est délabrée et la majorité des magasins situés dans les deux galeries marchandes sont fermés.

 

Pour trouver des boutiques à la mode, il faut se rabattre sur la Plaka, mais attention aux arnaques ou près de la grande Métropole.

 

Cependant lorsque vous allez d'un site à l'autre, vous pourrez observer des scènes de tous les jours. Les passants qui s'arrêtent devant les kiosques à journaux pour lire les gros titres, le cireur de chaussures....

      

G2006-013-Athènes scéne de rue

Photo Michel Ledeuil : Athènes le cireur de chaussures

Les églises byzantines

Elles existent encore, mais il est parfois difficile de les retrouver au milieu des immeubles sans charme qui se dressent autour d'elles. La petite Métropole se situe à côté de la Grande Métropole qui vaut également la peine d'être vue.

 

VG11-1900 Athènes petite métropole

Photo Michel Ledeuil : Athènes église byzantine la petite Métropole

       

V9G-1176 église byzantine

Photo Michel Ledeuil : Athènes église byzantine moderne

 

Visiter les alentours d'Athènes**

                       Temple du cap Sounion

 

Poursuivre le voyage***

 

              V12ITG-4925 Mycènes trésor dAtrée cat-1

Visite de Delphes***, d'Ossios Loukas*** et de Erétria**

Ce tableau vous présente un plan de voyage de 3 jours d'Athènes à Athènes avec location de voiture pour ces 3 jours et l'hébergement dans deux hôtels à Itéa et à Amarynthos.

Vous pouvez combiner les plaisirs de la visite de superbes sites archéologiques avec la plage et la baignade chaque jour.

Pour consulter le plan détaillé du séjour vous cliquer sur Delphes ou Eubée.

 

 

 

 

 

 

Découvrir le Danemark

en cours de rédaction

Découvrir le Jutland

en cours de rédaction

Les temples Grecs en Sicile

Lire la suite...

La Sicile est très riche en vestiges de l'époque grecque. A partir des années 750 av. J-C, elle fait partie de la Grande Grèce qui comprend par ailleurs tout le sud de la Péninsule italienne.

Des villes prestigieuses ont été construites par des colons grecs qui ont quitté leur patrie pour développer le commerce et tenter de faire fortune. 

Cet article présente les principaux sites archéologiques siciliens. Ils sont presque tous situés au bord de la mer et il est donc facile de combiner leur visite avec les plaisirs de la plage et de la baignade.

Séjour à Saint-Malo

Lire la suite...

Saint-Malo est situé au centre d’une région touristique. En rayonnant tout autour de cette ville superbe, vous pouvez chaque jour faire des excursions et découvrir des curiosités qui vous laisseront un souvenir impérissable.

Sur les pentes de l’Etna

Lire la suite...

1-Présentation générale

L’Etna est situé à l’est de la Sicile. C’est le plus grand volcan européen et l’un des plus facilement accessibles.
Il est très souvent en éruption, soit à partir de l’un des deux grands cratères principaux, soit à partir de plus petits cratères périphériques ou de failles à partir desquels s’écoulent des flots de lave que l’on peut voir à des dizaines de kilomètres au coucher du soleil et de nuit.

Majestueux, on peut le voir à plus de cent kilomètres à la ronde. Il culmine à 3.300 mètres d’altitude et est couvert de neige en hiver et au printemps. Il y a d’ailleurs des stations de ski très fréquentées sur la face nord.
Il couvre une superficie de 1.600 kilomètres carrés soit près d’un tiers d’un département français.
Une route qui permet d’en faire le tour offre un circuit prestigieux de plus de 120 kilomètres.

Une balade à Copenhague

La capitale du Danemark est une ville agréable dans laquelle il fait bon flâner. Elle dispose d'un grand nombre de musées qui séduiront les amateurs de la sculpture et de la peinture du dix-neuvième siècle et des passionnés de la préhistoire.

 

Vous découvrirez également les différents châteaux appartenant à la famille royale et de nombreux parcs. Copenhague est située au milieu d'une région qui comporte de nombreuses curiosités, avec de nombreux châteaux***, un musée Viking*** et le panthéon*** des rois du Danemark à Roskilde et la possibilité d'effectuer une incursion maritime** en Suède.  

         

 

 

V16-DKNorge 10760 Copenhague le quartier du palais damalienborg vue vers léglise de marbrePhoto Michel Ledeuil : Le dôme de l'église de marbre vue de la place d'Amalienborg

 

Choisir son voyage

Trois jours suffisent largement pour découvrir l'ensemble des curiosités de Copenhague. Vous avez le choix entre les solutions suivantes :

  • solution 1 : un voyage en avion en week-end prolongé pour découvrir la ville,
  • solution 2 : un voyage d'une semaine qui vous permet de découvrir les importantes curiosités situées aux alentours. Dans ce cas je vous conseille de louer une voiture à l'aéroport de loger en dehors de Copenhague,
  • solution 3 : un voyage de deux ou trois semaines au Danemark en combinant la visite de Copenhague avec les très nombreuses curiosités situées dans ce pays attrayant, reposant et méconnu,
  • solution 4 : un voyage de trois semaines en itinérant qui vous conduit vers la Norvège.

Les astuces

    • Notez les principales curiosités (musées, châteaux) que vous repérez à l’avance afin de profiter pleinement des balades en allant d’un site à l’autre.
    • Il n’est pas nécessaire de suivre les conseils des guides touristiques qui vantent la tourist card. Les horaires (10 heures – 17 heures) ne vous permettent pas de visiter plus de deux musées chaque jour.
    • La meilleure période pour séjourner à Copenhague est entre mai et septembre. A cette période, la longueur des journées vous assure de belles soirées.
    • Préparez son budget. En dehors de l’hôtel que vous paierez par carte bancaire, vous ferez toutes vos autres dépenses en monnaie locale. Il vaut mieux changer l'argent dans les banques situées dans le centre ville dans le quartier de Tivoli par exemple. Attention, certaines banques refusent de changer plus de 1.000 euros. Le prix des services, restaurants, boisson, parking sont environ 25% plus chers qu’en France à cause de la TVA très élevées.
    • Si vous venez d'Allemagne en voiture, faites le plein avant la frontière (c'est moins cher) et munissez-vous par précaution d'un peu d'argent liquide que vous aurez changé en France. Il n'y a pas de bureau de change à la frontière.
    • L'hôtellerie est très chère à Copenhague et dans tout le Danemark et parfois vétuste. Il faut compter au minium 170 euros par nuit pour deux personnes pour une chambre normale, plus de 220 euros dans le centre de Copenhague.  
    • Les restaurants ferment de très bonne heure le soir, parfois dès 19 heures ! Donc bien se renseigner auparavant sur les heures d'ouverture.
    • Si vous êtes en voiture, privilégiez les bed and breakfast ou appartements dans les environs de Copenhague. Il est possible de trouver dans les grandes surfaces des produits alimentaires de qualité et de manger à la française : charcuterie, fromage, fruits, etc...
    • Comme dans beaucoup de pays nordiques ou de l'est, l'habitude, au restaurant, est de ne prendre qu'un seul plat. C'est cher mais très copieux.
    • Le Danemark dispose d'excellentes bières ambrées. C'est ce qui accompagne le mieux leurs plats à base de poissons de la Baltique ou de Harengs en sauce. Ils ont également à la carte des vins du Chili ou d'Argentine de bonne qualité. Enfin, comme partout en Europe, vous pourrez vous rabattre sur de bonnes pizzerias. 
    • Tous les Danois parlent bien anglais. Ce sont des gens calmes et généralement très serviables.
    • Pour vos achats, sachez que tous les magasins ferment en général dès 17 heures même à Copenhague et sont fermés durant le week-end du samedi midi au lundi matin.
    • Les principaux musées sont fermés le lundi et n'ouvrent qu'à 10 heures les autres jours.

       

  • Si vous effectuez un simple séjour à Copenhague en avion, privilégiez un hôtel dans le centre-ville, ce qui permet de disposer de nombreux restaurants à proximité et de visiter toutes les principales curiosités à pied.

 

  • Si vous venez à Copenhague en voiture, faites en sorte de vous garer dans un parking payant et éviter les horodateurs. Les PV tombent très vite, les préposés sont très peu compréhensifs et les amendes très onéreuses.

 

  • Conduire dans l'agglomération de Copenhague est difficile à cause du manque de repères et l'absence d'indications dans le centre-ville. Munissez-vous d'un bon plan de la ville. D'autre part, de nombreux travaux pour la mise en place de nouvelles lignes de métro, gênent considérablement la circulation.

  

  • Si vous venez à Copenhague en voiture, je vous conseille d'accéder le samedi et le dimanche. Vous éviterez ainsi les embouteillages nombreux sur les autoroutes d'accès à la capitale.

 

 

 

Faire son plan de visite


Le tableau ci-dessous fournit deux exemples de séjour qui combinent deux ou trois visites par jour avec les promenades dans les quartiers de la ville ou dans la région.  


Pour les repas, XX signifie un dîner pris dans l’appartement que vous avez loué, R1 un repas normal dans un bon restaurant avec une bonne bouteille de vin.
Pour l’accommodement Ho signifie hôtel, AP signifie appartement et BB signifie Bed&Breakfast.
 

 Cette solution 1 ne prévoit que la visite de Copenhague avec un hôtel en centre-ville.

 Capture-solution 1A

 

 

Cette solution 2 prévoit un hébergement dans la ville d'Hillerod dans un appartement avec la visite de Copenhague et de ses environs. C'est cette solution que je vous préconise, sachant que le coût des deux solutions est à peu près  équivalent.

 

Capture-solution 2B

 

Se répérer dans Copenhague

Si vous avez réservé un hôtel dans le centre-ville, vous vous retrouverez toujours à moins d'un kilomètre de l'hôtel de ville (Râdhuset). Cette place est très animée et donne accès à la rue commerçante piétonne : la Stroget  

 
Si vous venez en voiture à partir de Hillerod vous trouverez un grand parking couvert à péage sur l'avenue Norre Voldgrade, sur la gauche du parc Orsteos.


À partir de ce parking, vous pouvez rejoindre toutes les principales curiosités de la ville qui sont distantes à moins d'un kilomètre.


Les principales curiosités sont décrites ci-après. Il s’agit principalement du musée national***, de la Glyptothèque***, du musée des Beaux-Arts***, du musée Thorvaldsen***, du château de Rosenborg**.

               

La balade dans le centre-ville*

Les ruelles du centre-ville semblent endormies jusqu'à 10 heures le matin et il est bien difficile de trouver un bar ouvert pour prendre un café. Les Danois sont au travail et les touristes sont absents puisqu'aucun musée n'est ouvert à cette heure.

 

C'est tout de même un moment agréable car vous pouvez flâner en vous dirigeant vers l'île au château autour de laquelle se situent les principaux musées de la ville. Vous pouvez admirer au passage la cathédrale protestante* et la belle fontaine aux cigognes* située sur une place qui est traversée de part en part par le Stroget.

 

V14-DK-8030 Hillerod rue de Copenhague

Photo Michel Ledeuil : rue du centre-ville de Copenhague tôt le matin

      

V10-COP-4825 fontaine aux cicogne

Photo Michel Ledeuil : la fontaine des cigognes sur la place d'Amager

 

 

V15-DK-8605 Kobenhavn centre ville vue sur le château

Photo Michel Ledeuil : vue du château de Christianborg près du musée national

V13DK-5100 Copenhague retour vers lhôtel de ville

Photo Michel Ledeuil : boulevard animé près de la Glyptothèque

 

Vous débouchez alors devant le vaste terre-plain sur lequel se dressent, le musée de Thorvaldsen** et le château de Christianborg. Vous pouvez pénétrer dans la cour de ce château mais il y a souvent des travaux et l'ensemble monumental présente peu d'intérêt.

La photo ci-dessus est prise devant le musée national*** que vous allez visiter. Les rues sont très animées à partir de 16 heures car les Danois quittent leur travail, en voiture mais surtout en bicyclette. Il faut y faire attention, les cyclistes sont les rois et nous ne sommes pas habitués à en voir déboucher de partout comme c'est le cas à Berlin ou à Amsterdam par exemple.

 

 Le musée Thorvaldsen**

Le musée Thorvaldsen est l'un des quatre musées majeurs de Copenhague. Il présente de très nombreuses oeuvres du sculpteur ainsi que sa propre collection de peintures ou d'objets issus de fouilles.

Le musée se situe dans un batiment de style néo-classique, conçu spécialement pour ce musée. L'artiste y est enterré dans le parc de la cour intérieure.

 

Bertel Thorvaldsen a été à la fois un artiste réputé et un collectionneur. Le musée nous propose donc de cerner les deux aspects de son personnage qui vécut plus de vingt ans à Rome avant de revenir dans son pays d’origine. 

 

V12-ADK-3122 musée Thorvaldsen couloir du musée     V12-ADK-3200 musée Thorvaldsen Psyché      V12-ADK-3371 musée Thorvaldsen  Aphrodite et la pomme de la discorde
Photos Michel Ledeuil : musée de Thorvaldsen : l'une des galeries avec les oeuvres en plâtre et les statues de marbre de Psyché et d'Aphrodite

 

Le musée situé sur deux étages comporte une série de bas-reliefs réalisés en plâtre, de nombreuses salles qui présentent des objets ou des peintures faisant partie de la collection personnelle de l'artiste et une série de statues*** réalisées en marbre.  

 

La majorité des oeuvres représente soit des personnages célèbres contemporains de l'artiste, soit des scènes de la mythologie grecque ou encore de l'histoire d'Alexandre le Grand. Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste de la mythologie pour apprécier les oeuvres mais une connaissance des mythes grecs ou des oeuvres homériques constituent un plus.  

Pour visiter le musée de Thorvaldsen, >>>>>> cliquer ici.

 

Le musée national***

Le musée national est devenu payant depuis 2016. Il comporte essentiellement deux sections : la section de la préhistorique danoise*** et la section du moyen-âge à la renaissance*. Il présente par ailleurs fréquemment des expositions temporaires sur des thèmes divers.

 

Ce musée ne couvre pas du tout la période viking. Ceci peut être déroutant pour les visiteurs non avertis mais pour les Danois, cette courte période ne représente qu'une phase de l'histoire du Danemark. Pour découvrir l'époque Viking, le mieux est d'effectuer la visite du musée viking de Roskilde***, ou d'aller dans le Jutland où vous découvrirez de très nombreux sites datant de cette époque.   

 

 V15-DK-8650 Kobenhavn musée national lauroc

Photo Michel Ledeuil : Musée national squelette d'auroch

     

 V14-DK-5745 Copenhague musée national exposition renaissance

Photo Michel Ledeuil: Musée national retable de la section renaissance

Pour visiter le musée national, >>>>>> cliquer ici.

 

La Glyptothèque***

La Glyptothèque est située à dix minutes à pied du musée national. Cette très importante collection d'oeuvres d'art s'enrichit sans cesse. Elle a été fondée en 1882 par le brasseur Carl Jacobsen.


L'édifice qui a été conçu en 1882 et qui a été agrandi par la suite est de style néo-classique. Il est composé de deux bâtiments à étage qui se dressent autour d'un jardin exotique d'hiver*** qui nous embarque dans une atmosphère tropicale.

 

Il comporte de nombreuses sections d'une richesse incroyable, avec notamment des sculptures danoises*** et françaises**, des peintures danoises*** et françaises**, une très riche collection égyptienne**, des sculptures antiques** d'origine phénicienne, étrusque, hellénistique et romaine et une magnifique rétrospective*** des civilisations méditerranéennes et mésopotamiennes illustrée par un parcours initiatique dans une vingtaine de salles situées au sous-sol et que nous emmène de Bagdad à Athènes et en Étrurie.   

 

V13DK-4166 Glyptothèque sculpture danoise Ophélie         V15-DK-11004 Copenhague -Athéna timide        V15-DK-12971 Copenhague Glyptoteque  section égyptienne cat-1
Photos Michel Ledeuil de quelques oeuvres exposées dans la Glyptothèque : statue danoise d'Elodie, statue hellénistique d'Athéna et statue egyptienne d'Anubis

 

Afin de profiter pleinement de la visite des différentes collections et de l'atmosphère du jardin d'hiver, je vous conseille de prévoir trois bonnes heures pour découvrir tranquillement les différentes sections. A noter que la cafétéria du musée ne vend plus que des sandwiches.

 

Pour visiter la Glyptothèque >>>>>> cliquer ici.

 

Le musée des Beaux-arts***

Le musée des Beaux-arts de Copenhague possède une des galeries de peintures les plus riches d'Europe.

 

Elle se compose d'une galerie d'œuvres européennes où tous les grands artistes italiens, allemands, flamands et français sont présents, d'une galerie danoise qui présente de nombreuses œuvres des grands maîtres de la peinture et de la sculpture danoise et d'une galerie d'art moderne.

 

Il est situé dans un cadre agréable, au milieu d'un parc et non loin du château et du parc de Rosenborg.

Il dispose d'une cafétéria où vous pouvez déjeuner au calme.

 

Pour visiter le musée des Beaux-arts, >>>> cliquer ici.

                            

V16-DKNorge 10870 Copenhague façade du musée des beaux-arts

Photo Michel Ledeuil : Façade et entrée du musée des Beaux-arts

 

V16-DKNorge 13015 Copenhague Galerie nationale vaisseaux russes en ligne oeuvre de Eckersberg en 1827

Photo Michel Ledeuil : vaisseaux russes peint par Eckersberg en 1827

           

V16-DKNorge 14050B visiteuse Emilie Marie Rovsing née Raaschou en 1891 par Wilhem Bissen détail

Photo Michel Ledeuil : détail d'une statue de Bissen

 

Le château de Rosenborg**

Le château de Rosenborg est un bâtiment construit en brique rouge décorée de tuffeau. Conçu au départ pour n’être qu’un pavillon d’été, il a été constamment remanié entre 1606 et la fin de sa construction. Il a conservé le même aspect extérieur qu’en 1633.

 

Il était difficile pour les architectes de prendre en compte les constants revirements du roi qui leur fit ajouter en 1615, une nouvelle aile et des tourelles, puis, dix années plus tard un étage supplémentaire.

 

Le résultat est affligeant et il cessa d’être une résidence royale en 1710 car le roi Frédérick IV le jugeait trop petit.

 

Le château est bordé par un vaste parc à partir duquel il est possible de prendre des photos de l'édifice.

La visite comporte la visite du château* et du Trésor Royal**.

 

pour découvrir le château et le Trésor >>>>> cliquer ici

       

V16-DKNorge 10850 Copenhague château de Rosenborg

Photo Michel Ledeuil : le château de Rosenborg vu à partir du parc

 

Le quartier nord-ouest**

Il est possible de visiter ce quartier à pied à partir de la Stroget ou à partir du château de Rosenborg en passant par le parc. Il y a également des parkings payants mais chers.

Vous passez sur la nouvelle place royale qui n'a pas d'attrait particulier et qui est en travaux depuis plusieurs années à cause du métro. Vous arrivez bientôt sur le petit bassin du Nyhavn.

  • Le nouveau port**

V16-DKNorge 10580 Copenhague le quartier de Nyhavn

Photo Michel Ledeuil : Copenhague le quartier du Nyhavn

        

Le bassin qui fut creusé au dix-septième siècle est bordé de maisons aux façades colorées.

