Hygea

Hygea est la fille d’Asclépios et d’Epioné. Hygea est honorée comme étant la déesse de la santé, de la médecine préventive et de l’hygiène.


La mythologie nous fournit des informations sur quatre des enfants d’Asclépios. Poladire et Machaon étaient des chirurgiens qui s’illustrèrent lors de la guerre de Troie. Panacée est partisane de la médecine curative et était sans doute moins douée que sa sœur qui appliquait la devise : mieux vaut prévenir que guérir.


Hygea a suivi les préceptes de son père qui est l’artisan de la médecine douce. On la voit très souvent écouter ses conseils et assister aux soins qu’il prodigue.

Hygea était persuadée que les principales causes des maux dont souffraient les gens étaient liées à la mauvaise hygiène et à une nourriture trop éloignée de la nature. Elle indiquait aux patients les régimes alimentaires les mieux adaptés à leur mode de vie.


 
À Epidaure, c’est elle qui s’occupait des serpents sacrés qui résidaient dans la Tholos. C’est pour cette raison qu’elle est représentée avec une coupe à la main et avec un serpent à plusieurs replis qui tend sa tête pour boire.

 

La première photo ci-dessous présente une magnifique statue d'Hygea réalisée par l'école de Rhodes et exposée dans le musée archéologique de la ville.

La seconde présente une belle statue d'Hygea retrouvée lors des fouilles à Epidaure. La troisième montre un moulage d'une statue que vous pouvez voir dans le musée archéologique national*** à Athènes. Ce moulage est exposé dans le musée archéologique d'Epidaure.

 

Hygea-statue aux musée de Rhodes

Musée de Rhodes : statue d'Hygea

        

V12ITG-3810 Hygéa

Photo Michel Ledeuil : Epidaure statue d'Hygea

         

 epidaure esculape

Photo Michel Ledeuil : Epidaure statue d'Asclépios

 

Les temples d’Hygea.

C'est après la terrible épidémie de peste qui dévasta Athènes entre 429 et 427 av. J.-C. lors de la guerre du Péloponnèse, que le culte d'Hygea prit un nouvel essor. L'oracle de Delphes la reconnut comme la déesse de la santé.

De nombreux temples ou sanctuaires furent édifiés pour honorer Hygea. Les principaux sont à Epidaure, à Kos, le pays de sa mère Epioné, à Corinthe et à Pergame.

À Epidaure, son temple a été construit dans les anciens propylées qui menaient au gymnase. Il a fait l’objet d’une restauration récente.

 

Hygea était la fille préférée d'Asclépios. Ses fils étaient partis combattre et soigner les blessés sous les murs de Troie et son autre fille Panacée n'avait pas la perspicacité de sa jeune soeur pour prévenir les maux dont souffraient les patients. 

Hygea aimait échanger avec son père afin de développer son propre savoir. Elle donnait souvent son point de vue sur l'origine des maladies et faisait en sorte de prévenir les épidémies.

 

Le sculpteur danois Thorvaldsen qui était épris de mythologie grecque a représenté Hygea dans un magnifique relief**. Elle donne à boire à un serpent sacré qui s'est enroulé autour du bâton d'Asclépios. Ce dernier se repose tout en devisant avec sa fille.

Hygea est vêtue d'un péplos et a ramassé ses cheveux en chignon. On la voit attentive. Elle tient la coupe de sa main droite et le serpent non venimeux de son autre main.

 

 

V12ITG-3890 Epidaure les propylées temple dHygea cat-1

Photo Michel Ledeuil : le temple d'Hygea à Epidaure

            

V14-DK-5155A Kobenhavn musée Thorvaldsen  Hygea nourrit les serpents sacrés devant son père Asklépios

Photo Michel Ledeuil : musée Thorvaldsen à Copenhague

 

La tête d’Hygea** que l’on peut découvrir dans le musée archéologique d’Athènes a été trouvée lors des fouilles du sanctuaire de Tégée, situé près de Tripoli dans le Péloponnèse.

Nous avons eu l'occasion d'acheter une magnifique copie, à Delphes, en 1986 lors de notre troisième voyage en Grèce. Cette tête d'Hygea est très belle, car elle développe des expressions diverses selon l'angle par lequel on l'observe.

 

Le visage n'est pas symétrique, le nez est grec. Elle a ramassé ses cheveux longs et bouclés en désordre derrière sa tête. Elle a les yeux baissés comme si elle cherchait à se concentrer. La bouche se fait dubitative. Elle hésite encore mais sous un autre angle on la voit esquisser un sourire. C'est le signe qu'elle a trouvé comment guérir son patient.  

 

L'autre statue est exposée dans le musée Massimo à Rome. Il s'agit d'une oeuvre tardive avec une coiffure à la romaine. Le visage est lisse et respire la noblesse de coeur et la plénitude. Hygea fut particulièrement honorée par les Romains à partir de 293 av. J.-C.

 

PICT0133

Photo Michel Ledeuil : Hygea

    

Photo-Hygea-201401

Photo Michel Ledeuil : Hygea

   

Rome08-343-Hygeia

Photo Michel Ledeuil : Hygea à Rome

 

Honorer par les Grecs de nos jours

Lorsqu’on trinque avec un ami Grec, on prononce την υγεία σας (à votre santé). Υγεία, c’est Hygea, la déesse de la santé.


Le caducée des pharmaciens

C’est le bâton d’Esculape, stylisé, qui a servi pour le Caducée des médecins, bien que le Caducée, dans l’antiquité, soit l’attribut d’Hermès et pas du dieu guérisseur.
C’est plus tard que les professions médicales se sont emparées de ce bâton pour en faire un symbole de la médecine alors que les pharmaciens utilisent comme symbole la coupe d'Hygea.