 

C'est l'endroit le plus pittoresque de Copenhague, à partir duquel, à dix heures, vous pouvez faire une excursion sur les nombreux bassins qui entourent Copenhague.

 

L'excursion est prisée par les groupes de touristes et le rapport qualité-prix n'est pas très bon.

 

Vous pouvez découvrir le quartier soit avant dix heures, avec une belle luminosité, soit en fin d'après-midi pour prendre une bière dans l'une des nombreuses tavernes situées sur le quai nord.

Vous poursuivez votre promenade en direction de la place d'Amalienborg.

 

 

  • Le palais d'Amalienborg**

La place d'Amalienborg est très prisée par les tours opérateurs. L'ensemble monumental n'a pourtant rien d'extraordinaire, mais la vue de l'église de marbre avec au premier plan la grande statue équestre de Fréderic V vous permet de réaliser une belle carte postale.

 

Vous pouvez assister à la relève de la garde qui a lieu tous les jours à dix heures et à midi. Évidemment, vous ne serez pas les seuls à venir découvrir le cérémonial de la transmission des consignes.

 

En retournant vers le plan d'eau vous pouvez vous reposer dans les jardins d'Amélie*. Il s'agit d'un aménagement paysagé du quai de Toldbodgade et qui offre une vue générale sur l'Opéra, situé sur l'autre rive. 

 

V10-COP-3000 place amallienorg Photo Michel Ledeuil :  la place d'Amalienborg et l'église de marbre

        

V16-DKNorge 10705 Copenhague le quartier du palais damalienborg relève de la gardePhoto Michel Ledeuil :  la relève de la garde sur la place d'Amalienborg 

 

L'église de marbre* s'appelle en réalité l'église Saint-Frédérick. Sa structure est très classique. Son dôme domine le quartier et l'ensemble est plutôt harmonieux. Elle donne un peu de majesté au quartier. Elle fut achevée au dix-neuvième siècle et elle ne se visite pas.

 
 
En prolongeant votre promenade vers le nord, le long du quai aménagé, vous arrivez dans le quartier Churchill avec la belle église anglicane de Saint-Alban et la citadelle dans laquelle il n'y a rien à voir qui vaille la peine.

 

Deux cents mètres plus loin, on aperçoit la petite sirène. Elle est le symbole de la ville de Copenhague. Vous serez probablement déçus par la petitesse de la statue qui semble perdue avec comme seul horizon, le vaste port de commerce et des entrepôts.

 

 

Les alentours de Copenhague***

 

  • Les mons-Klint***

  • Escapade en Suéde***

    • traversée vers Helsinborg***
    • abbaye le Lund**
    • visite de Ystad*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une balade à Stockholm

 

Stockl-600 la côte

photo Michel Ledeuil : quartier de Stockholm vu d'un des bacs

                          

Préparer son voyage

Vous prévoyez un voyage de 6 jours en avion avec logement 5 nuits dans un hôtel dans la vieille ville.

  • Notez les principales curiosités, qui sont d’ailleurs peu nombreuses, et que vous repérez à l’avance afin de profiter pleinement des balades le long des quais ou par bateaux en allant d’un site à l’autre.
  • Privilégiez un hôtel dans la vieille ville : Gamla Stan, ce qui permet de séjourner au calme et de disposer de nombreux restaurants à proximité.
  • Il n’est pas nécessaire de suivre les conseils des guides touristiques qui vantent la tourist card. Hors saison, de nombreux sites sont fermés et, de toute manière, les horaires d’ouverture (10 heures – 17 heures) ne vous permettent pas de visiter plus de deux musées chaque jour.
  • La meilleure période pour séjourner à Stockholm est juin ou juillet en effet l'ensemble des musées est ouvert. A cette période, la longueur des journées vous assure de belles soirées romantiques dans les rues de la Gamla Stan ou sur les quais de l’île Riddarholmen.
  • Préparez son budget. En dehors de l’hôtel que vous paierez par carte bancaire, vous ferez toutes vos autres dépenses en monnaie locale. Prévoir 1.200 SEK (110 euros pour les transports). Le prix des services, restaurants, boisson, entrée musée, sont environ 20% plus cher qu’en France. Il est également possible de payer l'intégralité des dépenses avec votre carte bancaire, mais vous aurez des frais supplémentaires. 

Faire son plan de visite

Il y a quelques visites qui valent vraiment la peine, il s’agit de l’île des Chevaliers**, de l’Hôtel de Ville**, du Musée National**, du navire Vasa***, du parc musée en plein air et zoologique du Sanksen***, du château de Drottningholm***, du musée nordique*, du musée des Antiquités Nationales**, du musée d’Art Moderne.

Le tableau ci-dessous fournit un exemple de séjour qui combine une ou deux visites par jour avec les promenades dans Gamla Stan** ou sur les nombreux bacs qui sillonnent la ville en partant notamment soit de Slussen, soit de l’Hôtel de Ville.    

 

  

Dans ce tableau vous prévoyez 5 nuits d'hôtel avec un petit déjeuner très copieux.

 

Pour les repas, X signifie un déjeuner pris sur le pouce ou dans une cafétéria, R1 un repas normal et R2 un repas dans un bon restaurant avec une bonne bouteille de vin  

Le centre touristique de Stockholm est entièrement sur ce plan détaillé.

 

Si vous réservez un hôtel dans le quartier de GAMLA STAN, vous pourrez visiter l'ensemble des sites à pied et en bateau à partir de Slussen ou de l'embarcadère situé à côté de l'Hôtel de Ville.

 

Vous pouvez également vous déplacer en bus ou en métro. Vous avez une station située juste à côté de la vieille ville.

 

Les nombreux parcs et les buvettes au bord de l'eau vous permettent de vous détendre.

La ville est calme et très propre et les Suédois courtois et serviables.

       PICT0108

L’arrivée à Stockholm

En partant d’une ville de province avec changement à Roissy, il est possible d’atterrir à Arlanda, l’aéroport de Stockholm, vers 13 heures et de rejoindre par taxi votre hôtel une heure plus tard.

Je vous conseille de changer l’argent à l’aéroport. Il y a plusieurs bureaux et le change est beaucoup plus avantageux qu’en France ou dans un bureau de change à Stockholm. Vous pourrez désormais tout payer en SEK, la couronne suédoise.

Le taxi est le moyen le plus rapide et le moins onéreux dès que l’on voyage en couple ou à plusieurs personnes. Aucun bagage à transporter jusqu’à l’hôtel, c’est appréciable. Il faut compter de l’ordre de 650 SEK pour le transport, soit environ 60 euros.
 
Après une installation rapide, vous partez à la découverte de la vieille ville et vous en profiterez pour effectuer les repérages : restaurants, heures d’ouverture des musées, horaire des bacs en partance à Slussen. 

Première promenade

Vous remontez la rue qui longe le bord de l’île et la ligne de métro, jusqu’à la maison de la Noblesse* puis vous franchissez le pont qui vous amène jusqu’à l’île des Chevaliers**.

Le soleil éclaire l’église Riddarholmen dans laquelle vous découvrirez les chapelles dans lesquelles se trouvent les tombeaux des rois de Suède.

 

Stockl-1642 ile des Chevaliers

photo Michel Ledeuil : l'île des Chevaliers et l'église Riddarholmen

     

Stockl-1009 église des Chevaliers

photo Michel Ledeuil : les flèches de l'église Riddarholmen

 

Les coupoles et clochers génèrent des ombres, des obliques et des contrastes superbes sur la place qui porte le nom de la statue de Biger Jarl et sur les palais Wangrel**.

Les flèches qui ornent les toits du palais Wangrel projettent sur la façade rose du palais Stenbock, un casque à pointe qui se découpe joliment.

 

Stockl-041 du Canaleto

Photo Michel Ledeuil le palais Wangrel

           

Stockl-050 ombre sur le palais

Photo Michel Ledeuil jeux d'ombre sur le palais Stenbock


Vous descendez ensuite la rue qui nous amène au pied du palais Wrangel pour découvrir les vues** qui s’offrent en direction de l’Hôtel de Ville et des quartiers ouest de la ville. Il s’agit d’une balade agréable qui permet de vous imprégner de l’atmosphère générale de la ville.

Vous revenez ensuite vers l'église Riddarholmen pour en faire le tour. Vous pourrez la visiter une autre fois pour découvrir les chapelles et les tombeaux des rois de Suède, mais elle n'est ouverte que de juin à août.

Les tombeaux à gisant que vous pourrez voir en face de l'autel sont ceux de deux rois médiévaux.  

 

Stockl-060 au bord de leau

Photo Michel Ledeuil : vue du bord du mer vers l'Hôtel de Ville

      

Stockl-038A-église de Riddarholmen les tombeaux

vue intérieure de l'église Riddarholmen et les tombeaux

 

En revenant vers la vieille ville, vous passez devant la maison de la Noblesse*. Ce palais érigé à partir de 1650, au moment de la splendeur du Royaume de Suède, mélange le classique et le baroque et dispose d’un beau parc. Il est possible de le visiter mais il vous faut contrôler les heures d’ouverture. Il y a également une salle de concert.   

 

Après avoir pris quelques photos de l’édifice, vous poursuivez votre promenade en direction de la cathédrale de Stockholm. Elle dresse son clocher surmonté d’une tour lanterne qui date de 1740. Cet édifice, construit à partir de 1279, sur la partie la plus haute de l’île, a subi maints aménagements.

Plutôt sombre et sans véritable charme, elle paraît un peu fouillis. On découvre les bancs royaux, les statues, des gisants mal mis en valeur et enfin la grandiloquente statue qui présente Saint-Georges terrassant le dragon.
Ce monument commémore la grande victoire des Suédois sur les Danois à la bataille de Brunkeberg en 1471. C’est grâce à cette bataille que la Suède put reprendre son autonomie vis-à-vis de ses puissants voisins.

 

Stockl-080- Le dragon

Photo Michel Ledeuil : intérieur de la cathédrale

       

Stockl-090- la grand place

Photo Michel Ledeuil :  La grand place

 

Pour arriver sur la Grand-Place, il n’y a que deux cents mètres à faire. De petites dimensions, elle ne peut rivaliser avec celle de Bruxelles par exemple, mais elle a le charme discret de la vieille ville.

Installez-vous à l’une des terrasses. Ils ont toute sorte de bières (même de la San Miguel) ou de vins de l’autre bout du monde (Chilien surtout).  
Pour être en terrasse, il faut soit profiter des chaufferettes qui sont installées près de la façade, soit s’envelopper dans une couverture mise à disposition sur les sièges les plus avancés.

Vous terminez votre promenade par le Palais Royal et les gardes qui ressemblent, avec leur uniforme d’opérette, à des pantins casqués. Vous pouvez également aller, en repérage, jusqu’à Slussen car c’est à cet endroit que de nombreux bacs partent en direction de l’île de Djurgardsstaden.


Deuxième journée.

Visite de l’Hôtel de Ville**

Après avoir pris un petit déjeuner copieux, vous partez, à pied, en direction de l’île des Chevaliers et rejoignez l’Hôtel de Ville en franchissant tour à tour le Vasabron puis le Stadhusbron.

Ces deux ponts offrent de belles vues sur la ville et les multiples bras du fjord. En attendant l’heure d’ouverture, vous pouvez prendre vos repères pour l’excursion en direction de Drottningholm et faire quelques belles photos de la vieille ville**.
Vous découvrirez aussi le mausolée de Karl Jarl qui fait un peu cliquant, bien qu’il soit un peu abîmé du côté de la mer.

 

Stockl-1033 vers lhotel de ville

Photo Michel Ledeuil : vue vers l'Hôtel de Ville et l'embarcadère

       

Stockl-212 mausolée de Birg Carl

Photo Michel Ledeuil : mausolée de Karl Jarl près de l'Hôtel de Ville

 

L’Hôtel de Ville ouvre ses portes à dix heures. Il n’y a que des visites guidées et les commentaires ne se font qu’en langue anglaise.

Il y a des belles choses : le plafond en forme de navire avec une décoration très colorée**, des frises*, des bas reliefs, des bronzes* et aussi la curieuse salle de réception avec l’ensemble des murs couverts de mosaïques d’inspiration byzantine***. Une belle vitrine présente de la vaisselle juste avant la sortie.

 

Stockl-243bis

Photo Michel Ledeuil : salle du conseil avec ses bas-reliefs et le plafond

       

Stockl-255 mosaïque détail

Photo Michel Ledeuil : détail de mosaïque dans la salle dorée

 

Visite du Musée National**

La promenade qui vous amène de l’Hôtel de Ville au Musée National est plaisante. Durant moins d’un kilomètre, vous longez le plan d’eau et découvrez ainsi les monuments de la ville. Vous arrivez devant de beaux hôtels néo-classiques et les embarcadères d’où partent des navires pour de longues excursions dans l’archipel.

Le Musée National est la plus belle galerie de peinture de Suède ce qui, bien évidemment, ne peut pas concurrencer les pinacothèques italiennes ou même danoises. Par contre, il y a très souvent des expositions temporaires de grande qualité, comme celle des préraphaélites que nous avions vues en 2009.

 

Le musée n’ouvre qu’à 11 heures. Il dispose d’une belle cafétéria*. On peut manger de tout, des plats chauds, des gâteaux, boire du thé, boire du vin, de la bière. La salle est soigneusement décorée d’une statue* représentant une sirène qui chevauche un dauphin et, plus curieusement, de copies des bas-reliefs de la tour Trajane de Rome.

 

Stockl-330 musée national statue à lentrée

Photo Michel ledeuil : statue dans le hall d'entrée du Musée National

      

Stockl-336 latruim

Photo Michel Ledeuil : l'atrium cafétéria du Musée National

 

Il y a quelques tableaux attrayants dans les salles permanentes du musée.

 

Nous pouvons citer :

le bain de Psyché** qui est la plus belle œuvre impressionniste du musée. La toile a été réalisée en 1890 par Lord Leighton.

 

La très belle Danaé** qui reçoit sans véritable déplaisir, la semence de Zeus transformée en pluie d’or. Cette oeuvre qui s'inspire de la mythologie grecque a été réalisée par Adolf Ulrick Wertmüller vers 1800.

 

Dans d’autres salles, la galerie de peinture comporte également des œuvres de peintres flamands et français.

 

Vous découvrirez un beau portrait de femme qui protège son visage mutin à l’aide d’une mantille et d’un éventail ou encore « la vue du Palais Royal sous la neige »* et la sirène, surprise alors qu’elle est en train de peigner ses longs cheveux, avant de se parer d’un collier de perles ou enfin la future mariée qui semble désemparée par le pas qu'elle va franchir.

                

Stockl-392 musé national le bain de Psyché

 oeuvre de Lord Leighton le bain de Psyché

 

Stockl-374 musé nationale Danaé

Danaé qui reçoit la semence de Zeus transformée en pluie d'or

        

Stockl-376 musée national des pas dans la neige

vue du palais royal à Stockholm dans la neige

 

Stockl-389 musée national

portrait de femme à l'éventail et à la mantille

         

Stockl-390 musée national

La future épouse

        

Stockl-391 musée national sirène

La sirène en train de se peigner

 

Il y a également une belle série de compositions photographiques. Lorsque vous débouchez dans l’aile où sont dressées de nombreuses statues datant du dix-huitième siècle, j’espère que vous aurez un véritable coup de cœur.

Il y a une série de nus*** de nymphes ou d’Aphrodite absolument superbe. Une des statues est d’ailleurs intelligemment placée sur un socle qui tourne et présente donc les charmes de la jeune femme sous des angles divers.

 

La plus belle des œuvres exposées*** représente Arès et Aphrodite blessée. Le sculpteur s’est, évidemment, librement inspiré de la scène décrite par Homère dans l’Iliade. La belle déesse s’est précipitée sur le champ de bataille pour protéger Enée qui va succomber sous les coups de lance de Diomède, le fils de Tydée.


C’est elle qui reçoit le javelot qui était destiné au fils d’Anchise. Elle est blessée à la main et son sang de déesse (l’ichor)  coule de sa main transpercée. Son ami, frère et amant, le dieu de la guerre, Arès vient à son secours et l’emmène sur l’Olympe où elle est soignée avant de se faire réprimander par Zeus pour son intervention alors que l’avenir de Troie divise les dieux de l’Olympe.

L’auteur a saisi le moment où Arès prend dans ses bras la déesse inanimée. Le bras touché lui fait très mal, mais c’est aussi la stupéfaction de se voir agressée par un mortel qui la bouleverse.

 

Et puis, Aphrodite, voluptueuse, aime bien qu’on s’occupe d’elle. Arès regarde autour de lui pour vérifier que tout danger est écarté, avant de quitter le champ de bataille.

             

PICT0111

Une jolie professeure explique la scène à ses élèves

Visite du musée d’Art Moderne

Ce musée séduira les amateurs d’art moderne. Il est découpé en trois périodes. La première couvre la période allant de 1900 à 1940. Vous y trouverez des toiles de Munch, de Kandinsky, de Nolde et Modigliani (femme assise à la robe bleue).


Il y a également plusieurs Picasso, un Braque (nature morte au violon), un Miro (Les jouets), un Salvador Dali (L’Enigme de Guillaume Tell).
Il s’agit de la partie la plus captivante. Les téméraires ou les fanas s’intéresseront, dans la deuxième section, à l’art moderne entre 1945 et 1970 et enfin dans la troisième a une série d’horreur pompeusement appelée art contemporain.   

      

Si vous gardez, comme moi, quelques distances avec l’Art Moderne ou si vous êtes pressé, vous pouvez zapper cette visite. Par contre, la promenade dans l’île Skepps-Holmen, dans laquelle il se trouve, invite à la flânerie, avec de splendides points de vue** sur Gamla Stan et sur le port.

Vous revenez vers la vieille ville et, s’il fait beau, je vous conseille de déambuler dans les petites ruelles** pour aboutir devant l’église allemande avant de rejoindre votre chambre d’hôtel pour souffler un peu.

 

Stockl-1587 vieille ville

Photo Michel Ledeuil : flânerie romantique dans la vieille ville

       

Stockl-1589 vieille ville

Photo Michel Ledeuil : flânerie romantique dans la vieille ville

    
Troisième journée

La traversée à partir de Slussen**

Après avoir pris votre petit déjeuner, vous partez en direction de la station de Slussen située à trois cents mètres à peine du centre de Gamla Stan.
Je vous conseille de partir tôt afin de profiter pleinement des visites prévues dans la journée. À partir de 9 heures, il y a des bacs toutes les demi-heures.

Lorsqu’on s’éloigne de la vieille ville, c’est le plaisir des yeux, car la vue*** sur les façades colorées des maisons alignées le long des quais est fantastique.

 

Il n’est d’ailleurs pas possible d’avoir cette vue autrement qu’au milieu du bassin dans lequel vous vous trouvez. A l'endroit où le Vasa a coulé plusieurs siècles plus tôt.
Le bac contourne bientôt l’île Skepps-Holmen avant d’y accoster pour laisser descendre les rares passagers qui se rendent, par ce chemin, à leur travail. Le bac repart aussitôt et se dirige vers l’île du Djurgardsstaden où il accoste cinq minutes plus tard.

 

Stockl-440 Slussen la billeterie

Photo Michel Ledeuil : la billeterie à la station de Slussen

       

Stockl-453 la traversée vue sur la vieille ville

photo Michel Ledeuil : vue de Gamla Stan à partir du bac

Le Vasa***

Vous vous repérez vite : à droite se trouve le parc d’animation avec ses allures de fêtes foraines, devant vous se situe le musée en plein air du Sanksen*** que vous découvrirez cet après-midi. Il faut prendre à gauche et suivre les rails du tram, bifurquer vers le bord de mer, se rapprocher de l'immense bâtiment de béton dans lequel se trouve le navire Vasa.  

 

En longeant les quais vous aurez l'occasion d'admirer des vieux gréements ou un brise-glace amarrée à proximité du bâtiment qui abrite le Vasa.

 

Stockl-470 les vieux gréement

Photo Michel Ledeuil  : vieux gréement à proximité du bâtiment Vasa

       

Stockl-597 le brise glace

Photo Michel Ledeuil : brise-glace amarré à proximité du bâtiment Vasa 

 

Dix heures. On franchit les lourdes portes et le sas qui protège les vestiges du grand navire de l’air extérieur. C’est le coup de cœur***. Il est là, devant vous. Admirablement conservé, superbement présenté, massif, imposant, extraordinaire.

 

Vous effectuez la visite, en tournant par la droite et en prenant tout votre temps. Vous découvrez tout d’abord la très belle maquette**, les reproductions de la cabine du capitaine* ou d’une des batteries d’entreponts* en grandeur véritable. On s’y croirait. On peut ainsi découvrir l’exiguïté des emplacements dans lesquels les hommes d’équipage devaient se mouvoir, manger, dormir, se battre au besoin.

 

Stockl-485 le Vasa

Photo Michel Ledeuil : la proue du Vasa

      

Stockl-557 le Vasa le pont

Photo Michel ledeuil : le pont principal et le pont arrière du Vasa

 

L'histoire d'un naufrage.

 

Évidemment, dans le cas présent, le navire n’a pas eu le temps d’envoyer d’autres navires que lui-même par le fond. Que s’est-il passé ? Une série d’incompétences. Un changement de plan en dernière minute malgré un architecte qui a alerté sur les risques que faisait prendre le rajout, au dernier moment, des canons supplémentaires sur le bastion arrière, sans vérifier s’il ne fallait pas, par la même occasion, modifier d’autres aspects de la structure.


Malgré les 1300 tonnes de pierre en fond de cale pour lest, le navire a tout de suite tangué et a gîté, même l’avant-veille lorsqu’on lui avait fait traverser, sans ses voiles déployées, le bassin pour qu’il accoste devant le palais royal.


Le lendemain, la parade n’a pas duré longtemps. Il a tiré quelques salves et déjà il a bougé. On a levé les voiles et il s’est mis dangereusement en travers au premier coup de vent. On a continué un demi-mile encore et, à la deuxième rafale d’un vent qui ne faisait que gonfler les voiles, il s’est couché. L’eau est rentrée par les sabords. Il a chaviré, entraînant par le fond de nombreuses personnes dont on a retrouvé les squelettes, trois siècles plus tard.

Il devait être le fleuron de la flotte royale, il a navigué vingt minutes. Les mats ont dû casser et les voiles s’éparpiller. Il s’est alors redressé pour couler tout droit et se poser au fond sur le sol vaseux.

 

Ce qui est invraisemblable, pour l’époque, c’est qu’aucune tête ne roula sur un billot. Sans doute le fait que le roi soit absent du royaume au moment du naufrage et que le grand amiral soit le plus fautif, a-t-il joué dans le fait que l’on ait étouffé l’affaire.

Tant pis pour les pauvres matelots, hommes d’équipage, notables et leurs femmes qui avaient été invitées pour ce voyage inaugural. On ne sait pas combien il y a eu de victimes, mais si on prend en compte les squelettes retrouvés, la soixantaine est dépassée.
La reconstitution est parfaite. Celle des visages** des victimes aussi.

 

Stockl-560 matelot

Photo Michel Ledeuil: visage reconstitué d'un matelot du Vasa

        

Stockl-567 gabier

Photo Michel Ledeuil: visage reconstitué d'un gabier du Vasa

  

 

Stockl-565 femme

Photo Michel Ledeuil: visage reconstitué d'une femme invitée

Stockl-566 homme

Photo Michel Ledeuil: visage reconstitué d'un maître d'équipage

 

Vous montez de deux étages. Pour mieux voir. Pour s’y croire. vous  redescendez ensuite côté gauche, puis jusqu’à fond de cale.

 

Chaque détail de la coque du navire, des statuettes colorées qui ornaient le pont, a été restauré alors que le navire se trouvait depuis le 10 août 1628 au fond de l'eau.

Vous découvrirez les canons, les barques, les autres outils ou ustensiles récupérés durant les fouilles.

Il y en a de toute sorte, même des blagues à tabac, des couteaux, peignes et autres bibelots.

 

Pour clôturer cette prodigieuse visite, passez par le shop pour acheter une belle brochure qui narre, de manière précise, tout ce qu’il faut savoir sur la courte histoire du navire et son naufrage.

 

   

Stockl-540 Le Vasa le flanc tribord

Photo Michel Ledeuil : détail du flanc tribord du navire

 

Durant la visite, un appel signale que la séance en langue française du film qui retrace les différentes phases du renflouement du navire va démarrer. C’est très intéressant et cela permet de mieux comprendre les phases présentées par les maquettes situées dans les salles d’exposition.

Profitez également du bar restaurant pour déjeuner avant de quitter le bâtiment qui abrite le magnifique navire.

 

Le musée en plein air de Skansen***

Vous rebroussez chemin pour aller jusqu’au musée en plein air dont l’entrée se situe à un bon kilomètre et demi de marche.  


Skansen est, paraît-il, le musée en plein air le plus ancien du monde. Il est très vaste. Les différentes sections sont réparties en fonction de la situation géographique réelle de la Suède. 

 
En conséquence, la partie industrielle se trouve au sud, à l’entrée du site, et le campement Same se trouve au nord.

 

La vieille ville est plaisante et chaque maison, qui représente un corps de métier, a ses attraits. Il y a la verrerie, l’atelier métallurgique, la menuiserie, l’épicerie, la station-service...

 

     

Stockl-603 Sanken le plan

Photo Michel Ledeuil : indication située à l'entrée du site

 

Stockl-654 Sanken la ferme

 Photo Michel Ledeuil musée Skansen : la ferme

       

Stockl-696 Rène à la bouffe

Photo Michel Ledeuil musée Skansen : un rêne qui déguste du lichen

 

Vous remontez ensuite vers la butte, comme si vous remontiez vers le Nord. Vous découvrez alors la ferme avec ses nombreux bâtiments, avec les boucs, les stabburs, puis on arrive enfin dans la partie qui présente la faune nordique.
Un glouton qui dévore une grosse tête de poisson, les phoques, les otaries, les rênes, les élans, les ours, les renards, des visons et un lynx qui se présente tel un gros chat de très mauvaise humeur.

Vous aurez la chance d’assister aux repas des animaux, servis par des jeunes femmes blondes, sympathiques, compétentes avec lesquelles il est facile d’échanger en anglais sur la vie des animaux qu’elles entretiennent.

 

Stockl-682 la nouricière

Photo Michel Ledeuil musée Skansen : le repas du phoque

       

Stockl-678 Otarie

Photo Michel Ledeuil musée Skansen : le phoque au repos et repu

 

Stockl-715 lours et le renard

Photo Michel Ledeuil musée Skansen : l'ours l'ourson et le renard

       

Stockl-791 Lynx cat-1

Photo Michel Ledeuil musée Skansen  : le lynx est de mauvaise humeur

 

Vous arrivez enfin dans la toundra avec les huttes sames et les stabburs, avant de redescendre vers la stavkirke (église en bois debout) qui n’a cependant pas la beauté de celles vous pourriez découvrir en Norvège, dans le musée en plein air de Bygdoy*** auprès d’Oslo, à Heddall ou le long du Sognefjord.

 

Stockl-700 village samli

Photo Michel Ledeuil musée Skansen  : le village Same

       

Stockl-707 stabbur

Photo Michel Ledeuil musée Skansen  : village Same un stabbur

 

Il y a bien d’autres bâtiments et vous pouvez également prendre une collation dans l’une des tavernes situées à l’intérieur du site.

Vous rejoignez l’embarcadère pour prendre un bac qui va vous ramener vers la vieille ville. Vous n’attendrez pas longtemps car la rotation, tous les quarts d’heure ou demi-heures, réduit grandement les temps d’attente.
Vous aurez ainsi tout loisir d’admirer, quel que soit le temps, le contraste entre les façades colorées et la couleur bronze de la mer.


Flâneries sur le bord du fjord**

S’il fait beau, je vous conseille de profiter de la soirée pour déambuler jusqu’à l’Hôtel de Ville, ce qui vous permet de prendre des photos très colorées** de la vieille ville et des quartiers Est, qui se mirent dans une mer de plomb.

 

Stockl-912A cat-01

Photo Michel Ledeuil : vue de la vieille ville à partir de l'Hôtel de Ville

    

Stockl-931 soir sur la colonne

Photo Michel Ledeuil : vue du bord de mer près de l'Hôtel de Ville

Quatrième journée

Traversée vers Drottningholm**

Vous partez, sans vous presser, en direction de l’embarcadère où se trouvent les navires qui vont jusqu’au château de Drottningholm. C’est l’occasion de faire une belle promenade* au bord de l’eau.

Le bateau est déjà à quai mais il ne part qu’à dix heures. Je vous conseille de prendre vos billets puis d’aller refaire un tour jusqu’à l’Hôtel de Ville située à deux cents mètres. Si le soleil est au rendez-vous, vous pourrez flâner dans le parc où se trouve la très gracieuse** nymphe de bronze, qui semble faire sa révérence aux dieux marins.

 

Stockl-1047 statue feminine

Photo Michel Ledeuil : la gracieuse nymphe devant l'Hôtel de Ville

       

Stockl-1035  lavant port

Photo Michel ledeuil : vue générale de la Vieille Ville et de l'embarcadère

 

Peu avant dix heures, les premiers passagers grimpent sur le navire pour prendre ce qu’ils pensent être les meilleures places. Je vous conseille de vous installer sur le pont côté bâbord. Il se situe à l’ombre mais sitôt le navire parti, il vous offre les plus belles vues sur la vieille ville et vous serez au soleil.

Si le temps est maussade ou si vous voulez vous servir un café, il y a une cafétéria en libre service, dans la cabine d’ailleurs très coquette.

 

Stockl-1085 la navire Drott

Photo Michel Ledeuil : Le navire d'excursion pour Drottningholm

        

Stockl-1102 intérieur du bateau

Photo Michel Ledeuil : L'intérieur du navire d'excursion pour Drottningholm

 

Les paysages** sont conformes à l’idée que l’on se fait de la Scandinavie. C’est très beau bien qu'un peu monotone.
La verdure, les roseaux, les îles, l’harmonie des couleurs, le clapot léger du bateau, l’eau tantôt bleue-azur, tantôt plus verdâtre, contribuent à vous donner une bonne image de cette excursion.

 

Stockl-1112H excursion

Photo Michel Ledeuil vue de la rive à partir du bateau d'excursion

        

Stockl-1112M excursion

Photo Michel Ledeuil vue de la rive à partir du bateau d'excursion

 

La visite de Drottningholm**

Au bout d’une petite heure, le château royal apparaît au milieu d’un puits de verdure et au bord de l’eau. Cela fait très carte postale, mais vous êtes venus pour cela.

 

Stockl-1152 vers le palais

Photo Michel Ledeuil : vue générale du Palais de Drottningholm

        

Stockl-1153 le palais

Photo Michel Ledeuil : vue générale du Palais de Drottningholm

 

L’accostage se fait directement dans le parc qui offre une belle vue** sur le château. Vers onze heures, vous assistez à la revue des soldats, à la remise du drapeau, à la relève de la garde.  Après ce divertissement, vous pénétrez dans le château pour visiter les parties où le public est admis.

 

La première pièce est ornée d’un tableau baroque qui représente l’allégorie du pouvoir. Cela représente une « régente » qui protège le roi encore trop jeune pour gouverner.
Vous découvrez ensuite dans le cabinet vert avec de nombreux portraits, la bibliothèque, puis enfin la grande salle de réception avec les portraits de tous les puissants de l’époque. On y trouve ainsi, et entre autres, François-Joseph d’Autriche, Napoléon III, l’Empereur de Prusse, la Reine Victoria… et le roi de la famille Bernadotte de l’époque. Histoire de se hisser au niveau des cinq grandes puissances qui ont retracé la carte de l’Europe en 1815.

 

Stockl-1155B la gardePhoto Michel Ledeuil : La relève de la Garde à Drottningholm


          

Stockl-1165 Dott alégorie

l'allégorie du pouvoir

 

Vous quittez le château pour rejoindre le parc. Vaste, il est à l’image du reste. Il ne peut se comparer à celui de Schönbrunn, ni à celui de Versailles évidemment, ni à celui de Sanssouci à Postdam, ni même encore à la Granja et à Aranjuez.
Les allées trop droites, trop dépouillées de statues. Il faut cependant jeter un oeil sur les bronzes baroques qui se dressent devant le palais. Il s’agit de copie d’œuvres d’Adrian de Vries.
Peu aidés par le profil du terrain, ils n’ont pas fait des travaux à la Néron, pour déplacer d’inexistantes montagnes. Pourtant, vous apprécierez la promenade au calme qui vous amène vers le pavillon chinois.

 

La reine Louise Ulrique voulait une variante du Grand Trianon. Elle a eu une fantaisie chinoise, qui n’a bien entendu ni le charme classique du Trianon, ni la fantaisie admirable du pavillon chinois** de Sanssouci à Postdam.

 

Vous passez tout d’abord devant la tente d’inspiration turque qui servait aux réceptions avant d’aboutir devant l’ensemble des bâtiments que constitue le pavillon chinois.

 

Après la visite, je vous conseille d’aller prendre un rafraîchissement à la terrasse du bar située dans l’une des dépendances du pavillon. Il y a de la bière, du thé, des pâtisseries et bien entendu tout ce qu’il faut pour couper une petite faim. C’est un petit moment de bonheur et de calme.

 

            

Stockl-1199 chinois

Photo Michel Ledeuil : le pavillon chinois

 

Stockl-1233 le bateau

Photo Michel Ledeuil : retour du navire d'excursion de Drottningholm

          

Vers quinze heures, le navire est de retour. Il y en à un toutes les heures en milieu d'après-midi.

 

Il se fraie, sans problème, un passage au milieu du clapot soulevé par le vent qui fait circuler les nuages.

 

Vous pénétrez à l’intérieur pour vous reposer, vous servir un café et goûter les gâteaux qui sont exposés sur le présentoir. C’est très agréable.

 

Une grosse demi-heure plus tard, vous jetez un œil sur la banlieue riante de Stockholm et à seize heures, vous accostez auprès de l’Hôtel de Ville.

    

 

 

Vous avez alors le choix entre faire du shopping dans les rues piétonnes de la ville moderne ou de reprendre le chemin de la vieille ville pour finir plaisamment cette journée en flânant dans les ruelles animées à cette heure et pour boire une bière sur la Grand Place.

Le soir, vous pouvez dîner dans un restaurant formosan à proximité de votre hôtel. C’est amusant et c’est très bon. Le service est bien entendu un peu emprunté. Tout d’abord parce que ce sont les habitudes des Asiatiques, ensuite parce qu’ils ne sont vraiment pas habitués à servir des étrangers. Ils baragouinent mieux le suédois que l’anglais mais on se débrouille très bien ensemble.

 

Cinquième journée

Le musée Nordique**

Le meilleur moyen pour rejoindre le musée Nordique est de prendre le bac à la station Slussen. Vous profitez ainsi de l’agréable traversée et de la vue sur les façades** de la vieille ville ainsi que l’ensemble des paysages** qui défilent autour de vous.

Vous accostez, comme l’autre jour, dans l’île de Djurgarden et vous pouvez flâner en longeant le bord de mer, pour prendre la direction du musée nordique.

Si vous êtes en avance, vous pouvez faire une courte promenade dans le parc situé au bord de la mer, sur la rive nord de l’isthme dans cette ambiance bucolique et bon enfant. Des Suédois sportifs font du vélo, d’autres du footing et d’autres enfin se promènent en famille.

 

Stockl-1340 la vieille ville cat-1

Photo Michel ledeuil : La Vieille ville vue du bac en direction de Djurgarden

        

Stockl-1406-ile-cat-1

Photo Michel ledeuil : vue à partir du bac en direction de Djurgarden

 

A Dix heures, le musée ouvre ses portes. Il est installé dans un magnifique édifice construit à l’image d’un palais renaissance. Il abrite donc le musée de la culture scandinave.

 

Il y a des choses intéressantes certes, au niveau du mobilier, des modes de vie et la culture same (lapone) se trouve très (trop) développée.

 

De nombreux tableaux, vitrines et reportages nous présentent une culture en danger et cela finit un peu par ressembler à ces émissions télévision où on nous explique que « ce n’est plus comme avant et que si cela continue ce sera la fin du monde…. ».

 

Dans une autre aile, on change du tout au tout. Elle est consacrée à une présentation sur le design et le mobilier scandinave et sur la mode vestimentaire. Cela donne l’impression d’être dans un grand magasin mais l’ensemble est plutôt intéressant et donne de la Suède une image plaisante.

       

Stockl-1490 musée nordique

Photo Michel Ledeuil : musée Nordique affiche de la section design


Le Musée des Antiquités Nationales**

Ce musée est la curiosité la plus éloignée de la Vieille Ville où se situe votre Hôtel. Vous pourriez y venir soit en tram, soit en métro, mais si vous décidez d’y aller à pied, il vous reste quatre cents mètres à faire à partir de l'autre musée.

Auparavant, vous devez franchir le pont qui relie l’île de Djurgarden au continent. Le long du bras de mer qui les sépare, se trouve un bar, avec une tonnelle directement sur l’eau, qui vous donnera envie de boire quelque chose.
C’est un bon moment de détente et vous en profiterez pour grignoter un gâteau en place de déjeuner. Il y a peu de monde et de toute manière, les Suédois sont des gens calmes et paisibles.

 

PICT0109

portrait d'une femme Wiking

      

Le musée** est particulièrement intéressant. Il se compose de différentes ailes, mais le thème traité, unique, est l’évolution de la civilisation et des rites funéraires entre l’antiquité et la période viking.


Chaque salle présente une période, avec un film (très bien fait) et les vitrines reprennent, pour étayer les explications données, les ustensiles trouvés dans les tombes objets des recherches.

 

On passe ainsi de l’âge de pierre à celui du bronze puis du fer. On voit apparaître les échanges avec l’Empire Byzantin, à travers des pièces de monnaies et autres objets. Les Varègues, ancêtres des Suédois, à la différence des Danois ou des Norvégiens, se sont vite tournés vers le commerce et l’ouverture de comptoirs pour gérer la route vers les Romains d’Orient.  Le comptoir le plus célèbre de nos jours est la ville de Kiev. 

 

La visite se termine par une grande salle qui présente des pierres runiques de toutes dimensions. L’écriture runique correspond à une représentation phonétique, c'est-à-dire que chaque signe (ou rune) correspond à un son. C’est ainsi que le nombre de signes, réduit à 16 au cours des âges, fournit toute la phonétique des langues germaniques au départ et des langues scandinaves qui garderont ce principe d’écriture jusqu’au milieu du moyen-âge.

Lorsque vous ressortez du musée, vous avez le choix entre prendre le métro sur la place Karpalan ou revenir, à pied, vers le centre.


Le bord de mer n’a pas, à vrai dire, un charme fou. Vous traversez des quartiers résidentiels et nul doute que les prix des loyers, par ici, ne doivent pas être donnés.

Après une demi-heure de marche, vous vous retrouvez dans le parc qui se situe devant le théâtre dramatique royal et non loin du Musée National.

 

Vous arrivez alors dans l’île du Saint-Esprit sur laquelle se situe le Musée Médiéval. Ce musée qui présente des objets issus des fouilles faites autour du Palais Royal intéressera les inconditionnels. 

Vous préférerez sans doute faire une incursion dans la ville moderne. Vous déambulez alors, au milieu de la foule, dans la grande avenue piétonne, bordée de grands magasins, de restaurants rapides, de vitrines branchées sans intérêt, de magasins de fringues,…..

 

Je vous conseille plutôt de vous retrouver sur la Grand Place où vous aurez le plaisir de vouq installer à une terrasse pour prendre, au milieu des Suédois, une collation. Après avoir jeté un coup sur le fronton de l’académie où on remet les Prix Nobel, vous flânez dans les ruelles et en levant la tête, vous découvrirez maints détails plaisants.

La promenade, sous un soleil, même voilé par une brume annonciatrice d’un temps mal stabilisé, est l’occasion de découvrir de nouveaux angles, de nouvelles obliques, des nouveaux contrastes dans les ruelles de la vieille ville.

Le soir, vous pouvez dîner dans l’excellent restaurant JT. Si vous évitez le vendredi soir ou le samedi, vous serez au calme et vous bénéficierez d'un service impéccable et de plats excellents.

 

Stockl-872 café

Photo Michel Ledeuil : la terrasse d'un café sur la grand Place

      

Stockl-1295 le restaurant

Photo Michel Ledeuil : le restaurant JT dans la Vieille Ville


Dernière journée

Visite du Palais Royal*

Le Palais Royal n’est ouvert au public qu’entre juin et août, mais vers dix heures, vous pouvez assister à la relève de la garde. Elle se fait dans la cour d’honneur.

 

Stockl-2002-palais royal

Photo Michel Ledeuil la cour d'Honneur du Palais Royal

        

Stockl-2008 la garde à 10 heures

Photo Michel Ledeuil la relève de la Garde au Palais Royal

 

La visite du Palais Royal ne va intéresser que les accros des appartements rococo et risque de faire double emploi avec la visite du Palais de Drottningholm que vous aurez effectué deux jours auparavant. L’Arsenal Royal* présente des carrosses d’apparat, des armures, des vêtements portés lors des couronnements.


C’est dans la salle du Trésor* que sont réunis les joyaux de la couronne. Vous y trouvez notamment les couronnes d’Eric IV datant de 1561 et celle du roi Oscar qui fut le dernier roi à être couronné en 1873.

 

Vous pouvez faire le tour extérieur du bâtiment pour découvrir des statues de bronze qui ornent les ailes du quadrilatère.

Elles représentent, de manière mal habile, une série d’enlèvements célèbres de jeunes princesses ou déesses par des dieux avides.


Pour admirer, l’enlèvement de Perséphone par Hadès qui veut que sa jeune femme l’accompagne aux enfers par exemple, il vaut mieux aller à la villa Borghèse à Rome.

 

En revenant vers votre hôtel, vous pourrez visiter l’Eglise Allemande* qui n’est ouverte que le matin.

 

        

Stockl-2012 enlévements

photo Michel ledeuil : Le Palais Royal statue d'Hadès et de Perséphone

Le départ  

Vous récupérez vos bagages et filer jusqu’à la station taxis la plus proche. Vous aurez peut-être la chance d’avoir un prix attrayant car certaines compagnies pratiquent des tarifs de 100 SEK (10 euros) au dessous du prix officiel.


Le taxi vous amène à l’aéroport d’Arlanda, situé à quarante-cinq kilomètres de Stockholm en une demi-heure.
Il vous reste à tuer le temps d’une façon aussi agréable que possible. Dans cet aéroport, ce n’est pas très facile. Il y a peu de magasins qui présentent d’ailleurs des articles sans grand attrait.


Pour dépenser vos dernières SEK, je vous conseille de déjeuner dans le bar-restaurant situé au premier étage, puis d’acheter quelques spécialités culinaires comme le saucisson d’élan par exemple.

 

 

 

 

 

 

Une balade à Cologne

Lire la suite...

Cologne est une ville d’Allemagne agréable qui possède la plus grande cathédrale gothique du pays et un ensemble de trois musées qui valent la peine d’être vus.

Cologne est très proche de la France et donc accessible en voiture. La visite de Cologne peut se faire soit sous forme d’un week-end prolongé, soit dans le cadre d’un voyage en itinérant.

Une balade à Vienne

       

Vienne-05-260-CathédralePhoto Michel Ledeuil : Vienne la cathédrale Saint-Etienne

 

 

 

     

          

Vienne-05-202-belvédère-détailPhoto Michel ledeuil ; Vienne le palais du Belvédère

 

 

 

 

         

Vienne-05-249A-Opéra-statue-façadePhoto Michel Ledeuil : statue devant l'opéra de Vienne

 

Choisir son voyage

Faire son plan de visite

Ce plan de voyage réparti sur 6 jours vous permet d’alterner les visites des nombreux musées et les promenades dans cette ville calme et agréable.

Capture -plan de visite 

Nous avons pris pour hypothèse que le vol se faisait à partir de Roissy, par vol régulier, avec un acheminement par avion à partir d'une ville de province.
Vous arrivez dans ce cas dans l’aéroport vers 12 heures 30.


Vous pouvez rejoindre votre hôtel, soit en prenant un taxi, soit par le bus puis le métro, soit par la ligne de chemin de fer.
Les taxis à Vienne sont assez bon marché. Vous n’aurez pas à dépenser plus de 30 euros pour vous rendre à votre hôtel.  

Les repas pris au restaurant sont indiqués R1 (un plat unique est recommandé car très copieux). Les repas pris « sur le pouce » ou dans une brasserie sont indiqués X ou R'1.
Le midi, il est préférable de s’installer dans un café viennois, même si ce n’est pas donné ou de manger sur le pouce.   

La colonne tr (transport) fait allusion au 72 heures de transports gratuit dont  vous bénéficier en achetant la Wiencard.

Exemple de vol régulier avec la compagnie Airfrance :

  • A l’aller : Départ de Rennes Saint-Jacques : 7.30, arrivée à Vienne : 12.05 avec escale rapide à Paris Roissy  
  • Au retour : Départ de Vienne : 16 : 00,  arrivée à Rennes : 21 : 10 avec escale rapide à Paris Roissy

 

Ces horaires vous permettent sans fatigue, de bénéficier de deux demi-journées supplémentaires pour visiter la ville tout en réduisant vos frais d’hôtel à Vienne.

 

Choisir son quartier

Du côté de l’hôtel de ville (Rathaus), à l’extérieur du ring et du centre ville. Ceci vous permet de trouver des hôtels à un bon rapport qualité - prix et d’accéder à pied à la majorité des musées et monuments à voir absolument.

 

Sur le ring, circulent les trams qui vous permettront d’accéder très rapidement aux monuments un peu plus éloignés comme le Prater ou le Belvédère ou Schöbrunn.

 

Choisir son type de transport

Si vous restez plus de 3 jours, la Wiencard constitue une excellente solution. Elle vous permet d’accéder gratuitement à tous les transports en commun pendant 72 heures et d’avoir une réduction dans certains musées.


Le réseau de trams vous permet de visiter la ville sans effort et vous prendrez vite l’habitude d’en saisir un au vol, sur l’une des nombreuses stations du ring.

 

Quelques astuces

Vienne est une ville agréable calme et accueillante. Vous pouvez construire votre projet par vous-même et vous n’avez nullement besoin d’utiliser un circuit guidé pour apprécier la ville.

Les Viennois sont des gens agréables, notamment avec les touristes individuels qui prennent le temps et visitent la ville au rythme lent qui convient à la ville.    
Il n’est pas nécessaire de connaître l’Allemand pour se faire comprendre, tout le monde parle un anglais correct et même le français dans les hôtels.

 

Il y a un certain nombre de recommandations que je peux vous faire pour réussir pleinement votre séjour :
•  Evitez le syndrome « Sissi ».
•  Evitez les spectacles pour touristes. Si vous voulez voir un spectacle, choisissez-le avant de partir ou alors à l’aventure. Les spectacles du style « Valse de Vienne » sont particulièrement affligeants et chers.  
•   Profitez des promenades dans les parcs pour découvrir les personnages par les statues. Les principaux parcs sont accessibles à pied à partir du ring :  Karlplatz*, Opéra*, Stadpark**
•   Allez faire un tour au Prater et profiter des douze minutes de la grande roue et du vaste parc aux alentours.
•  Découvrez la Sécession grâce à Klimt et les autres artistes qui l’ont accompagné dans cette révolte contre la pesanteur artistique des Habsbourgs.
•   Profitez de la Wiencard qui vous permet en 3 jours de bénéficier des trams silencieux et très pratiques. Choisissez vos musées. Ce n’est pas parce vous aurez une réduction que vous allez vous être intéressés par la visite.
•   Allez jusqu’à Schönbrunn** : visite du Château**, du jardin*, du parc*, de la Gloriette** et du zoo** qui est, malgré sa petite taille, très intéressant.
•   Profitez du calme et des cafés viennois même si c’est cher.
•  Faites la connaissance même sommaire des personnages et des peintres pour ne rien rater des 3 ou 4 galeries de peintures qui valent vraiment la peine. 
•    Profitez du musée de la ville pour faire une bonne synthèse de votre séjour.

 

Les visites

La découverte*

Après s’être installés à votre hôtel, aller à la découverte de la Hofburg.

 

Ce repérage vous permet de découvrir la place des Héros et la célèbre Porte de Suisse.

Vous débouchez alors sur la Joseph Platz entourée de bâtiments classiques et vous vous retrouvez bientôt face à l’église Saint Augustin.


Si vous avez de la chance, vous pourrez peut-être choisir un spectacle pour meubler une de vos soirée.

Nous avions ainsi pris nos places pour un fabuleux concert « Requiem de Mozart » en 2002.

       

Vienne-05-052-Place

Photo Michel Ledeuil cour d'honneur de la Hofburg

Eglise Saint-Augustin*

L’église n’a en soit rien d’extraordinaire. La nef, gothique, est élancée. Les décorations sont plutôt sobres. Sur la droite, se trouve le tombeau** de Marie-Christine, la fille préférée de Marie Thérèse.

Pour ce tombeau, Canova a repris le thème, superbe, que vous pouvez découvrir dans l’église d’I Frari, à Venise. Conçu, au départ, pour devenir le mausolée du Titien, Canova se l’attribua à lui-même.


La conception du tombeau est originale. Il s’agit d’un vaste bas-relief en forme de pyramide, dans laquelle se trouve le caveau et d’une procession qui vient apporter des offrandes à la princesse défunte, à moins qu’il s’agisse de l’urne funéraire, elle-même.


Le premier personnage, gracile, se penche pour entrer dans le sanctuaire. Le second exprime la compassion et la tristesse et une des jeunes femmes aide un vieil homme à monter les marches.

 

 

    

Vienne-05-062-Tombeau-Canova

photo Michel Ledeuil : tombeau de Marie-Chrisine à Saint-Augustin

Le musée national***

Revenez vers le ring pour rejoindre le musée national***. Le bâtiment est à lui tout seul une œuvre d’art**. Construit pour l’exposition internationale, en 1891 dans un style Renaissance Italienne, il possède des hauts-reliefs somptueux sur sa façade et à l'interieur, des colonnes de marbre, des fresques, et des trompes-l’œil.

 

Vienne-05-007-La porte du musée          Vienne-05-015-Kunt-intérieur
photo Michel Ledeuil : haut-relief de la porte de l'entrée du musée photo Michel Ledeuil : escalier et l'accès à la coupole

 

Vienne-05-018-Kunt-Klimt

Photo Michel Ledeuil : zoom sur un détail du portique avec Emilie Flöge

       

 

L’escalier majestueux** qui permet d’accéder aux salles d’exposition vous amène jusqu’aux colonnes et aux portiques ornés des fantasques figurines*** de Gustav Klimt et des fresques plus classiques de Munkàcsy.

 

Jeter un œil sur la robuste statue de Canova représentant Thésée terrassant le Minotaure avant de pénétrer dans les nombreuses salles finement décorées. Puis rechercher les multiples et savoureux détails** des fresques qui ornent le portique.

 

Vous passerez ainsi d'une princesse égyptienne à l'égérie de Gustave Klint, la très belle Emilie Flöge qui lui servira de modèle dans de nombreux tableaux.

Ce détail se situe, en haut, à l'angle droit du portique tel que vous pouvez le découvrir dans la photo précédente.     

                

 

La galerie de peinture***

Les œuvres exposées sont de grande qualité. Vous admirerez les œuvres du Titien**, les couleurs vives de Véronèse, les Caravage*** et un superbe Vermeer**.

L’école flamande est présente avec une série de fêtes au village de Bruegel, avec ses scènes de vie aussi frustes que sa peinture, avec des portraits réalisés par Hals, par Jordaens, par Rembrandt et des peintures baroques de Rubens.

Le Titien, portraitiste extraordinaire, a réussi, avec la représentation d'Isabelle d’Este, un tableau d’une grande sobriété.


Isabelle semble un peu figée devant le célèbre artiste qui lui a demandé de ne pas bouger, mais son regard est profond, le visage ovale plaisant, la bouche sage mais bien faite.

 

Elle me fait immédiatement penser à Lucrèce Borgia, sa superbe belle-sœur dont elle fut, à juste titre, jalouse lors de leur cohabitation dans le palais des ducs de Ferrare ou de Mantoue.

Lucrèce était la plus belle et fille du Pape et romaine, elle pouvait régner sur le coeur des courtisans et des grands esprits de l'époque. 

 

Lorsque ce tableau fut réalisé, Isabelle était âgée et le portrait est donc inexact mais c'est ainsi qu'elle a voulu rester dans l'Histoire.

 

Le bonnet turc est à la mode du temps. La coiffure ondulée ramenée en arrière, laisse voir une boucle d’oreille, unique bijou pour parer la jeune noble dont la beauté candide se suffit à elle-même. 

    Vienne-05-033-Kunt-Isabelle-DEste

 

Même si l’on peut se moquer en déclarant que Vermeer peint toujours le même tableau, le peintre apporte toujours la délicatesse des coloris et de la pose. La lumière est douce et donne une ambiance feutrée au lieu de renforcer comme dans les tableaux du Caravage, les contrastes.
L’artiste ne cherche pas à faire parler ses personnages. Ils posent. Le jeune modèle, les yeux baissés, est appliquée et le peintre se concentre sur son art.

 

Vienne Galerie nationale Veermer       Vienne Galerie nationale Caravage         Vienne galerie nationale
tableau de Vermeer tableau du Caravage : La madone du rosaire
portrait de Sonja Knips en 1898 par Klimt

 

Le Caravage, égal à lui-même, nous propose ses tableaux profanes pour lesquels les scènes inspirées de l’Ancien ou du Nouveau Testament ne sont que prétexte.

Le David qui est venu à bout de Goliath est le triomphe de la jeunesse sur l’homme adulte et corrompu.
Et que dire de la présentation de l’enfant Jésus. Marie, décontenancée, demande au prédicateur ce qu’elle doit annoncer. Ce dernier n’ayant pas l’air trop inspiré non plus, semble lui dire de faire de son mieux.
De manière irrévérencieuse, les apôtres semblent se tourner vers le prélat et non vers Marie, sauf la femme qui est de dos. Elle regarde Marie plutôt par curiosité que par envie.
Par ailleurs, l’un des apôtres ressemble tellement au David du tableau précédent que l’on a l’impression de se retrouver devant les mêmes modèles.
Les coloris, les contrastes, le souci du détail et de la précision, les fuyantes et le sens de la lumière sont, comme d’habitude, les points remarquables de ses peintures.

Le portrait de Sonja Knips** est une oeuvre de Klimt, il nous apporte le romantisme qu'avaient découvert les Préraphaélites en Angleterre et qui nous annonce les impressionnistes.  

 

Vienne-05-021-Kunt-Canaletto-détail

La série des “Vues de Vienne” de Bellotto que nous connaissons mieux sous le pseudonyme Canaletto, nous projette dans le Vienne du XVIII° siècle, avec la Cathédrale Saint–Etienne ou le château de Schönbrunn, par exemple.

D'autres tableaux nous amène à Prague, à Venise bien sûr. Le goût est raffiné et les détails de chaque tableau très évocateur de l'époque.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

Vienne-05-038-Kunt-Dürer

L’école allemande est bien représentée, avec sa rudesse habituelle, mais il ne faut pas manquer la très belle “jeune fille vénitienne” de Dürer.

Vous retrouverez également l’incontournable “Infante Marguerite-Thérèse” de Velázquez, qui vous rappellera des visites que vous auriez faites au Prado à Madrid.

 

Sous la célèbre coupole, en face de l’escalier, vous pouvez reposer vos jambes en prenant un café et un gâteau au chocolat.

Au rez-de-chaussée, vous pouvez faire un tour dans la galerie égyptienne*. Évidemment, malgré une présentation soignée, aucune pièce ne peut rivaliser avec le musée de Berlin, celui de Turin ou encore celui du Louvre. Vous remarquerez cependant les grandes statues de Sekhmet, toujours impressionnante, et les momies du dieu crocodile, Sobek.


Le trésor impérial***

Cette galerie présente, d’une manière fabuleuse, de prestigieux objets ayant appartenu aux Habsbourgs. En quelques salles, on peut parcourir six siècles d’histoire. Cependant, la présentation prime sur la chronologie, il faut donc simultanément se laisser prendre par la splendeur des objets et rétablir au passage leur contexte historique.  

 

Nous retiendrons, les deux couronnes*** avec une préférence pour celle, beaucoup plus récente de Rodolphe II (1604) au détriment de la prestigieuse couronne du Saint-Empire Germanique ainsi que les magnifiques tenues d’apparat des monarques.

 

Dans une autre salle, se trouve le beau portrait officiel de Marie Louise lorsqu’elle devint, jeune fille sacrifiée sur l’autel de la politique, la seconde femme du despote français.


La robe est très belle. La mode de cette époque, les cheveux courts et bouclés, les robes longues et droites, avec la taille remontée juste au-dessous de la poitrine et ample au niveau des hanches, met bien en valeur la beauté des femmes de l’époque.

 

 

  
     

Vienne-05-073-trésor-impérial-couronne-charles

couronne et globe du Saint-Empire Romain Germanique

On peut même découvrir le Saint-Graal. Il s’agit, en fait, d’une coupe en agate achetée par les Habsbourgs à des Byzantins. Peut-être cette acquisition date-t-elle du pillage de Constantinople par les Croisés en 1204 ? Dans le même style, au niveau des fausses reliques, vous retrouvez un fragment de la vraie-croix (un de plus !) et la lance qui aurait servi pour percer le flanc de Jésus.   

 

L’évocation de la période bourguignonne fait plaisir. On peut découvrir des portraits des quatre ducs bourguignons (notamment ceux, très rares, de Philippe le Hardy et de son fils Jean sans Peur), les portraits sans complaisance de Marie de Bourgogne, morte à 25 ans d’une chute de cheval et de son mari désargenté, Maximilien de Habsbourg, tout content de récupérer le fabuleux héritage bourguignon.

 

On peut admirer la puissance formidable d’une épée à deux mains, l’arme défensive majeure de l’époque médiévale. C’est l’occasion de vous remémorer la genèse de la toison d’or que portèrent, après Philippe le Bon et son fils, tous les Empereurs Habsbourgs. L’un des colliers*** composé d’anneaux sculptés et représentant les armoiries des possessions ou titre des Habsbourgs est une pure merveille.

 

Le palais impérial***

Hofburg Sissi portrait officiel

Portrait officiel de l'Impératrice

       

La visite des Appartements Impériaux et de l’argenterie se fait dans la Hofburg qui était la résidence favorite de la famille des Habsbourgs.

 

La visite d’un palais est toujours chose difficile. Ou bien on défile d’une pièce à l’autre et l’on s’intéresse au mobilier, aux décorations, aux tableaux sur les murs, ou bien on essaie de faire revivre quelques personnages illustres pour mieux comprendre leur vie et découvrir, au travers de cette évocation, d’une manière plus réaliste, les appartements.

 

Concernant la Hofburg, il nous est facile de mettre en scène les deux personnages les plus médiatiques : François Joseph et sa belle et espiègle épouse, Élisabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach, plus connue sous son surnom de Sissi.

 

La disposition des pièces révèle le manque d’intimité et la lourdeur du protocole qui a tant exaspéré Sissi et avant elle, dans un autre décor - celui du Château de Versailles - Marie Antoinette.

 

Les monarques étaient sans cesse en représentation. La chambre à coucher d’Élisabeth, longue et étroite, avec le lit posé au milieu de la pièce, ressemble à la scène d’un théâtre. Seul un paravent permettait à la princesse de ne pas dormir sous les yeux indiscrets de ses servantes ou de sa belle-mère, sa tante Sophie.

 

Elle passait ensuite dans sa salle de gymnastique et son boudoir, pour s’habiller et se parer avant de pénétrer dans la salle des petits déjeuners. C’est à cet endroit qu’elle pouvait rejoindre, parfois, son mari et prendre en tête-à-tête, une collation.

 

Élisabeth, considérée comme l’une des plus belles femmes de son temps, avait peur de vieillir et passait des heures aux soins et au maintien de sa beauté.

 

       Vienne-05-443-Palais-impérial-p-tit-dèj  

 

Lorsqu’on poursuit cet alignement de pièces, on retrouve la chambre à coucher de l’Empereur, un vestibule, son bureau, la salle des conférences où il réunissait quotidiennement ses ministres, un autre vestibule, une salle d’attente, une salle d’audience, une grande salle d’audience et enfin la grande salle où l’Empereur pouvait dîner avec une vingtaine de personnes.

 
Si on en croit le menu du dîner de famille du 1er février 1906, il fallait avoir grand faim et beaucoup de temps pour déguster les différents mets.

On se voyait présenter : les huîtres d’Ostende, le potage des rois, le médaillon de saumon à la Vatican, la pièce de bœuf, les coquilles de foie gras à la marquise, les sorbets, les poulardes rôties, les asperges de Brunswick, le gâteau Duc de Clarence, le fromage, les glaces aux fraises et au caramel.

Nous n’avons pas la carte des vins. On sait pourtant que chaque plat était servi avec un vin différent, dans un verre spécifique.

La disposition des convives relevait d'une science encore pratiquée de nos jours dans les grands dîners d'affaire ou politique ce qui revient au même.
En effet, l'invité d'honneur se place en face de l'Empereur puis un homme une femme à l'alternat en respectant le degré de parenté ou leur rang.

La conversation était seulement autorisée entre voisins de table. Il y avait intérêt à connaître tous les sujets qui ne fâchent surtout pas. Il n'était pas question de s'apostropher d'un bout à l'autre de la table et de se mettre à rigoler.

On voit qu'un repas de famille, même dans la haute bourgeoisie aujourd'hui, en France, devient, par rapport à cela, une véritable partie de plaisir.     

La disposition des pièces et leur ameublement sont classiques, intéressants pour nous, ennuyeux pour les monarques, pris par cet immuable quotidien.

 

Le café Silberkammer

Pour reposer vos jambes, faire la synthèse de toutes les informations ou impressions que vous aurez recueillies ou encore pour feuilleter l’une des brochures que vous aurez acheté au shop, je vous conseille de pénétrer dans le café Silberkammer qui se trouve dans le même bâtiment.


 
Vous y dégusterez, au calme, une succulente pâtisserie, une glace avec de la Chantilly servie par un personnel agréable et attentif à votre bien-être.


Il faut absolument goûter l’un de leurs merveilleux cafés. Mon préféré, appelé « Maria-Theresa », est celui servi avec une liqueur décorée à l’effigie de Mozart.

 

 

                           

Vienne-05-450-Le café

 photo Michel Ledeuil : pause dans le café Silberkammer

Le quartier de la cathédrale*

A partir de la Hofburg, partez, à l’aventure, dans les rues de la vieille ville et déambuler jusqu’au large boulevard la Graben.
Apprenez à lever la tête pour découvrir les hauts-reliefs rococo et les décors réalisés par les artistes de la Sécession.  

 

Vienne-05-072-Hofburg-toit       Vienne-05-257C-balade-faþade-centre ville
Photo Michel Ledeuil : détails de la toiture de la Hofburg
Photo Michel Ledeuil : détail d'une façade rococo dans le quartier Graben

 

Sur la place de la Cathédrale Saint-Étienne, il y a généralement une ambiance très sympathique. Il y a des marchands de saucisses, de pains épicés, de ballons. Il y a des « automates » qui s’évertuent à rester immobiles. Il y a un orgue de barbarie qui joue, au rythme des feuilles perforées, qu’un Autrichien, aux allures bonhommes, fait défiler en tournant, sur un rythme régulier, une manivelle. Le tout au milieu d’une foule bigarrée et joyeuse.

 

La cathédrale n’a rien d’exceptionnel. Sa toiture, refaite à l‘identique après les bombardements américains, resplendit, mais le reste est austère, grisâtre, même sous le soleil et l’intérieur est quelconque. C’est au musée de la ville** que se trouvent les statues qui ont été récupérées et probablement restaurées.

 

Vienne-05-260-Cathédrale       Vienne-05-101B-Cathédrale-toiture
Photo Michel Ledeuil  : vue de la cathédrale de Vienne
photo Michel Ledeuil : détail de la belle toiture restaurée de la cathédrale

 

Le Belvédère***

Le parc**

À partir du ring, le tram D vous amène directement au Belvédère. S’il fait beau, je vous conseille d’arriver de bonne heure. La visite du Palais, construit par le prince Eugène de Savoie, ne commence qu’à dix heures et vous pouvez auparavant parcourir le parc et prendre, sans hâte aucune, des photos des nombreuses statues qui entourent le bâtiment principal.

 

Vienne-05-202-belvédère-détail      Vienne-05-205-Belvédère-Façade-Sud
Photo Michel Ledeuil : détail de la façade sud du palais du Belvédère avec le plan d'eau Photo Michel Ledeuil : détail de la façade sud du palais du Bélvédère avec statue et sphinx

Vienne-05-206-Belvédère-façade-SudPhoto Michel Ledeuil : statue devant le Belvédère

             


Les thèmes des statues sont peu variés. L’homme qui dresse le cheval qui se cabre est présent un peu partout dans les parcs de Vienne.

Il s'agit peut-être d'une évocation d'Alexandre le Grand qui dompte Bucéphale qui avait peur de son ombre.


Par contre, laissez-vous envoûter par la beauté tranquille des visages féminins des différentes sphinx.


Le jardin « à la Française » qui orne la vaste descente vers le bas Belvédère est décoré de dessins aux couleurs vives, au moyen de sable jaune : la couleur à la mode sous Marie-Thérèse.

 

Cette dernière aurait d’ailleurs bien aimé acheter le Belvédère à la nièce du Prince de Savoie mais cette princesse, trop gourmande, n’a pas fait affaire avec l’Impératrice qui gérait ses deniers en bonne mère de famille. Marie-Thérèse fit construire Schönbrunn.

Le Palais**

Vienne-05-213A

Photo Michel Ledeuil : le parc du Belvédère

                   

Le Palais, dont la conception a été directement inspirée par l’image qu’a laissée le prince Eugène de “pourfendeur des Turcs”, apparaît en faux jour.

 

L’architecte a enjolivé la façade sobre et droite du palais par des pavillons ronds à chaque aile.

 

Ces pavillons représenteraient les tentes militaires turques et au centre, l’avancée est inspirée par les tentes allongées des officiers de la même armée.

 

C’est dans cette "tente turque" que se trouve l’immense salon de marbre, haut de plafond avec à l’étage supérieur une galerie dont les fenêtres ovales permettent de savoir qui se trouvait dans cette salle des réceptions.

 

La Galerie du Belvédère***

La Galerie autrichienne présente des peintures du XIX° et du XX° siècle et des sculptures de la même époque. Il y a de tout, mais dans l’ensemble, les tableaux sont de grande qualité.

Laissez-vous guider par nos impressions, plutôt que par les directives des guides officiels, pour découvrir des œuvres peu connues mais qui présentent des situations et laissent place à l’imagination.

 

Vous aimerez ainsi la petite servante qui fait sa curieuse par le trou de la serrure, quelle intimité de ses maîtres cherche-t-elle à surprendre ?

 

Vous adorerez l’œuvre de Johan Reiter qui représente sa femme merveilleusement nue et alanguie après une nuit d’amour, alors que les premiers rayons du soleil pénètrent dans la pièce et révèlent les formes de la jeune femme.

      Vienne-05-224-Reiter-1849-première femme de lartiste

Vienne Belvédère fête au village-2

tableau de Waldmüller : le matin de la fête-dieu réalisé en 1857

     

Vous assisterez à la préparation du défilé pour la fête au village. C'est le genre de tableaux où l’on a envie de faire parler les personnages.


Pourquoi la petite fille essuie-t-elle des larmes ? Est-elle punie ? Elle aurait voulu faire partie de la procession. Espérons pour elle qu’elle en sera l’année prochaine.


Et l’autre fille qui montre au garçon la couronne de fleurs, que lui dit-elle ? "Regarde comme elle est belle ! Tu la veux ?". Et l’autre, gros nigaud qui s’esclaffe car il ne sait que répondre et oubliera bientôt le geste charmant de cette gamine au si joli visage.

 

On pourrait ainsi poursuivre le fil pour chaque personnage que Waldmüller nous a transmis.

Au premier étage, sont présentées les œuvres de la Sécession. Gustav Klimt est présent avec de nombreuses toiles.

 

Le Baiser*** réalisé en 1907 constitue l’apothéose de son art. Il est probable qu’il se rapporte au couple qu’il formait avec Émilie Flöge, sa compagne de toujours.


La jeune femme savoure le baiser de l’homme comme un cadeau qu’elle reçoit de son amant. La couleur teinte or fait apparaître cette scène comme une icône.


La forme ondoyante de la robe décorée de motifs floraux aux couleurs vives donne un éclat de bonheur et la souplesse de la jeunesse éternelle. Un hymne à l’amour. Un instant volé au destin. En effet le danger n’est pas loin. Les amants se trouvent au bord d’un gouffre. 

 

Dans une autre salle est exposée : La dame aux poissons rouges.  Louis Corinth présente la femme de l’artiste dans son intérieur encombré de bibelots, de fleurs et de poissons rouges.

On peut noter la quiétude et la richesse des coloris, la composition très cadrée avec, comme pour les peintres flamands de la grande époque, une ouverture vers l’extérieur à travers une fenêtre. 

        Vienne-05-220-Klimt-le baiser
Vienne-05-222A-Belvédère-Segantini-1894-les mauvaises mères     

Les « mauvaises mères »** de Segantini surprennent par le drame qui se noue dans la tête et le corps des femmes qui ont préféré avorter plutôt que d’accueillir leur enfant.

 

La branche de l’arbre ressemble au cordon ombilical qui alimente encore l’enfant. La « mauvaise mère » le repousse alors que l’enfant cherche déjà à téter le sein.

 

Pour cette femme, la vie sera plus forte et elle sera sauvée mais pour les autres que l’on devine au fond du tableau à gauche, qu’en sera-t-il ?

Comme moi, vous aurez peut-être du mal à rentrer dans l’univers d’Egon Schiele, très présent avec des œuvres choquantes dans lesquelles apparaissent sa silhouette décharnée et des portraits de femmes traitées sans nuances.  

Vous adorez, par contre, la petite effrontée qui jette un oeil indiscret à travers la serrure de sa chambre. Est-ce pour surpendre ses patrons en train de faire l'amour ? Peter Fendl nous laisse à nos fantasmes.

Vous vous garderez de déranger la jeune fille lisant*** de Eybl. Sage en apparence mais absorbée par sa lecture qui lui raconte quelques drames qu’elle aurait voulu vivre. Sa noire chevelure reçoit le reflet du jour et le bracelet démontre la finesse du goût de la jeune lectrice.

Vous serez attentif à l’expression de la jeune femme qui vient de perdre à la loterie. Son regard est attristé. Elle est pensive et se désole déjà de ses rêves envolés. C’est une belle version de Perrette et du pot au lait. On sent pourtant que ce n’est pas trop grave. Peter Fendi, qui a réalisé ce beau tableau, n’a pas voulu représenter un drame mais une petite contradiction comme on en vit tous les jours.

 

Vienne Belvédère la petite curieuse      Vienne-05-228-Belvédère-Eybl-1850-Une fille lisant    Vienne-05-408-la loterie-Fendi-1829
Oeuvre de Peter Fendl en 1833 : l'indiscrète oeuvre de Franz Eybl en 1850 : jeune fille lisant oeuvre de Fendi en 1829 : la loterie

 

Vous aimerez le solide portrait qu’Hans Makart fait, en 1870, de Madeleine Von Plach. Le menton volontaire et le regard attentif. Sans concession, elle gère ses affaires. L’élégance bourgeoise ne sert qu’à paraître. Les dégradés des coloris donnent à l’ensemble du tableau une atmosphère qui adoucit la rudesse du trait.     


Vous aimerez chaque portrait ou scène de vie saisis par Waldmüller. Vous découvriez la brume au bord de la mer avec Friedrich et la belle composition réalisée par Gérard lorsqu’il met en place la famille du Comte d’empire Moritz.
Vous tremblerez pour les partisans tyroliens qui rassemblent leur force pour combattre les troupes napoléoniennes.

 

Pour les adeptes, il y a également des Monet, Renoir, Courbet et Van Gogh.

  

Ne quittez pas le Palais sans passer par le shop et le café viennois installé dans l’un des pavillons ronds qui enjolivent le Belvédère. Vous pourrez y goûter toute sorte de cafés toujours admirablement présentés et succulents. Je vous conseille le Klimt coffee qui est parfumé à la pistache et orné d’une crème fraîche très légère.


Vous descendez ensuite vers le Belvédère inférieur par le parc. Retournez-vous de temps en temps pour apprécier les perspectives du Palais au milieu du parc.

Le billet d’entrée vous donne accès aux « musées d’en bas ». Vous serez peut-être déçus en déambulant au milieu des statuettes faisant la grimace, des sculptures de Donner qui étaient destinées pour la fontaine du Marché aux farines, des tableaux de Maulbertsch et des pièces aux ornements baroques, jusqu’à l’outrance mais le musée des grimaces n’est pas aussi laid que l’on aurait pu le prédire et c’est finalement un bon complément à la « galerie d’en haut ».

 

La ville et les parcs*

En sortant du parc, vous débouchez sur la vaste Schwarzenberg Platz à proximité de laquelle se dresse le monument érigé par les Russes pour que les Viennois puissent honorer leurs libérateurs.


Les Russes comme libérateur de Vienne peut paraître cocasse. Les Autrichiens qui ont failli se retrouver séparer, comme l’Allemagne, en deux parties, ont évité le pire en 1949, mais les Russes ont tenu à ce que les anciens occupés s’engagent à entretenir le monument en guise de remerciement ou d’expiation.

Prendre le tram est toujours un plaisir pour aller d'un quartier ou d'un parc à l'autre et de faire plusieurs fois le tour du ring.

Vienne-05-244-tram-quartier-Belvédère

Photo Michel Ledeuil : tram dans le quartier de Belvédère
           

Vienne-05-416-tram

Photo Michel Ledeuil  : l'une des nombreuses stations de tram sur le ring

Le Rathaus se situe au bord du ring et en face de l'opéra. Le parc qui longe le ring permet de faire une belle balade en découvrant les différents monuments tels que le temple néo-classique grec, le monument dédié à Sissi, les très belles statues* qui ornent et entourent l'opéra.

 

Vienne-05-172-Rathaus

Photo Michel Ledeuil : vue du Rathaus et du parc


            

Vienne-05-180-Siisi-monument-01

Photo Michel Ledeuil : Monument commémoratif en l'honneur de l'Impératrice Elisabeth

Ce monument est situé au milieu du parc que domine la Hofburg. Il fit l’objet d’un concours et fut inauguré en 1907 par François-Joseph lui-même, neuf années après le stupide assassinat d'Élisabeth. Ce mausolée est un merveilleux gage d'amour posthume fait par l'empereur à sa belle et romanesque épouse. 

 

Vienne-05-249A-Opéra-statue-façade

Photo Michel Ledeuil : Statue ornementale à l'entrée de l'opéra et plafond

                                  

Vienne-05-265-Monument-J. Strauss

Photo Michel Ledeuil : monument de Richard Straus dans le Stadpark 

Vienne-05-405-Allée karlplatz

Photo Michel Ledeuil : le parc près de Saint-Karl et du musée de la ville

        

Vienne-05-407-Eglise-Saint-Charles

Photo Michel Ledeuil : vue de l'église baroque Saint-karl datant de 1737

 

Le beau Danube bleu

En allant vers le Prater, vous pouvez poursuivre jusqu’au terminus de la ligne pour enjamber le Danube. Le « beau Danube bleu » n’a aucune majesté et rien ne vient agrémenter les rives pour rehausser son prestige.

C’est au contraire, comme à Copenhague, par exemple, où l’on découvre par hasard, au milieu d’un quartier usinier, la petite sirène, une structuration industrielle qui attend le visiteur. Le Danube n’est à Vienne, comme le Rhin à Cologne, qu’une vaste autoroute nautique.


Le quartier du Prater**

Ce célèbre parc d’attractions vaut la peine. Il est dominé par la Grande Roue*. Depuis 2005, un petit musée donne accès à une rétrospective intéressante du quartier du Prater, à travers les âges. Les maquettes ont été disposées dans des cabines reconstituées. L’ensemble tourne et les vitrines s’éclairent à tour de rôle. On découvre ainsi, le temps des Romains, le temps des cathédrales, l’époque baroque de Marie-Thérèse, celle du congrès de Vienne.

On arrive bientôt devant la réplique de la première roue, puis de la deuxième, avant de finir par le cataclysme. Comme ailleurs, en France, à Dresde, en Irak, les Américains, se moquant des populations civiles, ont tout détruit, du haut de leurs forteresses qui déversent des bombes à l’aveuglette. L’incendie couve encore au milieu des ruines fumantes.

 

Vous montez ensuite dans l’une des cabines de la Grande Roue, pour découvrir le paysage, pour affirmer que l’on a été dans cette célèbre attraction, pour vérifier accessoirement que l’on fait bien un tour en 12 minutes.
Certaines personnes se font installer une table pour boire le champagne « cuvée spéciale », mais vous n’êtes pas obligé d’aller jusque-là pour commémorer l’événement.

       

 

Vienne-05-150-Prater-grande-roue

Photo Michel ledeuil : la grande roue au Prater 

 

Vous pouvez déjeuner, au milieu du parc, dans l’une des tavernes situées un peu à l’écart des manèges bruyants. Si le temps le permet, installez-vous en terrasse.  
Il y a un train miniature qui passe plusieurs fois, avec son panache de fumée et son sifflet strident. On s’y croirait presque. N’hésitez pas à faire le tour du parc d’une manière aussi originale.

 

Vous pouvez ensuite effectuer une belle promenade au milieu du parc en passant par les étangs avant de rejoindre la Grande Allée et la station terminus du tram de la ligne N qui vous ramène jusqu’au ring sur la place des Suédois.

 

Le quartier de la place de Suède

Vienne-05-417-Pub-place des Suédois

Photo Michel Ledeuil : pub viennois

         

 




C’est à partir de cette place que vous pouvez faire une belle promenade dans le quartier de la vieille ville.


Mais auparavant arrêtez-vous dans un pub pour déguster de la bière où vous aurez le choix entre une Guinness à la pression, correcte mais sans plus, ou une Eidelvesser, blonde corsée non filtrée, succulente.


L’ambiance feutrée n’est pas sans rappeler celle des cafés praguois ou de Stockholm. Pas d’exubérance. On vient en silence pour boire un verre, on discute mais à voix basse, on lit son journal, on fait une pause. 

 

C’est également dans ce quartier que vous pouvez trouver de petites tavernes pour dîner un soir au milieu d'une jeunesse branchée.

Vous remontez ensuite vers la cathédrale mais en n’hésitant pas à vous faufiler dans les ruelles et prendre de belles photos. Recherchez la célèbre pendule typique de la Sécession, puis revenez vers la Hofburg pour retrouver la porte des Suisses et le ring.

 

Vienne-05-051A-porte-Suisse

Photo Michel ledeuil : La porte des Suisses donne accès à la Josephplatz

                              

Vienne-05-255-Horloge-sécession

Photo Michel ledeuil : Une oeuvre typiquement de l'époque de la Sécession

 

Schönbrunn***

Vienne-05-281-Schun

Photo Michel Ledeuil : palais de Schönbrunn

    

Pour aller à Schönbrunn, vous prenez le métro et d’une demi-heure plus tard, vous longez les bâtiments de service, dont les murs sont peints d’un jaune cru, la couleur préférée de Marie-Thérèse et arrivez devant la grande façade du Palais.


Il y a du monde mais la queue n’est pas longue car ce sont souvent des groupes de touristes. Il y a différents billets composés, mais je vous conseille, surtout s’il fait beau, de prendre la totale.

 

Vous pourrez cependant préférer la visite du zoo au musée des carrosses.

 

 

Le palais***

Le palais est constitué de nombreux appartements et salons dont la litanie peut être ennuyeuse. Prenez comme fil conducteur un thème que vous aurez travaillé auparavant, celui de Marie-Thérèse et sa famille. 

On peut alors se raconter l’histoire de cette femme qui réussit à gérer un Empire, à battre les Prussiens et à faire seize enfants dont la plupart ne nous sont pas inconnus.

Vienne-05-285-Schun-Marie-Thérèse-famille

Marie-Thérèse et sa famille

   







Vienne-05-286-Schun-Joseph et son frère

Joseph II et son frère Léopold II

    

 

 

 

Joseph II dont on possède une image assez véridique dans le merveilleux film sur Amadeus Mozart, son frère et successeur, Léopold II, sa charmante sœur, Marie-Antoinnette, la plus jolie, qui devint, pour son malheur, reine de France, et les autres Maries qui, toutes, épousèrent des Princes d’états européens.

 

La plus heureuse fut Marie-Christine. Elle fut la seule à échapper à un mariage politique et elle fonda, avec son mari, Albert de Saxe-Teschen, la célèbre collection d’art graphique « Albertina ». C’est elle qui est inhumée dans l’église Saint-Augustin.

 

Le palais est richement meublé et vous ne pourrez éviter de vous retrouver projeter dans la période la plus faste des Habsbourgs après leur victoire contre Napoléon.

François-Joseph régna longtemps mais à la différence de l'ère Victorienne qui conduisit le Royaume-Uni à son apogée, l'Empire Autriche-Hongrie sombra progressivement dans l'anarchie. La montée des nationalismes et l'incompétence de l'Empereur et de son entourage entraînèrent la mosaïque des peuples dans l'abîme et le démantèlement de l'Empire en 1919.

Raison de plus pour goûter son plaisir dans le faste des intérieurs et les superbes tableaux d'apparat qui s'offrent à nous dans chaque salle.      

 

Schöbrunn portrait officiel Sissi

Portrait officiel de l'Impératrice Sissi

 





           

Schöbrunn réception de létat major

François-Joseph réuni son Etat-Major dans le grand salon du Palais de Schönbrunn. L'heure est grave. La Prusse vient se gagner la guerre contre la France et renforce son pouvoir.

L'alliance forcée que l'Autriche-Hongrie devra contracter avec la Prusse et l'Empire Ottoman lui sera fatale en 1919. 

Schöbrunn salle à manger

Salle à manger pour les repas familiaux ou les petites réceptions

       

Schöbrunn salon avec tableau de Sissi

Le bureau de travail de l'Empereur avec un portrait d'Elisabeth

 

Les jardins privés*

Vous passez du Palais aux jardins privés en contournant le vaste bâtiment. Il n’y a rien d’exceptionnel dans ce jardin, mais l’impression très agréable d’être dans un lieu que tant de princes et princesses ont fréquenté.

 

Le parc et la Gloriette***

Le parc** est absolument magnifique sous le soleil. Une foule, débonnaire, circule dans les allées. Les groupes des voyages organisés ont fait le plein de photos dans la cour principale et se sont déjà entassés dans le bus qui les emmène vers Prague ou Budapest.  

 

Goûtez le calme revenu en s’approchant de la Grande Fontaine** avant de monter par une allée reconfigurée, jusqu’au sommet de la butte sur laquelle a été construite la Gloriette.

 

Vienne-05-371-schun-le parc

Photo Michel Ledeuil : Le parc la grande fontaine et la Gloriette

          

Vienne-05-310-Reflet- la gloriette

Photo Michel Ledeuil : L'élégante Gloriette se mire dans les étangs

 

La Gloriette, réalisée sur les plans de Hohenberg en 1775, est donc un monument récent. Svelte, il donne de la profondeur au parc. Les étangs, situés de part et d'autre, et dans lesquels le bâtiment se mire, servaient, paraît-il, à l'irrigation du parc.
 
Pénétrez dans le café et installez-vous si possible près des fenêtres donnant sur le parc.
Commandez un café « Mozart » et un gâteau. C’est un moment de quiétude qu’il faut goûter. Un instant où le temps ne trépigne pas d’impatience, un moment que l’on ne peut vivre qu’en se donnant le temps entre deux visites. C’est le temps d’une flânerie sur le ring, sur la piazza majore à Madrid ou à Salamanque, c’est le temps de lire une revue dans un café à Prague. C’est le temps que l’on oublie si l’on n’y prend garde.


Grimpez sur la terrasse de la Gloriette. Cette grimpette nous donne l’illusion de mieux voir, d’admirer le parc sous un angle nouveau. Il n’en est rien mais, en prenant de la hauteur et en scrutant l’horizon, on découvre les tours allemandes qui auraient dû protéger les Viennois contre l’aviation américaine, grâce aux tirs de DCA. Il paraît qu’il existe plusieurs tours, quatre ou cinq et que personne ne sait en quoi en faire. 

 

Le zoo de Schönbrunn**

Vous revenez sur vos pas en direction du Palais. La déclivité du terrain donne des perspectives qu’il faut bien saisir.

 

Si vous avez le temps, ne quittez pas Schönbrunn, sans avoir visité le plus vieux zoo d’Europe. C’est en 1751 que, sur demande de l’Empereur François Ier, Jean Nicolas entreprit la construction d’une ménagerie, dans laquelle les nobles pourraient découvrir les animaux de toutes les parties du monde (la télé n’existait pas).

 

De petite taille, il bénéficie d'une excellente utilisation de l’espace. Pour le plaisir des enfants, il y a des lieux qui leur sont consacrés et des jeux éducatifs.

 

Cela ne vaut pas le zoo de Berlin*** ! Mais enfin. Prenez du plaisir à voir les beaux tigres, le lion paresseux, le Panda gourmand, les léopards, les otaries qui guettent entre deux plongeons le garde qui leur jette du poisson, les éléphants qui dégustent des bambous, l’ours blanc.

 

Il y a une volière sublime dans une atmosphère équatoriale et un vivarium avec des iguanes et des crocodiles et, depuis peu, un vaste aquarium avec sa fosse aux requins.

 

 

         

Vienne-05-348-zoo-Panda

Photo Michel Ledeuil : le Panda glouton

 

Vienne-05-335-zoo-Lion

Photo Michel Ledeuil : zoo de Schöbrunn le Lion paresseux

       

Vienne-05-357-zoo-éléphant

Photo Michel Ledeuil : zoo de Schöbrunn les éléphants débonnaires

 

Le musée des carrosses*

Ce musée rassemble, dans une pièce unique, des dizaines de carrosses de différentes époques. Vous déambulerez de rangée en rangée pour découvrir les particularités de chaque voiture.


Globalement, les carrosses suivent les mêmes évolutions que les autres formes d'expression. On arrive sous le règne de Marie-Thérèse au comble du rococo pour revenir progressivement à des décorations plus sobres.

Parallèlement et surtout à partir de l'époque napoléonienne, on recherche l'innovation du confort, au niveau des sièges, des amortisseurs, puis vint l'époque des lanternes qui servent de feu de position.

 

La crypte des Capucins*

C’est dans cette crypte que sont placées dans des caveaux sombres et lugubres les dépouilles de presque tous les souverains Habsbourgs et leur famille. On commence par les ascendants de Marie Thérèse, pour aboutir à l’apothéose du baroque que constitue son tombeau.

 

Il s’agit d’un simulacre de char orné de toute part de différents symboles. Elle y repose avec son mari François Ier de Habsbourg-Lorraine. La sobriété regagne du terrain pour leurs descendants.
 
On pénètre alors dans la dernière partie de la crypte pour se recueillir, comme bien d’autres visiteurs, devant le tombeau d’Élisabeth, toujours très fleuri. Elle repose dans la même salle que François-Joseph et que son fils, le prince Rodolphe. Celui qui préféra se suicider le 30 janvier 1889 en compagnie de la baronne Marie Vetséra, une gamine de dix-huit ans, plutôt que d’accomplir, comme son père, la lourde tâche consistant à diriger l’Empire.

 

Sans doute sa propre femme était moins aguichante, mais avoir une maîtresse et une femme n’est pas interdit. Sans doute également, le mauvais exemple de sa mère qui a toujours préféré ses passions à son devoir d’impératrice a-t-il joué.
On sait ce qu’il advint de l’Empire et de la dynastie Habsbourg. La fille de Rodolphe, morte en 1963 à 80 ans est la dernière descendante en ligne directe. Je serai curieux de savoir ce qu’elle a pu penser de son père, adultère et insignifiant.

 

Vienne crypte des Capucins

Tombeaux de François-Joseph, d'Elisabeth et de leur fils 

               

tableau du carrosse

Impératrice Zita de Bourbon-Parme et son fils le dernier Roi de Hongrie

 

On termine par le tombeau de l’Impératrice Zita de Bourbon-Parme, morte en 1989. Belle femme dans la tourmente, on peut l’admirer, fière et résignée, sur un tableau exposé aujourd’hui au château de Schönbrunn.

 

Son fils devient le Roi de Hongrie, après la mort de François-Joseph en 1916. Le nouvel Empereur descend du glorieux carrosse tiré avec les huit chevaux blancs. La scène se passe à Budapest. Je ne sais pas si l’on a vraiment transporté le lourd carrosse jusque là-bas ou bien s’il s’agit d’un montage.

 

Les autres musées importants

Le musée Léopold*

Vienne-05-461-Klint-la vie et la mort

musée léopold : oeuvre de Kimt

      

Vienne-05-464-Déesse

La Vénus in der Grotte de Moser  

      

Si vous aimez l’art contemporain, vous irez visiter ce musée.

 

Il y a de nombreuses peintures de Klimt.

Dans son oeuvre « Tod und Leben », il traite, dans son style si particulier, le thème de la vie, mélange d’amour, de passion et de tristesse et de la mort qui attend chacun d’entre nous.


Les autres peintures de Lienz, de Schiele ou de Moser datent également du début du XIX° siècle.

 

Vous ne raterez pas la « Venus in der Grotte » de Moser qu’il a d’ailleurs peint par deux fois et qui révolutionne l’idée que l’on se fait de la naissance de Vénus.

 

 

Il y a aussi un beau tableau** de Waldmüller qui date de 1854 et qui paraît comme « égaré » au milieu des autres œuvres.

 

Comme d’habitude, le peintre est narratif. Le conscrit qui a tiré le mauvais numéro et qui sera absent de longues années.

 

Le père qui rassure le grand garçon, la mère qui s’applique pour conjurer son émotion, les filles qui pleurent ou qui s’inquiètent déjà, et le conscrit, la peur au ventre qui n’a plus qu’une envie, celle de partir au plus vite.

      Vienne-05-223A-Waldmüller-1854-départ pour la conscription
Vienne-05-223B-belvédère-pélérinage

Dans une autre salle, un autre tableau du même artiste retrace, avec la même intensité, le pèlerinage interrompu.

 

Une des jeunes femmes a présumé de ses forces et a eu un malaise.

Les autres femmes s’affairent autour d’elle. On lui tend de l’eau, on la réconforte.

 

Les parents attentent patiemment alors qu’on devine de la part du porteur de bannière et des autres personnages qui avaient déjà passé le col, quelques impatiences.   

 

Le musée de la ville***

Le musée de la ville, qui est d’ailleurs gratuit le dimanche, constitue l’une des pièces maîtresses d’un séjour culturel. Plutôt maltraité dans les guides touristiques qui n’ont d’yeux que pour la Hofburg, Schönbrunn et la « Vienne musicale », il retrace, sur trois étages, l’histoire de la ville.


Au rez-de-chaussée, sont exposés des armures, des blasons, les statues de la cathédrale qui ont survécu aux bombardements. Au premier étage, se trouve une superbe maquette** de Vienne au temps de Marie-Thérèse, des portraits de l’Impératrice, de son mari, la narration du siège de la ville par les Turcs.
Au dernier étage, le ring a remplacé les remparts sur la belle maquette** qui nous présente Vienne à la fin du dix-neuvième siècle. Des robes de bourgeoises huppées et d’autres tableaux qui complètent la visite du Belvédère et celle du musée Léopold y sont exposés.

 

Vienne Waldmüller noël      

La fête de Noël dans le tableau enjoué de Waldmüller. C’est le matin, le soleil pénètre déjà dans la grande pièce.

 

Les enfants déballent les maigres cadeaux. Des fruits et un collier. C’est le temps où la fête et l’amour filial priment sur le prix du cadeau.

Chacun s’affaire. Le peintre a su, en un seul tableau, saisir mille scènes, mille émotions.

Les parents replongent dans leur enfance par les yeux éblouis de leur progéniture.

Au milieu de ce plaisir que chacun goûte selon son tempérament, seul le petit garçon, n’a rien trouvé dans sa chaussure et va pleurer en s’interrogeant sur les raisons de se désamour.

La petite sœur, qui a eu son jouet, d’un coup d’œil, s’en inquiète déjà, mais sans ostentation. Peut-être pense-t-elle d’ailleurs « qu’il ne l’a pas volé »…

L’embrassade*** de Gustav Klimt (encore lui !) est peinte dans une atmosphère nocturne sous les regards du monde obscur qui entoure les deux amants.

 

Ils s’aiment et se retrouvent en cachette pour un instant de bonheur. Leur amour est d’autant plus intense qu’il est défendu.

 

Mais ils se croient solitaires alors que le monde les épie. Non pas forcément pour les calomnier mais parce que chacun sait que les obstacles de la vie, qui sont devant eux, aura raison, un jour, de ce geste gracile et fou.

 

Ce petit tableau a été réalisé en 1895 et nous reconnaissons le beau visage d'Emilie Flöge et celui, moins connu de Gustav Klimt lui-même.

Ce dernier, tel un amant de passage, semble sortir d'un buisson et la jeune femme qui a déjà fermé les yeux attend le baiser qui lui apportera le plaisir attendu.

 

           Vienne musée de la ville  Le baiser
Vienne Klimt la soeur du Klimt en 1887          Vienne essai de nue par Klimt        

 

De nombreux dessins et autres oeuvres de Klimt sont exposés, bien que cette collection soit moins complète que celle d'Argentina que vous pourrez découvrir lors d'un autre voyage.

 

L'un des dessins représente la soeur de Klimt en 1887.

 

L'autre dessin fait partie d'un ensemble de gravures érotiques réalisées par le peintre à partir des années 1905 pour faire des esquisses de tableaux ou pour son propre plaisir.

 

 

 

Il y a quelques autres œuvres de la même intensité, mais pour lesquelles je n'ai malheureusement pas trouvé de reproduction. La « femme en gris », élégante et posée, la femme en jaune sur un divan, qui vous nargue par sa beauté et son absence complète de retenue, sans pour autant tomber dans la vulgarité.

 

Vienne affiche dOtto Wagner     Vienne affiche dOtto Wagner-2   

Un grand nombre de dessins ou affiches réalisés par Otto Wagner, le principal architecte de la Sécession, sont exposés auprès des maquettes de la ville.

 

L'une d'entre-elles présente la station de métro qui sera réalisée sur la Karlplatz et qui permet d'aller jusqu'à Schönbrunn encore de nos jours.

 

L'autre représente le nouveau canal de régulation du Danube, les rives avec les larges avenues et le pont Ferdinand.

 

Elles datent de 1898 et annoncent les grands travaux qui seront réalisés sous l'impulsion de l'Empereur François-Joseph.

 

Après cette visite, vous pourrez vous détendre dans l'excellente cafétéria située au sous-sol du musée.


Les musées de la Hofburg

Ils sont situés dans le nouveau bâtiment de la Hofburg et constituent un complément à la visite complète de Vienne. Vous pourrez vous en dispenser lors d'un premier voyage, à moins que le mauvais temps ne vous prive de belles balades dans les nombreux parcs de la ville.

Le musée d’Éphèse présente, comme son nom l’indique, des bas reliefs provenant des fouilles du célèbre site archéologique situé sur la côte turcque mais il n’y a rien d’exceptionnel et la maquette du site, parce qu’elle ne s’attache qu’à fournir une vue d’ensemble du site, ne peut donner une idée satisfaisante des vestiges les plus intéressants. Il faudrait une loupe pour apercevoir la célèbre bibliothèque et on devine à peine le théâtre.

La majorité des statues semblent provenir d’un édifice comparable à l’autel de Pergame, mais à Berlin, la reconstitution du vaste hôtel, grandeur nature, est prodigieuse et gomme la faiblesse artistique des bas-reliefs.   

 

Le musée des armures* met en valeur les harnachements des chevaux et les équipements des chevaliers lors des tournois, pour les combats à cheval ou à pied. Il y a de très belles et très nombreuses armures de toutes sortes.



Le musée ethnographique* est une agréable surprise. Il présente de manière didactique et soignée maints objets des Amériques. On peut ainsi parcourir le Continent du nord au sud en parcourant quelques pièces.

Ce sont tout d’abord les Esquimaux et les équipements du Grand Nord et une cabane parfaitement reconstituée, puis les Sioux, puis enfin les Aztèques et les Incas. Belles maquettes, chapeau à plume, statuette, etc.. Nous voguons ensuite vers la Polynésie pour découvrir des objets de la vie de tous les jours. 

 

     Vienne-05-477-musée des armes

 

La visite romanesque de Vienne

Vous pouvez également parcourir Vienne en consultant les illustations du roman "Le Retour de Polycaste" écrit et publié par moi-même. Le début de ce roman se déroule à Vienne. Ceci vous permet, d'une manière très originale de parcourir les parcs et musées avec les deux héros du roman, Hector et la très belle Ismène Viscolli.

 

De bonnes lectures

Vous trouverez dans les shops des musées d'excellentes documentations rédigées en bon français et très bien documentées.

Les reproductions des oeuvres présentées sont également de bonne qualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 



Une balade en Argolide

Lire la suite...

L’Argolide est une péninsule située dans la partie orientale du Péloponnèse. Elle est constituée de plaines côtières fertiles séparées les unes des autres par des promontoires ou des hautes collines calcaires.

Ces collines sont le plus souvent arides et dénudées, mais certaines d’entre elles sont couvertes de pinèdes et d’oliveraies.

Une balade à Berlin

V9BER-008 église eu souvenirPhoto Michel Ledeuil : Berlin L'église du souvenir

 

 

 

 

 

 

 

 

V12BER-021 Potsdamerplatz

Photo Michel Ledeuil : Postdamerplatz

 Choisir son voyage

  • Faire son plan de visite

Pour une première visite de 4 ou 5 jours en atterrissant à l'aéroport de Tegel à Berlin

 visite berlin 1

 

Pour un séjour de 7 jours en atterrissant à l'aéroport de Tegel à Berlin

visite berlin 2

 

Ces plans de voyage vous permettent de préparer, de manière équilibrée, votre séjour. Nous avons pris pour hypothèse que le vol se faisait à partir de Roissy, par vol régulier, avec un acheminement par avion à partir d'une ville de province.

Les taxis à Berlin sont assez bon marché. Vous n’aurez pas à dépenser plus de 20 euros pour vous rendre de l’aéroport Tegel à votre hôtel.

Les repas pris au restaurant sont indiqués R1 (un plat unique est recommandé car très copieux). Les repas pris « sur le pouce » ou dans une brasserie sont indiqués X. Les saucisses avec des sauces pimentées sont un des plats préférés des Berlinois et c’est très bon.  

  • Choisir son quartier

Berlin est une ville très vaste, beaucoup plus étendu que Paris, mais dispose d'un grand réseau de métro, de train et de bus avec un accès très aisé.

Le choix du quartier est important, pour son bien-être et pour gagner du temps. Le choix du quartier de Wittenberg est pertinent, car bien situé vis-à-vis des lignes de métro qui permettent de se rendre vers les principaux sites à visiter et les lignes de bus 100 et 200 qui desservent les principales curiosités passent devant ou à proximité de l'hôtel que vous aurez choisi.

 

Il y a, pour autres avantages, la proximité du zoo et de la gare qui permet d’aller se balader à Potsdam facilement par le train ou par le RER. 

 

Vous êtes également à l'écart du flot de touristes, et vous disposer de nombreux restaurants avec terrasse où vous pourrez boire une bonne bière de votre choix et dîner à faible coût, une cuisine classique mais de bonne qualité.

 

Pour faire vos courses, vous pourrez également aller jusqu’au KaDeWe sans oublier de monter à l'étage où vous découvrirez un rayon de charcuterie par länder, avec possibilité de dégustation sur place.

       

Le KaDewe et la station de metro de Wittenberg Photo Michel Ledeuil : le KaDeWe et la station de métro de Wittenberg

            

  • Choisir son type de transport

Si vous restez plus de 4 jours, la carte hebdomadaire (avec ou sans zone C selon que vous décidez d'aller jusqu'à Postdam) sera la plus rentable, sinon vous avez intérêt à prendre un billet journalier.

La carte hebdomadaire donne une liberté plus grande, car les parcours sont longs et vous pourrez visiter à votre guise, par les bus n°100 et 200, tous les monuments de la ville.

Par ailleurs, il est très facile de prendre le métro et le RER sans avoir comme à Paris de portique à passer. Enfin, une grande partie du réseau se trouve à l’air libre, ce qui permet de découvrir les nombreux quartiers que vous êtes amenés à traverser.

 

  Postdamerplatz* et le kulturforum***

C’est un lieu qui n’a rien de mythique malgré le nom de la célèbre place. Cette place aurait pu devenir le véritable centre d'affaire de Berlin après la réunification, mais pour de nombreuses raisons, elle ne peut prétendre à ce statut aujourd'hui.

On y voit des grandes tours qui font penser au quartier de la Défense et, vers l’ouest et jusqu’au parc de Tiergarten, un vaste espace, désolé et parsemé d’immeubles qui abritent un espace culturel.


Photo Michel Ledeuil : immeuble de la Postdamerplatz        Photo Michel Ledeuil la coupole du Sonycenter

 

Vous pouvez également, devant un pan du mur de Berlin, acheter un visa qui simule le passage d’un secteur à l’autre. Un jeune Allemand sympathique vous tamponnera votre passeport en vous expliquant votre parcours virtuel.

 

Photo Michel Ledeuil : Postdamerplatz fac-similé d’un visa de passage

  

   

Photo Michel ledeuil fac-similé de visa

 

Le musée du cinéma, situé dans le Sonycenter, ne présente pas un grand intérêt mais vous pourrez le voir lors d’un deuxième séjour.

Le Kulturforum est constitué d’un ensemble de bâtiments qui abrite différents musées. Il faut voir absolument la galerie de peinture*** qui présente un ensemble d’œuvres exceptionnelles.

 

Petrus Christus portait d’une jeune fille     

            

Elles sont bien exposées et il est possible de prendre des photos sans flash. Lorsqu’on y va tôt le matin, c’est-à-dire à l'ouverture à 10 heures, il est possible de flâner d’une pièce à l’autre en toute quiétude.  


Je conseille fortement de « tourner à l’envers », c’est-à-dire de ne pas respecter la numérotation des salles afin de passer tout de suite au milieu des œuvres les plus prestigieuses pour terminer par l’école allemande.


Vous y verrez tour à tour des œuvres de Fra Angelico, de Botticelli, du Titien, du Caravage, de Vermeer, de Rembrandt, de Jan Van Eyck pour terminer par Dürer ou Cranach.


Cette galerie vaut tous les jours, celle des Offices à Florence ou celle du Louvre et vous ne ferez pas la queue. Par contre, les indications ne sont faites qu’en allemand et en anglais.


Parmi les plus belles oeuvres, vous remarquerez le splendide portrait réalisé par Petrus Christus vers 1468. Cette jouvencelle pourrait bien être la petite fille du grand capitaine anglais Talbot.


Cette jeune fille a, comme le veut la mode du temps, les sourcils et le front épilés. Le visage est admirable malgré ou peut-être a cause de son manque d'expression.




 

Le complexe dispose d’une excellente cafétéria que je vous recommande. Vous pourrez ainsi bien couper la journée et reposer vos jambes avant de poursuivre votre visite des autres musées du quartier.

 

La nouvelle galerie nationale présente des œuvres « surprenantes » qui intéresseront les amateurs d’œuvres modernes. Il y a toujours des expositions temporaires qui s’ajoutent aux œuvres classiques. Comme vous aurez acheté un billet valable pour l’ensemble des musées du Kulturforum, vous profiterez de ces expositions pour mesurer la différence avec les tableaux des grands peintres d’antan.

 

N’oubliez d’entrer dans la petite église Saint-Matthieu, qui fut la seule à survivre aux destructions de la Seconde Guerre mondiale. Il faut déambuler dans la nef et monter dans le clocher, non pas seulement pour la vue mais pour admirer les fresques qui valent largement celles que vous pourrez trouver dans la galerie moderne.

 

La Porte de Brandebourg*

En revenant sur vos pas, vous vous retrouverez sur la Postdamerplatz. Vous pouvez remonter à pied la large avenue qui conduit jusqu’à la porte de Brandebourg. Cette avenue longe dans sa deuxième partie, le vaste parc Tiergarten et l’émouvant mémorial* rappelant l’extermination des juifs par un peuple soumis, revanchard et imbu de sa puissance militaire.

 

Photo Michel Ledeuil : le mémorial sur l’extermination des Juifs

      

 

Photo Michel Ledeuil : La Porte de Brandebourg du côté de berlin Ouest


La célèbre Porte de Brandebourg est un monument assez terne mais il est à la fois l’un des symboles de ville de Berlin et de la Guerre Froide.

Elle a été construite entre 1788 et 1791 dans le style néo-classique s’inspirant des Propylées antiques. Elle se trouve à l’extrémité de l'avenue Unter den Linden et est couronnée d’un quadrige figurant la déesse de la Victoire sur un char tiré par quatre chevaux. Il s’agit d’une œuvre grandiloquente réalisée par Schadow.

Le haut de la porte est orné de bas-reliefs sans grande signification mythologique avec un centaure.

 

Vous poursuivez, toujours à pied, votre balade jusqu’au Reichstadt avec sa désormais célèbre coupole de verre.

Ce sera l’occasion de faire une photo de type carte postale. Pour pénétrer à l’intérieur, il faut faire la queue après avoir passé les contrôles policiers, prévenant ainsi d’éventuels attentats.

 

Cette visite ne s’impose pas vraiment, surtout lors d’un premier séjour à Berlin.

Après avoir effectué cette longue balade à pied, je vous recommande de prendre le bus n°100 qui s’arrête à proximité. En grimpant à l’étage, vous pouvez ainsi découvrir le vaste parc Tiergarten et les monuments qui parsèment le trajet, dont la colonne de la Victoire.

Le bus vous dépose à proximité de l’hôtel que vous aurez choisi dans le quartier de Wittenberg.

 

 

         Photo Michel Ledeuil la coupole du Reichstadt

Le soir, vous pouvez prendre une bière et dîner sur la terrasse d’une des brasseries situées sur la place Wittenberg. Vous êtes assurés de manger pour un prix raisonnable des plats cuisinés typiquement allemands.

Les terrasses disposent de chauffage au gaz et de couverture ce qui vous permet de goûter pleinement votre plaisir sans avoir froid, lorsque vous y allez à la mi-saison.

  Le zoo*** et son quartier

Le zoo de Berlin se visite absolument. Il fut durant la séparation de la ville, l’un des poumons et une attraction pour les Berlinois de l’Ouest. Il y a beaucoup d’animaux qui sont traités avec un soin particulier, ce qui explique le nombre exceptionnel de naissance chaque année.

Vous pouvez y aller à pied à partir du quartier Wittenberg. L’accès est facile après une marche d’une quinzaine de minutes.

Le zoo se compose de deux parties séparées mais il existe un billet groupé pour l’aquarium et pour le reste du zoo. L’entrée ornementale, dans un style asiatique, est décorée d’éléphants de pierre. 

 

Photo Michel Ledeuil. Entrée principale du zoo de Berlin.       

Le zoo de Berlin se visite absolument. Il fut durant la séparation de la ville, l’un des poumons et une attraction pour les Berlinois de l’Ouest.

 

Il y a beaucoup d’animaux qui sont traités avec un soin particulier, ce qui explique le nombre exceptionnel de naissance chaque année.

 

Vous pouvez y aller à pied à partir du quartier Wittenberg. L’accès est facile après une marche d’une quinzaine de minutes.

 

Le zoo se compose de deux parties séparées mais il existe un billet groupé pour l’aquarium et pour le reste du zoo. L’entrée ornementale, dans un style asiatique, est décorée d’éléphants de pierre.

Vous découvrirez dans l’aquarium les méduses, les poissons multicolores, les gros poissons d’eau douce de l’Amérique du Sud et les deux grands bassins dans lesquels se meuvent les requins, roussettes, raies et autres grands poissons.

 

Photo Michel Ledeuil : l'aquarium de Berlin les méduses

      

Photo Michel Ledeuil : l'acquarium de Berlin les poissons exotiques

 

À l’étage, se trouve la fosse aux caïmans et aux tortues. Les iguanes se chamaillent autour de leur écuelle avant de reprendre leur immobilité. Les caméléons se déplacent avec lenteur au milieu des buissons de leur cage. Les grenouilles se cachent dans la jungle verdoyante et humide qui est mis à leur disposition. Les corps des reptiles se mélangent les uns les autres et il est parfois difficile de discerner leur nombre véritable.


 V9BER-202 lézard

Photo Michel Ledeuil : l'acquarium de Berlin gros lézard

Photo Michel Ledeuil : l'acquarium de Berlin un caméléon.

 

Il vaut mieux commencer par l’aquarium afin de profiter au maximum du zoo car tôt le matin, les animaux sont encore dans leur cage. À partir de onze heures, à la mi-saison, les fauves sont sortis et se prélassent au soleil. Vous pourrez voir le lion et l’une des femelles. Plus loin, le tigre qui arpente son territoire, au bord de l’eau ou dans les minces futaies. Les petits loups blancs et les guépards sont très photogéniques.

 

V12BER-256 loup blanc cat-1

Photo Michel Ledeuil : zoo de Berlin le petit loup blanc

Photo Michel ledeuil : zoo de Berlin le tigre en balade


Grâce au plan qui vous est fourni à l’entrée, il est possible de se repérer et de parcourir, en une dizaine de kilomètres, les animaux de la terre entière. : pandas, zèbres, kangourous, autruches, la vallée des ours bruns et des ours blancs, les otaries qui adorent s’amuser avec leur gardienne, les pingouins, les hippopotames dans leur vaste bassin, les éléphants, les girafes, les grands singes, les oiseaux de proie,….

 

Il est possible de déjeuner dans l’un des restaurants à l’intérieur du zoo et il vaut mieux choisir celui qui est proche du parc des bisons et des buffles parce qu’il est plus calme et vous permet de bien couper la journée.


V9BER-352 ours blanc Photo Michel Ledeuil : zoo de Berlin un des ours blanc

             

V12BER-300hypopotamePhoto Michel Ledeuil : zoo de Berlin hippopotames


  Le Musée de la ville de Berlin*

Si vous n’êtes pas trop fatigues après votre belle balade, vous pouvez prendre le métro pour aller jusqu’au terminus de la ligne 15 pour aboutir deux cents mètres plus loin, devant une galerie marchande dans laquelle se trouve un musée intitulé de manière grandiloquente : la story of Berlin.

 

Il s’agit plus d’une exposition que d’un musée, avec différentes reconstitutions ou évocations de faits historiques, mais vous apprendrez tout de même des choses. Cependant, le véritable intérêt de cette visite est constitué par la descente impressionnante** dans un vaste abri d’antinucléaire.

Il s’agit d’une visite guidée soit en langue anglaise soit ou française. Tout est impressionnant : le bunker est un vaste bâtiment souterrain qui pouvait abriter plus de 3.000 personnes et garantir une autonomie complète durant deux semaines.

 

Vous descendrez les 4 étages du sous-sol et débouchez dans un très vaste dortoir avec ses multiples rangées de lits superposés.

 

Il y a de quoi se perdre. Vous découvrez ensuite les différents équipements nécessaires à la survie : central téléphonique, centrale électrique, toilettes pour hommes, pour dame, cuisine, entrepôts divers de produits de première nécessité et pour l’alimentation.

 

V12BER-410 musée de ville de Berlin - bunker

Photo Michel Ledeuil Abri antiatomique

                 

              


V12BER-440 musée ville de Berlin autodafé

Photo Michel Ledeuil : musée de la ville de Berlin

Ce couloir symbolise la période grise des autodafés avec les livres foulés au pied et de la montée du nazisme, puis de la séparation de Berlin pour  se terminer par la chute du mur et le renouveau berlinois.

 

Vous revenez ensuite vers la place Wittenberg par la ligne 15 qui vous dépose, trois stations plus loin à proximité de votre hôtel.

Le soir, pour changer de la cuisine allemande, vous pouvez dîner dans la grande pizzeria située sur la place. L’accueil est correct, très professionnel et les mets sont excellents.

 

Le quartier de Charlottenburg**

Pour aller jusqu’au palais de Charlottenburg, il n’y a pas de solution miracle. Prendre le bus s’avère compliqué et il vaut mieux prendre le métro à Wittenberg jusqu’à la station Sophie-Charlotte et marcher, durant six cents mètres, sur les larges trottoirs de la belle avenue qui vous amène devant l’édifice.

 

Vous avez tout votre temps, car les musées n’ouvrent pas avant dix heures. Vous êtes obligé de prendre un billet groupé pour l’ensemble des musées du site, mais cela vaut le coup.

 

Il est préférable de choisir un jour où le temps est ensoleillé afin de faire une longue promenade dans le parc où se situent le Belvédère et le Mausolée des Rois et Reines de Prusse, qui vient d’être restauré.

       V12BER-505 CharlottenbourgPhoto Michel Ledeuil : entrée du chateau de Charlottenburg

 

Vous visiterez tout d’abord le Vieux Château qui avait été détruit par les bombardements des alliés mais qui a été restauré fidèlement. Dans une salle, sont exposées des photos montrant l’état du château après le pilonnage effectué par les bombardiers, on se rend compte de l’étendue des dégâts et de l’admirable travail de restauration qu’il a fallu entreprendre.

 

Il faut passer de salle en salle, sans se presser et prendre son plaisir. Ne pas oublier de jeter un coup d’œil sur le parc*, car c’est du château que l’on peut l’apprécier le mieux.

 

V12BER-530 Charlottenbourg ancienne aile

Photo Michel Ledeuil : galerie du palais de Charlottenburg

    

V12BER-590 Charlottenbourg salle de la coupole

Photo Michel Ledeuil : salle d’apparat du palais de charlottenburg

 

V12BER-600 Charlottenbourg salle et tableaux

Photo Michel Ledeuil : galerie de tableaux et de bustes 

    

V12BER-585 Charlottenbourg vue sur le parc

Photo Michel Ledeuil : vue du parc à partir du palais

 

Avant de vous lancer dans la visite du parc, vous pouvez aller déjeuner dans une taverne typique située sur la droite du château, de l’autre côté d’un large boulevard.

Vous avez toutes les sortes de bières et de plats typiquement berlinois, servis dans un lieu sympathique, mais faites attention à y aller dès midi car vous ne serez sans doute pas les seuls.

 

V9BER-1442 plat à Charlottenburg

Photo Michel Ledeuil : taverne dans le quartier Charlottenburg

     

V12BER-605 Charlottenbourg vers le parc

Photo Michel Ledeuil : arrivée dans le parc de Charlottenburg

 

Vous poursuivez alors notre balade dans le parc, jusqu’au Belvédère. Il s’agit d’un édifice aux formes et aux couleurs harmonieuses et qui se marie bien avec le paysage bucolique du fond du parc.

Vous prendrez plaisir à découvrir les services de porcelaine et, parfois, les mallettes permettant de les transporter pour un pique-nique ou lors de leur transfert dans une autre résidence.

V12BER-625B Charlottenbourg le belvédère

Photo Michel Ledeuil : Le Belvédère dans le parc du château de Charlottenburg

    

V12BER-575 Charlottenbourg décors dassiette

Photo Michel Ledeuil : service en porcelaine à Charlottenburg

 

Il y a moyen de faire un grand tour et d’admirer le château qui se mire dans l’étang, avant d’aller visiter le mausolée des souverains de Prusse. Il n’y avait, avant sa restauration récente, que la reine Louise mais il contient désormais les dépouilles de son mari Frédéric Guillaume III ainsi que celui du premier Empereur d’Allemagne Guillaume 1er et de sa femme Augusta.


 V9BER-1484 vers le Palais

Photo Michel Ledeuil : le palais de Charlottenburg vu du parc

    

V12BER-645 Charlottenbourg mausolée

Photo Michel Ledeuil : Charlottenburg mausolée des Rois et Reines de Prusse

 

Dans ce quartier, il y a également d’autres musées ou expositions que vous pourrez aller voir si vous aimez l’art moderne, notamment la collection Berggruen qui évoque Picasso et son époque. Vous pourrez également déguster au calme un café avec une pâtisserie dans la belle cafétéria dans le musée situé dans l’ancien corps de garde.

Si elle est ouverte, il ne faut pas rater la collection** des moulages d’œuvres antiques où sont exposées de magnifiques copies d’œuvres connues dans le monde entier.


V12BER-700 cafétaria du musée art moderne

Photo Michel Ledeuil : Cafétéria du musée de l'ancien corps de garde

        V9BER-1514 supplice de DircéPhoto Michel Ledeuil : moulage d’œuvres antiques : supplice de Dircé

  

La Gendarmenmarkt***

Vous revenez jusqu’au métro. La ligne, qui file jusqu’à Pankow, vous conduit jusqu’à la station Stadtmitte, où vous pourrez découvrir la Gendarmenmarkt***.

Cette place, encadrée par le théâtre et les églises protestantes françaises et allemandes à un petit goût italien avec sa belle fontaine au centre.

Je vous conseille de monter dans la coupole de l'église française pour avoir un beau point de vue** sur la place et sur l'ensemble des monuments berlinois.

S'il fait beau, vous pourrez ensuite vous prélasser, au soleil, devant une bière berlinoise et un gâteau, sur la terrasse située au pied de l’église française et du théâtre.

 

V9BER-446 en quittant la place

Photo Michel Ledeuil : Vue générale de la Gendarmenmarkt

      

V9BER-422 église allemande

Photo Michel Ledeuil : le dôme de l'église française


V12BER-743 Gendarmenmarkt église française vue vers la place

Photo Michel Ledeuil : la fontaine vue à partir de la coupole de l'église

     

V12BER-770 Gendarmenmarkt pause

Photo Michel Ledeuil : un moment de détente sur la Gendarmenmarkt

 

Puisque vous êtes dans ce quartier, allez faire un tour aux Galeries Lafayette* et aller voir les grosses voitures en exposition dans la galerie marchande de prestige située à proximité.

Vous débouchez alors sur l’avenue Unter den Linden où vous pourrez faire des achats de souvenirs et prendre le Bus 200 qui vous permettra de faire une belle balade dans le centre de Berlin avant de vous déposer en face du zoo, à proximité de votre hôtel.


V12BER-760 Galerie Lafayette

Photo Michel Ledeuil : la vue plongeante à l'intérieur des Galeries Lafayette

      

V9BER-1860 vélo sur les boulevard

Photo M. Ledeuil : avenue Unter den Linden vers la Porte de Brandebourg.

L'île aux musées***

C’est la journée qui est consacrée aux musées de Berlin. Vous êtes obligés de prendre un billet groupé pour les quatre musées et, pour une raison inconnue, il est plus cher s’il est valable 3 jours que pour une seule journée.

 

Il est possible de tout faire dans la même journée si vous faites l’impasse sur les collections médiévale présentées dans le musée Bode dont l’intérêt est mineur.

 

Les musées n’ouvrent qu’à dix heures. Vous pouvez vous y rendre, soit par le Bus 100, soit par le métro jusqu’à la station Stadtmitte.  

 

Dans ce cas, vous pouvez effectuer une belle balade en passant par la Gendarmenmarkt** et arriverez dans le parc situé devant l’immense cathédrale protestante.

       

V12BER-1010 Vers la cathédrale

Photo Michel Ledeuil : Cathédrale protestante

 

Le musée de Pergame***

La billetterie se trouve à l’entrée du musée de Pergame. La queue n’est jamais très longue et l’organisation très efficace. Vous devez déposer vos sacs à la consigne mais vous conservez bien évidemment vos appareils photo, car les photographies sont permises, à quelques exceptions près, dans les trois musées.  

 

Ce fabuleux musée comporte quatre parties correspondants à différentes périodes de la civilisation. Dès que vous pénétrez dans le musée vous avez un coup de cœur : il est là, devant vous. L’autel de Pergame*** parfaitement reconstitué. Il date de 180 av. J.-C.. Le roi Eumène II voulait se hausser du col en faisant construire ce vaste autel.

 

V12BER-1022B musée de Pegame reconstitution

Photo Michel Ledeuil. Musée de Pergame, maquette de l’Autel

                                


Après la disparition d’Alexandre le Grand et le morcellement de son Empire éphémère, les Attalides espéraient marquer l’Histoire de leur empreinte, pour se comparer à l’Athènes de Périclès ou aux villes fabuleuses construites sous les ordres d’Alexandre le Grand, mais c’était sans compter avec la grande puissance qui étendait son emprise sur tout l’occident et qui prenait pied en Grèce.

Rome allait en un siècle balayer les petits royaumes de l’Asie Mineure pour imposer sa loi.

Les deux maquettes** présentent, pour l’une la cité, pour l’autre l’autel complet. De l’immense édifice, seule la partie avant, avec le grand escalier a été reconstituée, par contre, la frise*** est complète.


 

Elle représente le combat des Géants contre les nouveaux dieux avec, bien entendu, la victoire de ces derniers.

Il ne faut pas avoir une grande connaissance de la mythologie grecque pour s’intéresser à chacune des scènes représentées. Les personnages ont près de 2,3 mètres de haut. Pour faciliter la compréhension des scènes, les noms des déesses ou des dieux ont été placés en bas de chaque panneau.


La scène** qui présente Athéna qui prend par les cheveux le fils de Rhéa, Alcyonée est la plus connue. L’intrépide fille de Zeus sait qu’il lui suffit de détacher Alcyonée de sa mère : la Déesse Terre, pour qu’il devienne mortel.


V12BER-1032 musée de Pergame

Photo M. Ledeuil : musée de Pergame : combat des dieux contre les géants.

 

     

V12BER-1030 musée de Pergame Athena

Photo M. Ledeuil : musée de Pergame : combat d’Athéna et d’Alcyonée

 

Vous pénétrez ensuite dans la salle monumentale qui présente une belle reconstitution** de l’entrée du sanctuaire d’Athéna et un certain nombre de fragments du temple ou des autres édifices du sanctuaire.

 

En revenant sur vos pas, vous changez de style et d’époque avec la très belle porte*** du marché de Millet qui rappellera pour ceux qui connaissent celle de la bibliothèque d’Éphèse qui se dresse sur la côte égéenne de Turquie.


Elle a été construite en 120 apr. J-C et marquait l'accès au marché méridional de la ville qui était à cette époque un grand carrefour commercial.


Lorsque vous passez cette porte, vous changez à nouveau d’époque et de contrée. Vous êtes transportés en Mésopotamie.

            

V12BER-1050 Porte de Millet

Photo Michel Ledeuil : la Porte de Millet

V12BER-1060 Porte dItchar

Photo Michel Ledeuil : la porte d’Ishtar

               

La porte d’Ishtar*** vous emmène dans l’univers des Assyriens au moment de leur apogée. Nous sommes en 600 av. J.-C., sous le règne de Nabuchodonosor II. L’Égypte est vaincue et occupée. Finis les Pharaons. La Mésopotamie devient à nouveau le centre du monde.

C’est le temps de la tour de Babel, des jardins suspendus de Babylone, et du prestige illustré par la voie processionnelle*** avec ses ornements de lions, d’antilopes, de guerriers.


La voie a, bien entendu, été réduite en largeur, de plus des 2/3 ainsi qu’en longueur mais les proportions sont ainsi faites que l’on garde une impression de beauté et de puissance.

C’est certainement ce que voulaient imposer les Empereurs à leurs invités et futurs ennemis.

 
Il y a, dans d’autres salles, des bas-reliefs* et des maquettes très intéressantes*, notamment sur les différentes hypothèses de la construction de la tour de Babel.

 

À l’étage, se situent les collections de l’art islamique. Vous y découvrirez, sans y vous attarder les mihrabs des mosquées de Kachan et de Konya.


Vous découvrirez dans une autre salle une série de vases en verre finement décoré. Puis un intérieur d’une maison avec des murs décorés entièrement de panneaux de bois peints et agrémentés de maints sujets dans lequel dominent les fleurs chatoyantes.  

 

Avant de ressortir du musée, vous pouvez acheter de très belles reproductions des œuvres exposées sous forme de cartes postales.

Il est désormais un peu plus de midi et c’est l’occasion d’aller déjeuner dans une taverne très branchée et conviviale, située sous les arches du pont de la voie ferrée à deux cents mètres de l’entrée du musée.


V9BER-600 train au dessus des tavernes

Photo Michel Ledeuil : train de la DB passant au dessus de la taverne  

    

V12BER-1090 restaurant

Photo Michel Ledeuil : plafond décoré dans une taverne berlinoise

 

Le musée Egyptien***

Vous reprenez alors le chemin de l’île aux musées. Vous contournez le grand bâtiment et pénétrez dans le musée où sont exposées les œuvres des antiquités égyptiennes, grecques et romaines, en se réjouissant, à l’avance dans la perspective de revoir les merveilleux objets retrouvés, en Égypte, lors des fouilles d’Amarna.

Même si la nouvelle disposition de la galerie égyptienne est plutôt ratée, vous serez impressionnés par la qualité des œuvres exposées.

Vous vous arrêtez longuement devant le sphinx de Shepenoupet II. La statue est de type classique, mais le visage de la princesse est splendide. Les spécialistes nous affirment qu’elle venait du Sud. Son cartouche précise qu’elle est « épouse d’Amon » ce qui démontre qu’elle était une princesse de sang royal.

 

Elle fait une offrande au dieu à tête de Bélier alors que le corps de la princesse prend des allures d’un lion très stylisé.      


V12BER-1100 statue de princesse egyptienne

Photo Michel Ledeuil : sphinx de la princesse Shepenoupet II

 V12BER-1134 fresque

Photo Michel Ledeuil : Musée Egyptien de Berlin fresque

 

Il serait vain de décrire toutes les autres œuvres. Évidemment, une très large place est faite à la période amarnienne avec l’ensemble des statuettes et fresques découvertes dans la capitale éphémère d’Akhenaton et vous retrouverez avec plaisir le buste de Néfertiti***, ainsi que les têtes ayant probablement servi de modèles pour la fabrication de nombreuses copies avec plus ou moins de variantes.

V12BER-1240Nerfertiti

Photo Michel Ledeuil : le buste de Nefertiti

  


V12BER-1233 Néfertiti

Photo Michel Ledeuil : statue inachevée de Nefertiti


 

Le Musée des arts anciens**

Ce musée présente un grand nombre de sculptures et objets datant de la période grecque et romaine.

Vous pourrez notamment admirer la célèbre tête de Périclès**, le vase des guerriers achéens qui sont contemporains de la guerre de Troie, une copie du tireur d’épine qui ne fait cependant pas oublié la magnifique copie exposée au musée des conservateurs à Rome, le sarcophage de Médée***, la petite joueuse aux osselets*, plusierus merveilleuses statues d’Aphrodite**, de très beaux pendentifs en or finement ciselés**, des vitrines présentant de l’argenterie, ainsi que des statuettes hellénistiques**…

 

V12BER-1301 statue aphrodite

photo Michel Ledeuil : statue d'Aphrodite

    

V12BER-1299 statuette en terre cuite

Photo Michel Ledeuil : statue hellénistique

V9BER-711 artémis

Photo Michel Ledeuil : Artémis

 

              

V12BER-1285A périclès

photo Michel Ledeuil : buste de Périclès

   

V12BER-1290Bsarcophage de Médée détail

Photo Michel Ledeuil : détail du haut-relief du sarcophage de Médée


Ce sublime sarcophage*** conte l’une des plus effroyables scènes du mythe de Médée. Celle-ci va, par jalousie, assassiner les deux enfants qu’elle a eus de Jason. Une belle servante se jette en sa direction pour l’empêcher de commettre le terrible forfait, alors qu’un autre homme, peut-être le tuteur des enfants, semble tétanisé par le crime épouvantable que la jeune femme va commettre.

 

L’innocence des enfants qui jouent à la balle, la beauté et la précision des drapés des chitons et des péplos, l’aspect dramatique révélé par la gestuelle de chaque personnage et par le caractère soutenu des traits des visages en font l’un des plus prodigieux sarcophages de l’histoire romaine.

 

L'ancienne galerie nationale***

Pour découvrir l’ancienne galerie nationale, vous revenez vers le musée égyptien. Le bâtiment néo-classique qui abrite l’une des plus belles collections*** d’Europe de sculptures et de peintures du dix-neuvième siècle est situé au milieu d’un parc dans lequel se dressent deux statues de bronze de grande qualité : celle qui représente une amazone* sur son cheval et une merveilleuse** Artémis prenant son bain.
 

V12BER-1340 Alte galerie

Photo Michel Ledeuil : entrée de l’ancienne galerie nationale

  

photo Michel Ledeuil : Artémis


Lorsque vous pénétrez dans le musée, c’est l’émerveillement. La première salle présente une série de bustes** néo-classiques, de marbre blanc, superbement présenté sur un fond sombre avec des colonnes de marbre noir et des décors brun foncé.

Elle présente également la célèbre statue des deux sœurs réalisée*** par Schadow et un ensemble d’œuvres qui font référence à la mythologie.

 

Les deux soeurs par schadow

Photo Michel Ledeuil : Les deux sœurs Louise et Frédérique.

    

V9BER-736 statue

Photo Michel Ledeuil : musée des arts anciens : Prométhée et Zeus

 

Il y a un immense médaillon de marbre** qui représente Thésée qui emmène Andromède après l’avoir libérée du monstre marin qui apparaît en bas du médaillon. Pégase, le cheval ailé emmène la jeune femme, en état de choc, dont le visage marque encore la terreur de l’épouvantable fin qui lui était réservée. 

Thésée tourne vers elle un regard qu’il veut rassurant. À droite, un Amour ailé annonce la fin de l’histoire. Thésée sera récompensé de son acte de bravoure.

Une autre statue* nous montre Déméter et sa fille, la blonde Perséphone. La déesse de la fécondité qui, il y a quelque temps déjà, à montrer aux hommes comment faire germer les épis de blé, demande à sa fille de l’aider dans sa distribution.

Nous pouvons encore admirer, l’œuvre de Canova qui présente une Déesse** qui se sert de l’ambroisie d’un geste majestueux dans une coupe d’or, pour garantir son immortalité, la splendide Victoire*** réalisée par Daniel Rauch.


V12BER-1370 bas reliefPhoto Michel Ledeuil : Thésée sauve Andromède du monstre marin

                     V12BER-1430 victoirePhoto Michel Ledeuil : statue de la Victoire réalisée par Daniel Rauch.

 

V12BER-1400 Eros et Psyche

Photo Michel Ledeuil : Psyché et le dieu Éros endormi

           

Le mythe de Psyché est illustré par trois statues. Celle dans laquelle elle profite du sommeil de son amant pour allumer une lampe à huile afin de percer le mystère qui l’entoure.


Elle découvre alors le jeune homme le plus radieux qu'elle n'ait jamais vu. Mais Psyché, captivée par la vue d’Éros, fait preuve de maladresse.


Une goutte d'huile brûlante tombe sur l'épaule du dieu endormi, qui se réveille aussitôt et s'enfuit, furieux d'avoir été trahi par sa bien-aimée.


Celle qui présente Psyché consolée par le Dieu Pan, après sa tentative de suicide et une autre, située dans une des alcôves du portail de l’entrée, nous montre le dieu de la communication Hermès, emmenant Psyché, pas trop rassurée et peut-être incrédule, vers l’Olympe.


 

V9BER-756 Psyché réconfortée

Photo Michel Ledeuil : Le Dieu Pan console Psyché

         

V12BER-1360B Hermes et Psyche

Photo Michel Ledeuil : Hermès emporte Psyché 

 

Dans les autres salles, vous découvrirez les toiles romantiques de David Friedrich, de Schinkel et de l’époque néo-réaliste avec son maître Liebderman et des œuvres de Krüger qui réalise de belles fresques d’événements d’époque comme les parades militaires qui attiraient tant de Berlinois.

Il y a plusieurs salles qui ne sont consacrées qu’à des œuvres de Menzel, avec notamment “The balcony room” réalisée en 1845, “The bedroom », réalisée deux ans plus tard, et le très célèbre “concert de flûte pour Frédéric le Grand à Sans-souci” qui date de 1851.


Ce tableau*** représente un concert donné par le roi en l’honneur de sa sœur que l’on voit compassée, assise sur le divan et entourée de proches. L’attitude de chaque personnage, musiciens ou membres de la famille royale est étudiée avec soin.

Les chandeliers et les nombreuses bougies sont les seules sources de lumière et donnent une ambiance feutrée qui prévalait le plus souvent dans les salons de Sans-souci.

 

Cet artiste a également été un peintre de son temps. Les "ouvriers dans l’aciérie" est une oeuvre puissante pour laquelle l’artiste s’est soigneusement documenté en visitant une aciérie en Silésie.

Par ailleurs d’autres œuvres de la même veine comme les fileuses** de Max Liebermann, sont des œuvres réalistes et poignantes. 


V12BER-1450 Manzel concert à sanssouci

Photo Michel Ledeuil : oeuvre de Manzel concert à Sans-souci

       

V12BER-1540A Liebermann les fileuse

Photo Michel Ledeuil : les fileuses de Max Liebermann